Marseille confirme

Posté par Pierre Ménès le 24 Novembre 2019

Cette 14e journée a débuté vendredi avec la victoire du PSG, qui a rapidement mené 2-0 grâce à son insatiable duo argentin Icardi-Di Maria, face à un LOSC globalement très décevant. Avec ce double avantage et à quatre jours de Madrid, le PSG n’a pas forcé par la suite. Cela a permis de relancer Neymar, qui n’a pas été très brillant il faut bien le reconnaître. Mais bon, de là à faire des débats pour savoir si Neymar doit jouer ou pas au Bernabeu… Alors quand il est blessé, on le taille et quand il est rétabli, il ne faut pas le faire jouer. Il faudrait savoir…

Samedi, Lyon a péniblement battu Nice au Parc OL. Sans dominer leur sujet, les Lyonnais ont eux aussi rapidement mené 2-0 devant des Aiglons hors du coup, avec un but de Reine-Adélaïde sur une grosse erreur de Dante et un penalty stupidement concédé par Hérelle et transformé par Dembélé. Les joueurs de Vieira se sont repris en seconde période et Lyon, réduit à dix après le mawashi geri de Marçal, a eu beaucoup de mal et presque joué la montre en fin de match. Un match arrêté un temps pour cause « d’indigestion de fumigènes » au Parc OL. 

Vous connaissez ma position depuis vingt ans au sujet des « fumis ». Je voudrais qu’on m’explique ce qu’il y avait de festif dans le fait de voir des joueurs incommodés par la fumée, dans le fait d’interrompre le match parce qu’on ne voyait plus rien… En tout cas, si les supporters ont trouvé ça formidable, évidemment le club n’est pas du tout de cet avis. Et je pense que la Ligue, qui a été d’une clémence inouïe après Marseille-Lyon, va s’occuper du cas de l’OL. On va voir quelles sanctions vont être prises.

Le samedi soir a été marqué par la courte victoire d’Angers face à Nîmes qui permet au SCO de s’accrocher au podium, celle plus large de Strasbourg qui a marqué quatre buts à Amiens, le nul entre Brest et Nantes et entre Metz et Reims. Et puis Dijon et Rennes continuent de surprendre, dans le bon sens concernant les Bourguignons et dans le mauvais pour les Bretons. Stephan commence un peu à perdre son sang-froid et je pense que les semaines qui arrivent s’annoncent décisives pour le Stade Rennais.

Le mérite de Benedetto

Et puis dimanche après-midi, Bordeaux pourtant amputé de six titulaires et mené au score, a trouvé le moyen de battre Monaco. Avec du courage, de la détermination et de l’agressivité, soit tout ce qui manque à cette équipe de l’ASM qui ne compte que sur son duo d’attaque et sur Golovine, le reste étant assez informe, même si j’ai trouvé Bakayoko pas mal. Malheureusement, Slimani qui avait ouvert le score a aussi provoqué la défaite de son club avec une main inutile dans la surface qui a provoqué un penalty et son expulsion. 

Une sanction justifiée pour l’attaquant algérien, qui a passé son temps à râler et à chambrer… Autant j’adore le joueur, autant le comportement de l’homme m’a fortement déplu sur ce match. Les Girondins l’ont finalement emporté sur deux coups de pied arrêtés, le penalty donc, transformé par De Préville et un corner du même De Préville repris de la tête par Pablo. Une équipe bordelaise qui mérite d’être félicitée. Sans Koscielny, sans Briand, sans Kamano ou encore Otavio, c’est un succès assez méritoire. 

Il aurait pu y avoir des buts entre Sainté et Montpellier mais les poteaux et Ruffier en ont décidé autrement. Le gardien stéphanois a réalisé deux arrêts extraordinaires dans ce match, avec un nul final qui n’arrange personne. Et puis on a eu droit à une jolie purge en soirée entre Toulouse et Marseille. Un match qui ne s’est décanté que dans le dernier quart d’heure, sur le seul coup de génie de Payet, auteur d’une passe cachée pour Benedetto qui a évité Reynet pour marquer. L’attaquant argentin a eu bien du mérite à se battre seul devant parce qu’avec Lopez à gauche et Payet à droite, les ballons n’affluaient pas vraiment. 

Villas-Boas a ensuite effectué un bon coaching puisque c’est Germain qui contre le ballon et envoie Radonjic marquer un joli but qui va peut-être lui donner un peu plus de confiance pour la suite. Ce match, l’OM l’a gagné sans Alvaro, Caleta-Car ni Amavi, une performance intéressante, d’autant plus que la fin des matchs allers et son calendrier abordable pourrait permettre aux Olympiens de consolider leur place. Quant au Téfécé, il est clair que l’expulsion de Moreira pour un attentat sur le genou de Sarr a plombé son match. Les hommes de Kombouaré se sont ensuite battus avec courage jusqu’à ce qu’il n’y ait plus s’essence dans le moteur et qu’ils craquent logiquement sur le plan physique en fin de match. 

Pierrot