Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Marseille, c'est vraiment sérieux

Posté par Pierre Ménès le 3 décembre 2019

On a donc eu deux confirmations dans le haut du tableau hier soir. Un : Marseille va bien. Et deux : Lyon va mal - enfin, si tant est qu’on puisse parler de haut de tableau pour l’OL. L’OM a joué un match assez étrange au niveau des choix tactiques mais des choix qui se sont avérés payants puisqu’on était en train de noter qu’Angers avait 72% de possession de balle quand Sakaï a obtenu le penalty du 2-0, les Olympiens ayant déjà ouvert le score sur un coup-franc rapidement joué par Payet pour Sanson qui avait profité de l’apathie de la défense angevine pour se retrouver en duel face à Butelle et bien croiser sa frappe.

Le SCO a livré un match plutôt correct et consistant mais a été plombé par ses erreurs défensives et par sa faiblesse offensive, les hommes de Moulin n’ayant jamais réussi à mettre la défense marseillaise hors de position, sauf sur la tête de Capelle très joliment repoussée par Mandanda. L’OM a ensuite géré son avance après le repos pour aller signer sa 5e victoire consécutive, ce qui ne lui était plus arrivé depuis cinq ans. Et sans vraiment forcer, en plus. On sent que cette équipe, qui on le sait n’a pas un effectif pléthorique, parvient à gérer ses efforts. Cela commence à devenir sérieux et en cas de victoire dimanche contre Bordeaux, cela commencerait même à devenir très sérieux. 

Bordeaux qui sera un adversaire de taille puisque les Girondins ont fait exploser une équipe de Nîmes moribonde et qui jouera gros vendredi aux Costières face à Lyon. L’an passé, les Crocos avaient un état d’esprit irréprochable et une vraie ligne d’attaque. Cette année, l’état d’esprit n’est pas forcément en baisse, en revanche la ligne d’attaque a disparu de façon rédhibitoire. Maja a mis un triplé et la tactique prônée par Sousa, qui a mis tant de temps à se mettre en place, commence à très bien fonctionner. Du coup, on aura un match vraiment passionnant dimanche entre Olympiens et Girondins.

Garcia cherche, mais ne trouve pas

Le deuxième carton de la soirée a eu lieu à Brest, où les Finistériens ont joyeusement dynamité une équipe de Strasbourg hors sujet, avec un turnover opéré par Laurey que j’ai un peu de mal à comprendre. La dynamique alsacienne était bonne, avec deux victoires consécutives et une défaite de justesse face à Lyon. Pourquoi changer autant de joueurs ? Comme si des pros n’étaient pas capables de faire trois matchs en huit jours. En tout cas, la sanction a été lourde pour le Racing et Brest continue son parcours épatant et pimpant. Les Bretons prennent des points en jouant au foot et on retrouve avec plaisir la patte du Dall’Oglio époque dijonnaise. 

Et puis en soirée, il fallait être vraiment observateur pour trouver que le match entre Lyon et Lille opposait deux équipes engagées en Ligue des Champions. Car on assisté à une rencontre extrêmement faible, que ce soit au niveau de l’intensité ou de la qualité technique. Avec au final un spectacle très, très moche. Et comme cela arrive souvent dans ce genre de match, les Lillois ont touché un seul ballon dans la surface lyonnaise après le repos et c’est allé au fond avec une énième boulette de Marcelo - dont le dossier s’épaissit - à la relance et un service d'Osimhen pour Ikoné conclu d’une frappe en déséquilibre par l’international français.

Une ouverture du score qui a provoqué une réaction lyonnaise trop mollassonne pour déstabiliser le bloc nordiste. Alors Depay était de retour, mais comme pour tous les joueurs qui sont absents plusieurs semaines, il faut arrêter de croire qu’il suffit de les mettre sur le terrain pour qu’ils soient tout de suite à 100% - suivez mon regard. Rudi Garcia cherche, mais pour l’instant il ne trouve pas et l’écart de points pourrait commencer à être préoccupant pour des Lyonnais programmés pour le podium et qui viennent de laisser échapper une belle occasion de s’en rapprocher. 

Pierrot