Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Philippe Rickwaert est-il un meilleur conseiller que candidat ?

Conseiller les autres, Rickwaert (Kad Merad), ça le connaît. Dès la saison 1, le député-maire socialiste de Dunkerque, dans l’ombre, ne se fait pas prier pour jouer les consultants de luxe pour ses collègues.

À commencer par Daniel Kahlenberg (Philippe Résimont), qu’il tente d’aider à accéder à la tête du parti – seulement pour qu’il lui renvoie l’ascenseur ensuite.

C’est simple : le vieux briscard de la gauche, stratège, opportuniste, a une longueur d’avance, un plan pour tout et sait tout. « Tu veux être président ? Il n’y a qu’un seul chemin, les primaires. » Avec lui, tout paraît toujours très simple…

Les manœuvres, les combines ? Philippe Rickwaert, en bon vétéran à qui on n’apprend pas à faire la grimace, les connaît toutes. Analyste hors pair, animal politique roué, il a une vue d’ensemble sur la situation, connaît les uns et les autres, leurs points faibles et leurs points forts.

Il est le mieux placé pour aiguiller ses camarades, que ce soit la candidate Amélie Dorendeu (Anna Mouglalis), son protégé Cyril Balsan (Hugo Becker), Véronique Bosso (Astrid Whettnall) ou même, plus tard, son grand rival, Michel Vidal (François Morel). En marionnettiste de génie, il tire les ficelles, sans jamais perdre son style bien à lui…

Mais quand il s’agit de lui-même, c’est une autre histoire. « Moi, je ne sais plus faire de la politique autrement qu’en choisissant un canasson », avouait même l’intéressé, en cordonnier mal chaussé. Pourtant, ça ne l’empêchera pas de vouloir se présenter à la présidentielle.

Mais Rickwaert cumule les handicaps. Tricard, plein de casseroles et plus très jeune, ce repris de justice qui débarque dans la course à l’Élysée comme un bulldozer incarne, malheureusement pour lui, l’ancien monde, qui se casse la figure.

Il a d’ailleurs été ministre du Travail dans un précédent gouvernement. Pas très bon, pour des électeurs avides de changement… Le contexte, avec l’irrésistible montée des populismes, ne lui est pas non plus favorable.

Heureusement, pour l’aider, le Baron noir a droit à son propre Baron noir, Naïma Meziani (Rachida Brakni). Cela suffira-t-il ?

Baron noir, saison 3, sur CANAL+.