Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Lyon vire en tête

Posté par Pierre Ménès le 9 janvier 2021

Il ne vous aura pas échappé que j’ai passé ma soirée sur le plateau du CFC. N’ayant pas le don d’ubiquité, il m’était impossible de suivre les dix matchs en même temps, je me suis donc concentré sur les trois premiers du classement. Et j’ai eu de la chance car sur les trois, deux ont été très bons. Avec, à tout seigneur tout honneur, le champion d’automne lyonnais qui est allé arracher un nul inespéré sur la pelouse de Rennes. Pendant soixante-dix minutes, les Bretons ont dominé les débats, ouvrant le score sur une astucieuse passe en retrait de Terrier pour la frappe de Grenier et doublant la mise par Bourigeaud, en deux temps, suite à un bon décalage du même Grenier. 

À ce moment-là, l’OL semblait très mal embarqué, d’autant qu’après une longue série de matchs séduisants, les hommes de Garcia se montraient décevants, maladroits techniquement et surtout peu motivés, ce qui sera peut-être un motif de questionnement avant d’être une véritable inquiétude pour les prochains matchs. Mais comme souvent, c’est une inspiration géniale de Memphis qui a relancé la machine, avec un enchaînement contrôle poitrine-volée du droit au ras du poteau. Le Néerlandais est vraiment le facteur X de cette équipe et l’a démontré trois minutes plus tard avec un centre vicieux pour la tête de Denayer qui a profité d’une très mauvaise sortie de Salin pour égaliser. Lyon est donc champion d’automne avec 40 points et une seule défaite, une performance de choix.

Son dauphin parisien s’est rapproché à un point après son succès 3-0 au Parc face à Brest. Que le PSG ait marqué trois buts, c’est assez normal vu les occasions et les arrêts réalisés par Larsonneur. Ce qui l’est moins, c’est que les Finistériens n’en aient pas inscrit au moins un, compte tenu de leurs intentions offensives, de leur capacité à bien ressortir la balle, de leurs projections vers l’avant et de leur envie de jouer. Si plus d’équipes de Ligue 1 jouaient comme Brest, personne ne s’en plaindrait. Paris a ouvert le score par Kean qui a repris une tête de Marquinhos sur le poteau. L’Italien pouvait sembler hors-jeu mais il était en fait couvert par Faivre qui a tardé à s’aligner au premier poteau. 

Le second but est l’oeuvre d’Icardi, de retour sur les terrains et à la conclusion d’une magnifique action individuelle de Mbappé, qui n’a pas marqué mais a paru beaucoup plus en jambes qu’à Sainté il y a trois jours et le troisième a été marqué par Sarabia, d’une frappe du gauche suite à une talonnade d’Icardi. L’Argentin qui, sur ses quatre premiers ballons du match, a donc mis un but, délivré une passe décisive et envoyé une frappe cadrée sortie miraculeusement par Larsonneur. Un ratio assez exceptionnel. 

Enfin, après la désillusion face à Angers, Lille a retrouvé le goût de la victoire en s’imposant sur le plus petit score chez la lanterne rouge nîmoise au cours d’un match d’une grande médiocrité, qui tendrait à démontrer que les Nordistes connaissent un petit coup de barre ou un petit coup de pression par rapport à leur classement. C’est encore une fois l’incroyable Yilmaz qui a marqué le but de la victoire sur un cadeau de Lucas Deaux. Mais c’est vrai qu’on n’a pas reconnu l’habituelle qualité de jeu du LOSC et c’est le deuxième match consécutif lors duquel Lille déçoit. On peut compter sur Galtier pour resserrer les boulons dans les prochaine semaines. 

Pierrot