Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

On en redemande !

Posté par Pierre Ménès le 12 Janvier 2020

L’après-midi a commencé par un match assez bizarre, disputé dans un stade vide. Un match à huis clos n’est jamais sympa à regarder, c’est une évidence. Mais sachant que Geoffroy-Guichard est sous le coup d’un sursis, j’ai peur que cela se reproduise à Sainté car à travers leur communiqué, les ultras stéphanois n’ont pas l’air d’avoir compris et semblent dire à tout le monde qu’ils vont continuer à faire ce qu’ils veulent.… C’est un  bras de fer que les supporters vont forcément perdre sur la durée, donc je trouve ça dommage. D’autant plus que cette équipe de Saint-Etienne et son nombre abyssal de blessés n’a vraiment pas besoin de ça. 

Dans ce match, il n’y a pas eu photo entre cette ASSE friable, sans qualité offensive ni densité physique et des Canaris bien en place et qui développent un jeu cohérent et adapté à leurs qualités. Alors on est loin du foot technique et léché que Gourcuff prônait à Lorient, mais les joueurs ne sont pas les mêmes. A Nantes, il n’y a pas les mêmes techniciens, mais il y a des joueurs qui se battent et qui progressent, comme Blas qui a encore marqué, comme Abeid qui a ouvert le score d’une jolie frappe, ou comme Simon qui est une vraie belle surprise. Nantes est bien classé, reste à voir si cela peut durer. Le FCN a eu un passage à vide mais dans ce championnat, on a le droit à un passage à vide. Alors, wait and see...

Le passage à vide à l’extérieur se poursuit pour le LOSC. Après en avoir pris cinq à Monaco avant la trêve, les Dogues ont perdu à Dijon au terme d’un très mauvais match, à tous les niveaux. Gomis a été très sûr sur les ballons aériens et les quelques parades qu’il a eu à effectuer. Mais cette prestation est notoirement insuffisante pour une équipe qui a les ambitions du LOSC. Et puis je ne sais pas ce qu’a voulu faire Galtier en plaçant Bamba et André sur le banc, ce qui est sûr c’est que cela n’a pas fonctionné. Les Dijonnais eux, confirment qu’ils sont vraiment costauds à domicile après avoir déjà battu le PSG et fait match nul contre l’OM. Franchement, je voyais cette équipe finir dernière de ce championnat en début de saison. C’est loin d’être le cas pour l’instant.

Une vraie belle soirée de foot

Et puis en soirée, on a enfin assisté à un sommet dans ce championnat. Pas sur le papier, mais sur le terrain, entre les deux meilleures attaques de L1. Moreno, le nouveau coach monégasque, avait parfaitement préparé son coup en soignant la première relance qui, face à ce PSG très offensif, ouvre immédiatement des brèches. Et devant, il y a eu du talent pour faire la différence. On aurait pourtant pu croire, avec l’ouverture du score de Neymar au bout de deux minutes de jeu, que Paris allait se trimballer, comme d’habitude. Il n’en a rien été. Alors tout le monde va parler des quatre attaquants du PSG. Moi j’ai surtout trouvé que les deux latéraux avaient évolué trop haut. A partir du moment où tu joues avec quatre éléments très offensifs, il faut que les latéraux jouent de manière un peu plus prudente. 

Gelson Martins a égalisé sur une action où, de toute façon, l’ASM aurait bénéficié d’un penalty pour une faute de Navas. Et puis, Ben Yedder a marqué un but remarquable pour donner l’avantage à Monaco. Un tir de Neymar dévié par Ballo-Touré a offert l’égalisation au PSG avant que Gelson Martins confirme qu’il est bien meilleur attaquant que défenseur en concédant un péno un peu naïf sur une accélération de Mbappé. Les joueurs de Tuchel menaient 3-2 au repos mais se sont retrouvés le cul entre deux chaises entre l’envie de se mettre à l’abri et celle de moins se projeter et de jouer de façon plus rationnelle. 

Finalement, ils se sont fait piéger avec l’égalisation de Slimani, dont la position de hors-jeu a été annulée par la déviation de Marquinhos. A l’arrivée, ce match nul restera comme une péripétie pour les Parisiens en championnat, mais cela montre que le PSG peut se trouver en grande difficulté face à une équipe qui a de la qualité technique et joue offensif. Ce qui est très intéressant, c’est que ces deux équipes vont se retrouver dans trois jours à Louis II. On va voir si Tuchel va aligner de nouveau ses quatre fantastiques ou s’il va jouer à trois au milieu. Ce n’est pas l’interview donnée à Olivier Tallaron, lors de laquelle je l’ai trouvé amusant et agacé, qui va éclairer notre lanterne. En tout cas, pour le spectateur neutre, c’était un match vivant avec des arrêts, des occases, des sauvetages, un jeu fluide, sans violence et six buts. Une vraie belle soirée de foot comme la Ligue 1 ne nous en offre pas assez souvent. 

Pierrot