Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Rennes impressionne, Marseille n'avance plus

Posté par Pierre Ménès le 26 septembre 2020

Cette 5e journée de Ligue 1 a démarré avec trois matchs qui concernaient des équipes supposément concernées par la tête du championnat. Cela a commencé vendredi soir avec la victoire 2-0 de Lille sur Nantes, dans un match peut-être un peu plus serré, surtout en deuxième mi-temps, que ne l’indique le score. Je n’ai pas trouvé les Canaris catastrophiques et je n’ai pas trouvé les Dogues flamboyants non plus. Je suis par exemple assez dubitatif, pour l’instant, sur le rendement de Jonathan David, que je n’arrive pas bien à situer au niveau de son positionnement sur le terrain. Et puis je ne sais pas si Ikoné va partir ou pas mais je trouve assez dommage de se priver de lui tant qu’il est là. Mais bon, un CSC de Pallois et un penalty ont permis aux Nordistes de confirmer leur très bon début de championnat. Un péno transformé par ce très intéressant attaquant turque Yilmaz, qui a peut-être 35 ans mais qui est quand même très doué techniquement. 

Samedi après-midi, on attendait beaucoup du match entre Saint-Etienne et Rennes. Mais on va être très clair : il n’y a jamais eu photo entre les deux équipes. Pour le coup, la jeunesse verte a peut-être montré une partie de ses limites face à une formation aussi complète que le Stade Rennais. Les joueurs de Puel ont fait trop d’erreurs et, par rapport à leurs premiers matchs, n’ont pas eu le même rendement offensif. Les Bretons eux, ont construit leur victoire avec patience et précision. Il y a d’abord eu le coup de tête d’Aguerd, libre de tout marquage sur le corner de Bourigeaud. Je n’étais pas très enthousiaste au moment de la signature d’Aguerd, je trouvais que 5 M€, c’était un peu cher payé pour un défenseur central qui n’avait joué que 24 matchs en deux ans. Son début de saison me donne tort. Pour l’instant, il est bon. Il a confirmé ce qu’on savait déjà de lui à Dijon, à savoir qu’il est très doué dans le jeu aérien, notamment offensif. Mais je l’ai aussi trouvé excellent défensivement. Mea culpa, pour le moment c’est une bonne pioche. 

De toute façon, le point fort de Rennes, comme on l’a montré au CFC avec Jocelyn Gourvennec, c’est son milieu de terrain. Mais comment pourrait-il en être autrement quand il est composé d’un champion du monde, d’une future star et d’un super joueur de Ligue 1 ? Je pense que Rennes va dominer dans l’entrejeu plus des trois quarts des équipes de Ligue 1 cette année. Le deuxième but est venu de Guirassy très bien servi par Del Castillo et le troisième est l’oeuvre des remplaçants avec une très belle ouverture de Raphinha pour Hunou qui a lobé un Moulin sorti un peu bizarrement.

Udol, promis à un bel avenir

C’est une quatrième victoire en cinq matchs pour Rennes qui, comme je l’ai dit au CFC - pardon d’y faire encore référence - va devoir attendre le tirage au sort de la Ligue des Champions pour savoir à quoi va ressembler sa première partie de saison. Selon que les joueurs de Stéphan auront un tirage injouable ou une poule dans laquelle ils peuvent espérer quelque chose, cela va conditionner la suite de leur championnat. Pour moi, s’il n’y avait pas cette LDC, le Stade Rennais serait assurément l’un des favoris pour le podium cette saison. 

Et puis Marseille a continué son chemin de croix au Vélodrome lors de ce troisième match consécutif à la maison, avec cette absence récurrente de fond de jeu, qui s’explique par le fait que Payet et Thauvin ont été en grande difficulté. C’est comme au PSG, quand Neymar et Mbappé ne sont pas là ou sont bien muselés par la défense adverse. C’est exactement la même chose. L’étincelle offensive ne peut quasiment venir que de ces deux joueurs. En plus, Metz a bien défendu et Niane a perturbé la défense centrale marseillaise par ses prises de balle et ses déboulés. Si bien qu’il a ouvert le score sur un centre d’Udol, ce remarquable latéral gauche qui me paraît promis à un très bel avenir. 

Et puis alors que la défaite semblait inéluctable et qu’ils ne parvenait même pas à se montrer dangereux, les Phocéens ont eu la lucidité, au bout des arrêts de jeu, de terminer ce match par une action brillante, avec au départ un bon ballon de Khaoui pour Benedetto. Et là, je pense que beaucoup de Messins ont dû penser que l’Argentin allait balancer un centre désespéré dans le paquet mais au lieu de ça, il a glissé une jolie passe cachée pour Radonjic dont le centre en retrait a été repris victorieusement par Sanson. C’est bien, mais les résultats sont là : cela ne fait que deux points sur neuf possibles à domicile et surtout, aucune certitude dans le jeu pour des Olympiens que je trouve quand même globalement inquiétants.

Pierrot