Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Le grand sourire de Lyon

Posté par Pierre Ménès le 6 janvier 2021

L’info de la soirée, c’est que Lyon est leader avec trois points d’avance sur Paris et Lille. Lyon a aligné un 15e match consécutif sans défaite en battant Lens, avec ses habituels trois buts inscrits. L’OL a ouvert le score par Memphis, a doublé la mise sur un CSC de Fortes puis a enfoncé le clou sur un penalty de Memphis consécutif à une faute de Leca sur Cornet. À 3-0, le match semblait plié mais, fidèles à leur identité de jeu, les Lensois n’ont rien lâché et ont continué à jouer. Bien leur en a pris car les Sang et Or ont réduit le score sur deux frappes fantastiques signées Sotoca et Doucouré. Un match dans lequel Paqueta a une nouvelle fois brillé. Abattage défensif, technique très sûre et sens du jeu, le Brésilien est le facteur X de cette équipe rhodanienne qui joue bien au foot, ne joue pas de Coupe d’Europe et s’affirme, à mi-saison, comme un vrai prétendant au titre. 

Et si la soirée est si belle pour les hommes de Garcia, c’est aussi parce que Lille s’est fait surprendre à domicile par Angers. Le SCO a inscrit deux buts dans le premier quart d’heure par Thomas, une superbe frappe du gauche et une jolie tête sur corner. Sonnés après cette entame douloureuse, les Lillois ont mis un peu de temps à sortir la tête de l’eau mais sont parvenus à réduire la marque avant la pause grâce à un but de l’indispensable Yilmaz. Le LOSC avait ensuite une mi-temps complète pour revenir mais les hommes de Galtier ont buté sur des Angevins qui, après leur victoire à Rennes, réalisent un deuxième gros coup à l’extérieur. Côté nordiste, était-ce un manque de fraîcheur ? Un début de gamberge ? C’est en tout cas un gros coup d’arrêt. 

À Geoffroy-Guichard, on attendait le premier match de Pochettino sur le banc parisien. Alors évidemment, trois jours seulement après son arrivée, il est impossible d’émettre un quelconque avis. Les Verts ont ouvert le score assez rapidement sur une boulette du duo Kehrer-Gueye exploitée par Bouanga et Hamouma. Trois minutes plus tard, Kean servi par Verratti a égalisé et on pouvait penser qu’avec sa possession de balle, le PSG parviendrait à faire la différence. Mais ça n’a jamais été le cas car, dans un style très différent, Di Maria et Mbappé ont été catastrophiques. L’Argentin n’a pas existé et le Français n’a pas de physique et aucun pouvoir d’accélération. Il fait presque de la peine et c’est assez inquiétant. 

Et c’était la soirée des Olympiques car Marseille l’a également emporté à l’issue d’un match très plaisant face à Montpellier. Radonjic s’est rappelé au bon souvenir du club en marquant sur une offrande de Thauvin mais Montpellier a égalisé sur une bonne frappe croisée de Mollet. Mais j’ai du mal à comprendre et même à admettre qu’un joueur - Delort en l’occurrence - hors-jeu qui laisse passer le ballon entre ses jambes ne fasse pas action de jeu. Un fait d’arbitrage qui a semblé un temps plomber les Olympiens, sauvés en fin de match par une action et une frappe de classe signées Payet, entré en jeu quelques minutes plus tôt, Germain - tout juste sorti du banc lui aussi - aggravant le score dans la foulée pour sécuriser le résultat. Coaching gagnant pour Villas-Boas et fin de la mauvaise passe pour l’OM, qui retrouve le Top 5.

Domenech, des attaques qui me dégoûtent

Dans les matchs de 19 heures, une équipe de Rennes très décevante s’est heurtée à une défense nantaise qui n’a pas commis d’erreur. On attend beaucoup mieux d’un prétendant aux places européennes que cette prestation mièvre. Après quatre victoires consécutives, on a revu le mauvais visage de Rennes. Côté Canaris, comme un clin d’oeil à sa réputation, Domenech a retrouvé le football français avec un 0-0. Compte tenu de l’équipe qu’il a et de celle qu’il affrontait, c’est plutôt un bon résultat. Juste une remarque au passage pour dire combien j’ai été scandalisé des nombreuses attaques personnelles - voire des sarcasmes, venant même de la chaîne pour laquelle il a travaillé - dont il a fait l’objet depuis l’annonce de son arrivée à Nantes. Je rappelle à toutes fins utiles que Raymond Domenech n’a tué personne. Très franchement, cela me dégoûte et rien que pour ça, j’ai envie qu’il réussisse. 

A part ça, Monaco a fini par signer un carton à Lorient alors que cela n’en prenait pas le chemin. Après avoir mené deux fois au score, les Monégasques se sont fait rejoindre à deux reprises, avant que leur puissance offensive ajoutée à la faiblesse assez effarante de Nardi dans le but des Merlus ne fasse la différence. On ne peut pas se maintenir en Ligue 1 avec un gardien de ce niveau. Et puis à Francis Le-Blé, Brest a fait du Brest et Nice a fait du Nice. Les Finistériens ont bien joué au ballon et inscrit deux buts par Mounié et Honorat. Le second étant consécutif à un énième cadeau défensif des Azuréens. Saliba ou pas, la défense niçoise est toujours aussi inconsistante. Ah, ça va drôlement mieux sans Vieira…

Et puis dans le match des mal classés, Strasbourg a atomisé une équipe de Nîmes qui récupérait pourtant pas mal de joueurs mais qui est d’une faiblesse défensive ahurissante. Les Gardois ont encaissé cinq buts mais ils auraient presque pu en prendre le double, avec un penalty arrêté et une pléiade d’arrêts de Reynet. Cela en dit long sur l’indigence de cette équipe. Les Alsaciens eux, ont un calendrier relativement favorable et doivent en profiter pour engranger des points et s’éloigner au plus vite de la zone rouge. Ils ont bien commencé leur année en rattrapant les quatre buts encaissés au Parc avant la trêve. 

Pierrot