Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

La Flamme : ces cinq moments les plus gênants

La Flamme, à voir en ce moment sur CANAL+, ne manque pas de délicieux moments de flottement. Voici ceux qui nous ont le plus gênés…

Épisode 2. Marc va consulter son psy, l’inénarrable docteur Juiphe (Pierre Niney), aux méthodes pour le moins douteuses (il lui fait notamment ranger et nettoyer son cabinet pour « chasser les idées noires »).

Avec ce patient particulier, le toubib expérimente entre autres la « thérapie d’imitation ». Marc doit projeter sa colère contre un coussin en le frappant et en verbalisant qu’il « mérite d’être aimé »… Le tout, en prenant tour à tour la voix d’Élie Kakou, de Bourvil, et même de « Christian Bale dans Batman ». « Ça fait trois, quatre ans que je travaille avec cet outil. C’est plus efficace, et plus divertissant pour moi, surtout avec Marc. » Un grand moment de thérapie…

Épisode 3. Le moment douloureux de l’élimination du jour a sonné. Alors qu’il ne reste plus que trois billets, Alexandra (Leila Bekhti), qui a peur de se faire virer, a soudain une idée de génie : accuser Valérie (Doria Tillier) d’avoir pété : « Ça pue, il faut qu’elle parte. »

Stupeur dans l’assemblée. « Que la personne qui a pété se dénonce ou se taise à jamais », dit Marc d’un air solennel, tandis que la pauvre Valérie nie tout en bloc. Une stratégie fumeuse qui fonctionne pourtant : « Alexandra, tu es une grande compétitrice, et aussi une grande délationniste, et c’est deux qualités que j’aime. »

Épisode 4. Aujourd’hui, c’est la fête de la Jean-Guile, et tout le monde est très excité (sauf Marc, qui n’en a jamais entendu parler jusqu’ici). À la villa, chacune s’est choisie un costume. Soraya (Adèle Exarchopoulos) est en singe, Alexandra en Hannibal Lecter, Victoire (Laure Calamy) en Marc…

Marc, justement, veut aussi faire partie de la fête. Il débarque alors avec un costume de derrière les fagots : celui de Bob Marley. Enfin, une version très personnelle de Bob Marley… Attifé de manière improbable, fausses dreadlocks sur la tête et joint géant à la main, il balance ses jambes partout en chantant « Canna, canna, Babylon ». « Pourvu qu’il ne fasse pas l’accent », se dit le présentateur. Hélas, ce serait pourtant mal connaître Marc.

Épisode 5. Marc a encore une consultation savoureuse avec le docteur Juiphe, à qui il confie ses désirs contrariés de paternité. Le psychologue lui demande pour qui il aurait envie d’être comme un père : « Qu’est-ce qui se rapproche le plus d’un enfant ? » « Un nain », répond Marc du tac au tac, toujours autant à côté de la plaque.

À la suite d’une association d’idées dont lui seul a le secret, il en vient à dire : « Non, un clochard. On ne comprend rien à ce qu’ils disent. » Du grand art.

Épisode 6. C’est l’anniversaire de Chataléré (Camille Chamoux), candidate qui n’a ni foid aux yeux, ni ailleurs. Alors que toutes ses concurrentes, menées par Valérie, se sont cotisées pour lui offrir un pantalon, Marc, évidemment, n’a pas de cadeau.

Celui-ci, pour ne pas passer pour un radin, se lance dans un jeu de mime gênant, lui « offrant » un cadeau imaginaire. Il lui fait déballer une succession de paquets invisibles. La scène dure, sous le regard désemparé du présentateur, qui semble implorer de l’aide… Jusqu’à ce que l’heureuse élue découvre enfin le cadeau : un rencard avec Marc. Ça ne se refuse pas.

La Flamme, neuf épisodes de 31 minutes, Création Originale, disponible sur CANAL+.