Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Monaco et Lille piétinent

Posté par Pierre Ménès le 14 février 2021

Drôle de week-end que nous a offert cette 25e journée de Ligue 1. Notamment en tête puisque seul le PSG l’a emporté sur les quatre équipes en course pour le titre. C’est Monaco qui a ouvert ce dimanche avec un match très compliqué face à Lorient. Il a fallu que Ben Yedder reprenne de volée une remise de Badiashile dans les arrêts de jeu pour sauver le club de la Principauté. Le problème - et on le sait depuis le début de la saison - c’est que l’ASM possède une attaque brillante mais une défense friable. 

Alors quand l’attaque est un peu moins brillante, ça donne un match nul qui, au vu de la physionomie de la rencontre, est un peu inespéré. Les Merlus eux, sont dans la dynamique de leurs derniers matchs. Ce qu’ils font est cohérent, avec deux attaquants qui vont vite, Moffi et Wissa qui ont fait beaucoup de mal à la défense monégasque, ouverte comme la Mer Rouge devant Moïse sur le premier but. Et puis il y a un truc qu’il faut dire : Monaco a un gardien qui n’arrête jamais rien, ce qui est quelque peu problématique. 

Dans le multiplex de 15 heures, on a eu un match longtemps horrible entre les deux derniers du classement. Dijon était pétrifié par l’enjeu et s’est logiquement fait surprendre en fin de rencontre par deux jolis buts signés Ripart et Eliasson. Une défaite qui à mon avis, enterre les derniers espoirs bourguignons. Strasbourg l’a emporté à Metz après une première période difficile où les Alsaciens ont encaissé un but assez ridicule, sur lequel Kawashima est à la fois malchanceux et pas décisif. Le jour où Sels va revenir dans les buts du Racing, la musique sera tout autre… Toujours est-il que deux buts de Thomasson, le premier sur un mouvement de près et le second sur une tête, bien servi par Guilbert, ont permis à Strasbourg de remporter le derby. Thomasson dont on ne parle jamais et que je trouve assez sous-coté. Ce n’est pas un joueur qui pèse sur les matchs mais en fin de saison, il a des stats.

Après quinze journées de disette, Nantes a enfin gagné un match ! Peut-on parler d’effet Kombouaré ? Forcément. On a seriné pendant sept matchs qu’il n’y avait pas d’effet Domenech. AK arrive et gagne, il y a donc obligatoirement un effet Kombouaré. Les Canaris ont très vite pris de l’avance après un but de Simon servi d’une jolie passe aveugle par Blas puis grâce à un péno de Louza. Angers a réduit le score également sur penalty pour une faute de Touré sur Doumbia. Assez loin de son meilleur niveau et en manque d’envie, le SCO s’est fait prendre sur une nouvelle passe décisive de Blas pour Bamba qui a bien évité Bernardoni pour donner un succès et de l’espoir à Nantes. Il en faudra plus pour se maintenir mais c’est un bon début.

Lille sans idée

Saint-Etienne s’est remis sur les rails avec une formation où Khazri, Bouanga et Nordin ont été bons, ce qui change tout. Les Verts ont été efficaces devant et solides défensivement, concédant finalement très peu d’occasions. Mais que dire de la prestation rennaise ? Cela fait pas mal de temps que j’avertis les supporters rennais - et les autres d’ailleurs - du souci de voir un Stéphan plénipotentiaire dans ce club. Trop de choses pas normales se sont passées à Rennes, qui vont de la longue mise à l’écart de Grenier à l’exil forcé de Raphinha en passant par le recrutement raté et le départ de Niang, expédié en Arabie Saoudite à 26 ans alors qu’il aurait pu signer dans un autre club… Quand on cherche à nuire à la carrière d’un joueur, on se prend souvent la porte sur les doigts et c’est ce qui est en train de se passer au Stade Rennais.

À 17 heures, Lille avait l’occasion de reprendre trois points d’avance sur le PSG mais Lille a totalement raté son match. Avec deux équipes portées sur l’attaque et une défense - celle de Brest - poreuse, on s’attendait à un festival de buts. Ça n’a pas du tout été le cas. pour une fois, Brest a bétonné et cela a marché face à une équipe nordiste dépourvue de précision et de créativité, qui n’a pas cadré une frappe du match. Avec ce résultat, le LOSC n’a plus qu’un point d’avance sur le PSG et c’est surtout un vrai coup d’arrêt après une belle série. 

Et puis on ne va pas en faire des tonnes sur le classique Bordeaux-Marseille qui a été une épouvantable purge, notamment en première période. Il ne s’est rien passé entre une équipe olympienne amoindrie et qui ne voulait pas prendre de buts et une formation girondine qui semblait plus concernée par son record d’invincibilité que par l’envie de gagner. Pourtant, Bordeaux aurait dû gagner ce match après les expulsions coup sur coup de Balerdi après une faute d’antijeu sur Oudin qui annihile une occasion de but et de Benedetto qui a pété un câble en lâchant un tacle odieux sur Koscielny qui devrait lui valoir une longue suspension. 

Seulement, j’ai l’impression que personne n’a prévenu les Bordelais qu’ils étaient deux de plus. Les joueurs de Gasset ont donc continué à jouer sans prise de risque et sans allant. Un match désespérant mais qui finalement, donne un petit sourire aux Marseillais, qui doivent trouver dans les circonstances actuelles et avec une équipe affaiblie au coup d’envoi des motifs d’espérer pour les semaines à venir…

Pierrot