Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Paris punit Lyon

Posté par Pierre Ménès le 21 mars 2021

Ce dimanche a commencé par la victoire de Lens à Strasbourg grâce à un but d’Haïdara, qui a contré une sortie désastreuse de Kawashima sur corner, et une jolie réalisation de Fofana qui est décidément un excellent joueur. Cela n’a pourtant pas été l’un des meilleurs matchs des Sang et Or qui ont souvent été mis sous pression par les Alsaciens. Quand ces derniers ont daigné jouer. Parce qu’encore une fois, Laurey a débuté à domicile avec huit joueurs à vocation défensive et une seule pointe. Et comme à chaque fois, Strasbourg a perdu, même si Bellegarde avait égalisé de la tête et même si Laurey s’est enfin décidé à jouer à trois attaquants. Leca a fait les bons arrêts et ce résultat permet aux Nordistes de croire à l’Europe et laisse les Strasbourgeois en danger pour le maintien. À force de dire que cette équipe n’est pas à sa place, elle va finir par y être…

Dans les matchs de 15 heures, Montpellier a facilement battu une équipe bordelaise à la dérive, qui avait pourtant ouvert le score par Hwang sur un bon ballon d’Adli. Mais derrière, la puissance héraultaise a fait la différence avec un super coup-franc de Sambia, un but de Laborde sur lequel Costil n’est pas inoubliable et une très jolie réalisation de Mavididi qui est un attaquant vraiment intéressant. À part ça, Reims a gagné à Dijon sur une énorme erreur de Racioppi et un but de Dia qui n’avait pas marqué depuis longtemps. 

Et puis Nantes a longtemps cru tenir un succès capital pour son maintien avec un but de renard de Kolo Muani marqué très rapidement dans le match. Mais les Merlus ont su faire le dos rond en fin de première période et ont vraiment posé leur empreinte sur la rencontre après le repos. Et ils ont fini par égaliser sur un coup-franc incroyable de Laurienté, de 39 mètres, avec une frappe « boule de pétanque » à la Juninho. Un but invraisemblable pour un nul qui n’arrange finalement aucune des deux équipes. 

Mbappé, 100e

Car dans le match de 17 heures, Nîmes a réussi l’exploit de l’emporter chez le leader, une victoire assez méritée. Les deux buts nîmois signés Koné et l’indispensable Ripart, orchestrés par l’excellent Ferhat, ont fait chuter des Lillois qui connaissent des problèmes offensifs depuis un certain temps maintenant. Yilmaz revient d’une longue blessure, Yazici est aux abonnés absents, Ikoné est blessé, Bamba, Weah et David n’ont pas pesé sur le match… C’est quand même une saison assez bizarre, où Paris perd à la maison contre le 19e et Lille fait de même la semaine suivante. 

Alors bien sûr, cela laissait au vainqueur du choc du soir la possibilité de prendre la tête du classement et c’est Paris qui y est parvenu en sortant ce qui est probablement son meilleur de la saison en Ligue 1. Les Parisiens étaient extrêmement agressifs dans le pressing et le contre-pressing, et ont complètement étouffé l’entrejeu lyonnais, avec beaucoup d’engagement et surtout beaucoup de vitesse. Et quand on parle « vitesse », il est évidemment question de Mbappé, qui a ouvert le score à la suite d’une volée de Verratti repoussée par Lopes sur l’attaquant français, qui s’est dégagé d’un dribble avant de frapper entre les jambes de De Sciglio et de Lopes. Le PSG a ensuite doublé la mise par Danilo d’une belle reprise du droit sur une remise de la tête de Marquinhos. 

On imaginait que l’OL allait réagir après le repos mais il a encaissé deux nouveaux buts, coup sur coup : un coup-franc rentrant de Di Maria touché par personne et le 100e but en L1 de Mbappé, bien lancé dans la profondeur par Verratti et qui a gagné son duel avec Lopes. Avec la satisfaction du devoir accompli, le prodige français est sorti et Paris a presque naturellement reculé de 15 mètres - à moins que ce ne soit Lyon qui ait avancé de 15 mètres, ce qui revient au même. Les Gones ont d’abord réduit le score sur une frappe sèche de Slimani avant que Cornet ne remporte son face-à-face avec Navas pour atténuer l’ampleur de la défaite. Malgré ses sept revers, le PSG a donc récupéré le fauteuil de leader, avec un match dans quinze jours face à Lille qui pourrait lui permettre de prendre une option intéressante. 

Pierrot