Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Bonjour tristesse...

Posté par Pierre Ménès le 10 décembre 2020

Quatre défaites, une victoire : encore une belle semaine européenne pour le foot français… Nice qui n’avait plus rien à espérer dans son groupe a touché le fond en s’inclinant sur la pelouse de Beer Sheva dans un match amical puisque les Israéliens étaient eux aussi éliminés. Pour sa deuxième rencontre à la tête de l’équipe, Ursea avait choisi de faire tourner et alignait donc une équipe avec plusieurs jeunes. Totalement inoffensives lors d’une première période marquée par l’impressionnante blessure de Coly, sorti sur civière, les deux équipes sont revenues au vestiaire sur un 0-0 parfaitement logique.

Finalement, l’Hapoël a trouvé l’ouverture à vingt minutes du terme par Hatuel sur une action confuse et malgré une évidente bonne volonté, les Aiglons n’ont affiché aucune réaction d’orgueil et n’ont jamais pu se montrer dangereux face à une équipe israélienne pourtant bien faiblarde elle aussi. Un match indigne de la Coupe d’Europe, tout comme la campagne des Niçois qui auront donc subi cinq défaites en six matchs et vont devoir se remettre très vite à l’endroit dans l’optique du championnat. 

L’impression laissée par Lille sur le terrain d'un Celtic dans une mauvaise passe est à peine meilleure. Face au dernier du groupe, les joueurs de Galtier se sont fait surprendre sur un corner bien coupé par Jullien au premier poteau mais ont aussitôt égalisé sur une reprise d’Ikoné bien servi devant le but par Yazici. On pensait alors que le LOSC allait prendre les commandes du match mais une faute de Bradaric dans la surface a permis aux Écossais de reprendre l’avantage sur penalty. Milan menant à Prague, les Lillois devaient impérativement renverser la vapeur pour conserver la première place.

Les Dogues ont accéléré en début de seconde période et c’est Weah, d’une belle volée du gauche à la retombée d’un coup-franc de Yazici repoussé par la défense, qui a relancé la machine lilloise. Mais comme en première période, le LOSC a presque aussitôt encaissé un nouveau but signé Turnbull après un festival d’Ajer côté droit. Émoussés et nettement moins inspirés offensivement qu’à leur habitude, avec beaucoup de déchet technique, les Lillois ont essayé jusqu’au bout mais de façon trop désordonnée pour déstabiliser une défense du Celtic rugueuse et bien organisée. À l’arrivée, Lille termine donc second derrière le Milan AC. Un bon parcours en soi mais compte tenu du scénario de ce groupe, c’est une petite déception. 

De toute façon, le mot « déception » est sans doute ce qui qualifie le mieux les performances des clubs français depuis le début de la saison européenne. Marseille, Rennes et Nice qui partagent le fait de gloire d’avoir terminé à la dernière place de leur groupe derrière des formations comme Olympiakos, Krasnodar et Beer-Sheva, ont été en-dessous de tout, Paris s’est fait peur et Lille a alterné le très bon et le moyen. Le bilan est donc morose et souligne une fois de plus notre incapacité chronique à performer sur la scène européenne, même devant des équipes censées être à notre portée. Il faudra un jour en tirer les conséquences et arrêter de brandir l’argument du budget, qui ne tient plus. D’ici là, on va attendre le tirage au sort lundi pour savoir qui vont affronter nos deux rescapés au printemps…

Pierrot