Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Calls, version US : la série immersive made in France traverse l’Atlantique

Posté par Delphine Rivet le 17 mars 2021
Adaptée de la série française éponyme, Calls US reprend avec panache le concept innovant qui a fait le succès de l’originale. En traversant l'Atlantique, ce thriller surnaturel dont la narration repose essentiellement sur l’audio, se paye un casting de choix. Pour sa saison 1, les voix de Pedro Pascal, Aubrey Plaza, Rosario Dawson, Lily Collins, Karen Gillan, Danny Pudi et tant d’autres, nous embarquent aux confins de la réalité.
Objet fictionnel non-identifié

Calls est une rareté à bien des égards : fiction française sur laquelle les américains ont jeté leur dévolu, elle est la première série originale européenne développée par Apple, et est diffusée en même temps sur la plateforme et sur Canal+ Séries à partir du 19 mars. Mais sa plus grande singularité, c’est la forme qu’elle emprunte pour raconter ses histoires. À mi-chemin entre le podcast et la série télé, elle fait le pari fou, à une époque où les écrans siphonnent toute notre attention, de se concentrer sur l’audio. Un concept initialement imaginé par Timothée Hochet, le créateur de la série originale.

C’est en 2016 qu’il publie sur Youtube une vidéo qu’il décrit comme une “expérience auditive”. Une esquisse de ce qui allait devenir, un peu plus tard, trois saisons, aussi captivantes qu’oppressantes, d’abord diffusées sur CANAL+ Décalé, puis sur myCANAL. Chaque histoire, d’une durée d’une dizaine de minutes, nous est racontée par le biais d’appels téléphoniques (d’où le titre), de messages sur répondeur, de communications radio ou d’enregistrements divers. Pour ce qui est de la version US, écrite et réalisée par Fede Alvarez, elle privilégie les coups de fil à d’autres appareils, mais avec toujours le même soin apporté à l’ambiance sonore. La friture sur la ligne, les signaux brouillés, les distorsions dans la voix… tout concourt à l’expérience totalement immersive dans laquelle nous plonge Calls.

Mais ce qui distingue Calls d’une fiction radiophonique, c’est l’ajout de visuels, minimalistes et quasi hypnotiques, qui viennent renforcer l’ambiance mystérieuse, sans pour autant détourner notre attention du récit. Sur l’écran, ces effets ont aussi valeur d’informations. Ils permettent à la narration de se départir de certains éléments qui risqueraient de la plomber un peu. Les noms des différents interlocuteurs et interlocutrices sont affichés, et la ligne téléphonique qui les unit autant qu’elle les sépare a des airs de fil d’Ariane : quand il se rompt, c’est bien plus que la communication qui est perdue.

Aux frontières du réel

Pour sa version américaine, Calls a mis les petits plats dans les grands, comme en témoigne son casting : Nicholas Braun (le cousin Greg de Succession), Clancy Brown (Billions), Lily Collins (Emily in Paris), Rosario Dawson (The Mandalorian), Mark Duplass (The Morning Show), Karen Gillan (Les Gardiens de la Galaxie), Laura Harrier (Hollywood), Nick Jonas (Jumanji), Stephen Lang (Avatar), Pedro Pascal (The Mandalorian), Aubrey Plaza (Parks and Recreation), Danny Pudi (Community), Ben Schwartz (Parks and Recreation), Aaron Taylor-Johnson (Tenet) and Jennifer Tilly (Chucky). L’ironie de l’histoire, c’est que nous ne verrons pas leur visage, mais leur talent, lui, est manifeste.

Dans sa saison 1, qui se compose de neuf épisodes, l’adaptation américaine de Calls tisse patiemment sa trame, entre conte fantastique et thriller de science-fiction. Chaque histoire semble d’abord indépendante des autres, à ce détail près que leurs protagonistes sont tous confrontés à des événements inexpliqués. Petit à petit, le voile commence à se lever et le doute se dissipe : les épisodes sont liés. Un couple, séparé par des milliers de kilomètres, va vivre, en direct au téléphone, une suite de phénomènes traumatisants. Un homme, qui prend la fuite après avoir appris que sa petite amie était enceinte, va être mis face à sa lâcheté de la plus cruelle des façons. Une médecin tente de sauver son mariage pendant que sur l’autre ligne sa sœur, hypocondriaque notoire, semble soudain souffrir d’une affection aussi fulgurante que terrifiante. On entre facilement dans l’univers immersif de Calls, pour peu qu’on se laisse porter par cette expérience sensorielle, mais on n’en sort pas indemne.

Retrouvez la première saison de Calls, version US, à partir du 19 mars sur myCANAL.