France-Moldavie : l'analyse

Posté par Pierre Ménès le 15 Novembre 2019

Si j’étais méchant - mais vous savez bien que ce n’est pas le cas - je dirais que, lorsqu’on n’a jamais à l’esprit de vouloir jouer au foot, de produire du jeu, d’être exigeant sur la qualité, on finit un jour par tomber sur ce genre de match, face à une équipe qui, par miracle, ouvre le score et défend super bien ensuite en mettant ses tripes sur la table. C’est exactement ce qui est arrivé aux Bleus hier soir et ce match face à la Moldavie n’est évidemment pas fait pour me rassurer. 

Pourtant la compo de Deschamps était ambitieuse, avec quatre joueurs à vocation offensive. Oui mais voilà, quatre attaquants qui se retrouvent tous à rentrer dans l’axe, ça ne sert à rien. Pour moi, les deux grands responsables de la première mi-temps ratée des Bleus sont Griezmann, qui jouait trop haut et n’a jamais commandé le jeu de son équipe, et Mbappé qui n’a jamais occupé le côté droit et s’est régulièrement englué dans la défense renforcée des Moldaves, dans une position de neuf et demi qui n’avait pas de sens.

Les choses se sont améliorées en seconde période. Coman est passé de gauche à droite, Mbappé a fait le chemin inverse et Griezmann a évolué un peu plus bas, ce qui lui a permis de toucher plus de ballons et d’avoir enfin un peu d’influence sur le jeu de l’équipe de France. On a alors vu plus d’allant et de mouvement, les Moldaves ont baissé de pied physiquement et le match s’est transformé en attaque-défense, avec quelques combinaisons intéressantes et des situations dangereuses créées par les joueurs de Deschamps. 

Mais il a quand même fallu un but litigieux et un péno pour assurer ce succès laborieux face à la 175e nation mondiale. La cohorte de mecs qui pensent que le résultat prime sur tout le reste vont me dire que l’essentiel est là, que l’équipe de France devait gagner ce match - peu importe la manière - pour viser la première place. OK, mais attention : il est difficile d’imaginer que la Turquie ne battra pas Andorre, donc il faudra impérativement l’emporter en Albanie. Et pour ça, il faudra montrer autre chose que ce qu’on a vu hier soir. Parce que l’Albanie, c’est bien meilleur que la Moldavie. Surtout à domicile, avec en plus l’inauguration du nouveau stade à Tirana. 

Pour le moment, cette équipe de France manque de créativité, de profondeur, de spontanéité dans les transmissions. Je n’ai quasiment jamais vu Mbappé avoir un ballon en décalage, il a toujours été obligé de passer un premier dribble avant de pouvoir accélérer. Même remarque pour Coman. Les deux joueurs les plus rapides de l’équipe n’ont eu que des ballons arrêtés à négocier. Au final, si les Bleus ont fait le job en se qualifiant, on ne peut pas dire qu’ils aient survolé un groupe pourtant facile, ni brillé par leur jeu. Jouer au foot ne se décrète pas, cela se travaille.

Pierrot