Pagan Peak, Bordertown, Maria Wern… : 3 raisons qui font des pays nordiques les rois du polar

Posté par La rédaction de CANAL+ le 14 Octobre 2019
La nouvelle série polar Pagan Peak (remake de Bron), venue d’Europe débarque ce lundi 14 octobre sur Polar+, l’occasion parfaite pour vous dire pourquoi les pays nordiques sont les rois de ce genre télévisuel.

Pour leur atmosphère singulière

Nous sommes loin des rues de Los Angeles, New York ou même de Londres. Les enquêtes se déroulent dans des décors totalement dépaysants et si la météo est d’une froideur absolue, elle sert parfaitement les intrigues des séries. On suit les enquêtes au milieu des plaines enneigées, des arbres blancs, des routes habillées de glace brisée par la circulation, mais aussi des policiers bien enfouis dans leur manteau chaud. 

Pour leurs intrigues intenses

Au contraire des séries policières américaines, la plupart des polars nordiques se déroulent dans des petites villes ou villages, dans lesquelles toute une population est liée de près ou de loin aux meurtres qui lancent les intrigues. A l’image de l’île de Gotland dans Maria Wern, ou la petite ville de Bordertown. Une façon d’impliquer considérablement les téléspectateurs, qui veulent découvrir tous les mystères qui entourent ces lieux. Mais ces polars fonctionnent aussi pour leurs images crues et détaillées des crimes qui prennent place.

Le monde envie les polars nordiques

La série qui a lancé cette mouvance est Bron/Broen, diffusée pour la première fois en 2011. La série danoise a séduit les sériephiles du monde et les chaînes de télévision ont sauté sur l’occasion récupérer les droits d’en faire un remake. Tunnel, la co-production entre la France et l’Angleterre, la version américaine The Bridge, et plus récemment donc, Pagan Peak, co-production entre l’Allemagne et l’Autriche, où un corps est retrouvé à la frontière des deux pays.

Retrouvez Pagan Peak à partir du 14 octobre sur Polar+