France-Moldavie : les notes des Bleus

Posté par Pierre Ménès le 14 Novembre 2019

MANDANDA (5) : Si on cherchait la petite bête, on pourrait dire qu’il manque un peu de promptitude sur la boulette de Lenglet, mais bon… Pour le reste, il n’a rigoureusement rien eu à faire. 

PAVARD (5) : Il a touché énormément de ballons, sans doute le Bleu qui en a joué le plus. Mais à part sa traditionnelle demi-volée, de peu à côté, il ne s’est pas passé grand chose. Je ne suis toujours pas convaincu qu’il soit un vrai arrière droit. Je pense que lui non plus, d’ailleurs. 

VARANE (6) : Défensivement, il a coupé pas mal de trajectoires et a récupéré un paquet de ballons. Et puis, quand il a vu que les Moldaves jouaient tous derrière, il s’est enhardi, a tenté d’apporter le surnombre balle au pied ou en tentant des passes verticales. Et il a eu le grand mérite d’égaliser de la tête. Un match sérieux.

LENGLET (3) : Evidemment, sa monstrueuse boulette en ouverture de match était difficilement compensable par la suite, sauf à marquer un triplé. Après cette bévue, il s’est montré d’une prudence extrême et n’a jamais apporté le surnombre. On demande plus que ça sous le maillot bleu, surtout à un mec qui est titulaire au Barça.

DIGNE (5) : Il aurait pu avoir beaucoup plus si ses coéquipiers avaient daigné joué avec lui. Je ne compte pas le nombre de fois où il attendu que le ballon arrive de son côté et lorsqu’il arrivait enfin, c’était parce qu’un centre venu de la droite atterrissait au 8e poteau. Et puis, il ne faut pas oublier que c’est lui qui a provoqué le penalty de la gagne. Voilà, désolé mais je ne participerai pas au « Digne bashing ».

KANTÉ (5) : Ah ça, pour lessiver des ballons, il en lessive ! Il en récupère une tonne. Mais la question, surtout dans ce genre de match, c’est : qu’est-ce qu’il en fait ? Il y a très peu de prise de risque dans ses transmissions. Alors on me dira que ce n’est pas ce qu’on lui demande. Je répondrai que, face à un adversaire aussi regroupé derrière, on est en droit de demander à un milieu d’apporter un peu de fantaisie et de prise de risque avec la balle. 

TOLISSO (5) : On pourrait faire un peu la même appréciation que pour Kanté. Sauf qu’on sait qu’il a une plus grande capacité à jouer vers l’avant. Mais on l’a trop peu vu prendre ses responsabilités, pour écarter le jeu notamment.

GRIEZMANN (4) : Alors lui, il n’est vraiment pas en confiance. Il manque de punch, de rythme. Et il porte à mon sens une lourde responsabilité dans le fait que l’EdF a cherché à jouer dans l’axe en permanence. C’est lui le meneur, c’est à lui de d’écarter le jeu, d’orienter. Il n’a pas manqué de bonne volonté, ce n’est pas du tout le débat. Mais il est très, très loin de sa forme optimale.

MBAPPÉ (5) : Une première période catastrophique, lors de laquelle il était très agaçant, notamment au niveau de son placement, avec cette position de neuf et demi où il était systématiquement cerné par une armée de défenseurs et était donc introuvable par ses coéquipiers. Beaucoup mieux après le repos, il a enfin passé des dribbles, tenté quelques frappes et, pour un joueur qu’on taxe souvent d’individualisme, s’est montré très intéressant dans son jeu en remise, comme sur le une-deux avec Digne qui amène le penalty. Ce n’était pas du grand Mbappé, on est d’accord, mais disons que la seconde période sauve la première.  

COMAN (5) : Quasiment inexistant en première mi-temps. De toute façon, le ballon n’allait que sur la droite. Il a fait une meilleure seconde période, justement lorsqu’il était à droite. Il a placé quelques dribbles et créé le danger. Mais là aussi, il n’y avait pas grand chose à l’arrivée. 

GIROUD (6) : Il a eu des occases dans ce match. Plusieurs fois servi au premier poteau, il a plongé et a souvent manqué de réussite dans ces tentatives. Il est influent sur le premier but puisque c’est lui qui gêne le gardien moldave. Faute ou pas ? Selon l’expression consacrée, « en Angleterre ça ne se siffle pas ». Et comme il joue en Angleterre… A part ça, il a marqué son 39e but avec les Bleus sur ce penalty transformé avec beaucoup de sang-froid. Honnêtement, pour un mec qui ne joue jamais, même au niveau physique ce n’était vraiment pas mal…

Pierrot