Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Cette fois, c'est Monaco qui craque

Posté par Pierre Ménès le 3 mars 2021

Comme à chaque journée et probablement jusqu’à la fin, on va ausculter les prestations des quatre prétendants à la couronne. Hier soir, trois l’ont emporté et un a perdu. À dix journées du terme, la tête du classement ne change pas mais Monaco a peut-être perdu gros dans la quête du titre… L’OL a ouvert la soirée en battant très péniblement Rennes sur un but d’Aouar à la conclusion d’une action ou Depay s’arrache pour délivrer la passe décisive. La première période des Lyonnais a été catastrophique, la seconde nettement meilleure avec plus d’occasions. 

On va dire que c’est une victoire globalement méritée mais on est loin du Lyon flamboyant d’il y a quelques semaines. Très loin, même… Quant à Rennes, Stéphan est parti mais la formidable attaque à 50 millions d’euros du Stade Rennais est toujours aussi catastrophique et inefficace. Et après s’être posé la question concernant l’entraîneur, il va maintenant falloir se la poser sur le directeur sportif et le recrutement… 

Dans les autres matchs de 19 heures, Brest a facilement dominé une équipe de Dijon qui, cette fois, est morte et enterrée puisqu’elle compte désormais dix points de retard sur la place de barragiste. Les Brestois jouent trop bien au ballon pour que cette faible équipe de Dijon puisse lui résister. À Geoffroy-Guichard, Lens a poursuivi son formidable parcours à l’extérieur - son formidable parcours tout court - en allant s’imposer 3-2 à Saint-Etienne. Les Verts qui commencent à être en grand danger avec cette deuxième défaite consécutive. Les semaines passent et rien ne change dans le Forez. 

Et puis Angers nous a fait une Angers. Le SCO est la formation la plus illisible de ce championnat, capable de se faire taper à la maison par Nantes puis d’aller gagner sur le terrain d’une équipe de Metz qui fait une super saison. Le seul but du match a été marqué sur penalty par Fulgini. Pour être franc, c’était impossible de suivre deux fois cinq matchs en même temps et j’ai vu peu de choses de cette partie. Nîmes a cru pouvoir tenir un résultat à Nice mais deux jolis buts signés Gouiri et Claude-Maurice ont permis au Gym de poursuivre son redressement avec cette seconde victoire consécutive.

Marseille inoffensif

À 21 heures, trois équipes du quatuor de tête étaient sur le pré, à commencer par la réserve du PSG qui l’a emporté sur la pelouse d’une équipe de Bordeaux qui a cadré une frappe dans la soirée sur une tête de Briand repoussée par Navas, dans les arrêts de jeu… Paris a marqué le seul but du match en première période sur une jolie frappe croisée en angle fermé de Sarabia. Le match a été très pénible à suivre mais bon, le PSG avait un pouvoir offensif quasi inexistant donc, prendre les trois points avec ce onze-là, c’est déjà pas mal. 

À Pierre-Mauroy, Lille a battu sur le tard - voire sur le très tard - l’OM grâce un doublé de David. Un succès mérité sur la physionomie du match, Mandanda ayant longtemps retardé l’échéance face à des Lillois pas spécialement fringants mais qui auront eu le mérite d’y croire jusqu’au bout. Un succès crucial qui permet aux hommes de Galtier de conserver leur première place avant de se déplacer à Monaco dans dix jours. En face, l’OM s’est montré appliqué derrière mais presque totalement inoffensif devant et n’a pas dû rassurer son futur coach… 

Dimanche dernier, on pouvait dire que les Strasbourgeois étaient malheureux de n’avoir fait que match nul à Lille. Cette fois, les Alsaciens ont remporté une victoire aussi étonnante que méritée devant une formation monégasque méconnaissable et qui s’est fait bouger pendant toute la partie. Les joueurs de Laurey ont fait preuve de rigueur défensive mais aussi de pas mal de talent offensif. Ils ont eu beaucoup d’occasions et se sont finalement imposés dans le temps additionnel sur une frappe des vingts mètres signée Guilbert. 

Une fameuse trouvaille que ce latéral droit qui a remplacé Lala parti à l’Olympiakos et qui en est déjà à deux passes et un but ô combien décisifs. Strasbourg prend ses aises avec les équipes de queue et est même quasiment sauvé puisque dans le même temps, Lorient n’a pris qu’un point, Nîmes s'est incliné et Nantes a également perdu, à domicile devant une équipe de Reims qui a gagné presque sans le vouloir. L’implacable efficacité d’Abdelhamid sur coups de pied arrêtés a permis aux Rémois de transformer du plomb en or. 

Pierrot