PSG-OM est-il encore le "Classico" ?

Posté par Pierre Ménès le 24 Octobre 2019

PSG-OM… Saison après saison, ce match continue à être celui qui attire le plus de monde, comme le prouvent les audiences de Canal. On a beau essayer se survendre ou de sous-vendre l’événement, cela reste l’affiche la plus prisée du championnat, quel que soit le classement des deux équipes. C’est assez rare d’ailleurs, depuis les années Tapie/Canal+ du début des années 90, que les deux formations soient au sommet en même temps, excepté l’année où Bielsa entraînait l’OM, lorsque Paris était venu s’imposer 3-2 au Vélodrome après avoir été mené 2-1 à la mi-temps. 

Cela fait huit ans maintenant que Marseille n’a plus battu Paris. J’ai envie de dire que c’est la moindre des choses compte tenu de la différence de budget et de forces humaines entre les deux clubs depuis l’arrivée du Qatar. Mais quel que soit le niveau de l’équipe en face, cela reste un adversaire à part pour des Parisiens qui sont certainement plus motivés que face à Monaco, Lille ou Rennes. Tout cela, Villas-Boas l’a bien compris et dimanche dernier, au micro d’Olivier Tallaron, il a admis que l’OM et le PSG ne jouaient plus dans la même division. Il a raison. Au complet où avec des absents, le potentiel n’est absolument pas comparable.

Le technicien portugais va récupérer Payet et Sanson, de retour de suspension, mais Alvaro est incertain et Thauvin, qu’on ne reverra plus en 2019, manquera à l’appel. Côté parisien, les absents sont plus nombreux puisque Meunier et Herrara ont pris un ticket pour l’infirmerie aux côtés de Neymar, Kehrer, Draxler voire Cavani dont on ne sait pas exactement où il en est. Alors la déclaration de Villas-Boas n’a pas été bien interprétée par tout le monde. Certains supporters olympiens l’ont pris pour un manque d’ambition, une façon de rendre les armes, ce qui est évidemment impossible dans ce genre de match. 

Mais je la mettrais en corrélation avec la déclaration de Mbappé à Bruges. Finalement, on n’est jamais content en France quand les gens parlent franchement. Villas-Boas est trop modeste et Mbappé est trop ambitieux, voire « a le boulard ». Or, dans les deux cas, je trouve qu’ils ont juste « parlé vrai ». AVB n’est pas fou, il sait parfaitement que le match en Coupe de la Ligue à Monaco et les réceptions successives de Lille et de Lyon sont beaucoup plus importants pour l’OM que ce Classico où les chances de l’emporter au Parc sont infimes. 

C’est peut-être préparer la foule à une désillusion. Maintenant, c’est toujours pareil, il y a perdre et perdre. Perdre en jouant au foot, en se créant des occasions, en marquant des buts et en montrant un visage séduisant. Et perdre, comme Lyon a pu le faire il y a un mois, en jouant à dix derrière et en attendant que ça se termine. Je pense que Marseille a les moyens de faire bonne figure au Parc. Y faire un résultat, je n’irai pas jusque là. On sent un peu moins d’intérêt autour de ce match cette année, même si je suis persuadé que l’audience sera équivalente à ce qu'elle est habituellement. Et quoi qu’il en soit, cela reste un moment de la saison qu’on attend avec une certaine gourmandise. 

Pierrot