Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Paris perd pied

Posté par Pierre Ménès le 14 mars 2021

Après le match nul entre Monaco et Lille, on pouvait penser que le PSG allait battre Nantes et prendre la tête de la Ligue 1 à la différence de buts. Mais il faut croire que les Parisiens n’ont pas envie d’être champions de France cette année puisqu’ils ont perdu hier soir pour la septième fois de la saison, après un match sans queue ni tête. Alors OK, Paris menait 1-0 à la mi-temps sur un but de Draxler mais déjà, Nantes aurait pu ouvrir le score si le penalty évident pour la faute de Kimpembé sur Kolo Muani avait été accordé. Ce qui, de façon incompréhensible, n’a pas été le cas. 

Voilà une énième démonstration de l’incompétence arbitrale. Entre monsieur Abed sur le terrain et les zozos de la VAR, il n’y en pas un qui a été foutu de prendre la bonne décision alors que, sur le plateau du CFC, nous étions sept à donner péno sur cette action. Quelque part, la victoire nantaise compense cette arnaque… En deuxième période, le PSG qui n’avait pas montré grand chose à part une énorme possession de balle, a complètement déjoué. Une passe en retrait stupide de Mbappé a d’abord permis à Kolo Muani de dribbler un Marquinhos peu en verve pour égaliser. Et sur un dégagement de Lafont touché par personne, Kolo Muani est parti tout seul offrir le deuxième but nantais à Simon. 

Cette défaite est évidemment inadmissible pour Paris. Mais, selon les informations dont on dispose au moment où j’écris ce post, il semblerait que les joueurs parisiens aient été mis au courant à la mi-temps que deux d’entre eux avaient été cambriolés. Ce qui explique l’intervention de Leonardo et la sortie précipitée de Di Maria. D’autant qu’il pourrait s’agir d’un cambriolage avec séquestration puisqu’avec le couvre-feu, tout le monde est supposé être chez soi. Ce n’est en aucun cas une excuse mais ça constitue peut-être une explication. Revenir sur la pelouse avec cette information a dû perturber l’ensemble de l’équipe. 

Cela n’enlève rien au mérite des Canaris, qui sont restés fidèles à leur tactique, n’ont absolument pas connu de coup de pompe physiquement et ont su se montrer efficaces. Kombouaré a fait les bons choix et cela permet à Nantes de recoller un peu au classement puisque Nîmes et Lorient ont tous deux concédé le nul dans l’après-midi. Aux Costières, Koné avait ouvert le score pour les Crocos mais Delort a égalisé de la tête pour Montpellier dans un match très spectaculaire. Au Moustoir, un but solitaire de Maolida avait permis à Nice de prendre l’avantage avant que le très intéressant Laurienté ne se fasse remarquer en plaçant une accélération foudroyante sur 70 mètres pour offrir l’égalisation à Wissa.

Monaco et Lille trop prudents

Dans les autres matchs, Rennes a battu Strasbourg grâce à un but de Bourigeaud dans un match pauvre en occasions et en rythme et Dijon a réussi l’exploit d’encaisser trois buts de la part de Bordeaux, ce qui est déjà une performance en soi. On attendait beaucoup de Lens-Metz et pour le coup, on n’a pas été déçu. Les deux révélations de la saison ont livré un très beau match, avec des buts, du suspense et des retournements de situation. Dans ces deux équipes, on note l’éclosion de deux latéraux très intéressants : Clauss, qui a ouvert le score pour les Sang et Or sur un coup-franc détourné et Delaine, qui a égalisé d’une magnifique frappe enroulée du gauche pour les Grenats.

Et puis la grosse affiche de la journée avait lieu à Louis II entre Monaco et Lille. La première mi-temps a été intéressante au niveau du rythme et a donné lieu à un bel affrontement tactique. La seconde a été beaucoup moins emballante, les deux équipes se montrant trop prudentes. Aucune des deux n’a accepté de se déséquilibrer pour tenter de faire basculer la décision, même si l’ASM aurait finalement pu arracher la victoire dans les arrêts de jeu si Maignan n’avait pas sorti le grand jeu face à Jovetic.

Après cette 29e journée un peu folle où aucun des quatre premiers n’a gagné, Lille a désormais trois points d’avance sur le PSG et Lyon, et toujours sept sur Monaco. Pour le PSG, le championnat pourrait se jouer lors des deux prochaines journées, avec le déplacement à Lyon puis la réception de Lille. Il leur faudra prendre six points. En sont-ils capables ? Le retour de Neymar transformera-t-il le visage de cette équipe ? C’est l’un des nombreux suspenses qui nous attendent le week-end prochain…

Pierrot