Ray Donovan : psychologie d’un anti-héros

Posté par La Rédaction de CANAL+ le 28 Novembre 2019
Ray Donovan, personnage clé de la série éponyme, est ce qu’on appelle un anti-héros. S’il brille dans la série, il a pourtant bien des caractéristiques pour être détesté. Focus sur les tenants et les aboutissants de sa psychologie.

Si vous n’avez jamais regardé Ray Donovan (avec un Liev Schreiber né pour incarner ce personnage), voici le topo en quelques mots : Ray Donovan est un homme engagé pour résoudre les "problèmes" des gens fortunés. Ni vraiment tueur à gage, ni vraiment médiateur, Ray Donovan est un peu tout ça à la fois. Mais derrière ses airs de gros dur prêt à tout pour mener à bien ses missions, se cache en réalité un personnage à la psychologie plus complexe qu’il n’y paraît.

L’une des premières caractéristiques évidente de Ray Donovan est son caractère qui semble simple à comprendre en apparence et pourtant, il est complexe à décoder. Sombre, taciturne, Ray Donovan parle très peu voire moins que très peu, si cela est possible. Difficile pour un téléspectateur de saisir toute l’étendue du personnage s’il articule péniblement deux mots et passe son temps à régler des affaires qui ne le concernent pas. Quand il parle, Donovan utilise une voix de gorge, grave, suave qui démontre une personnalité profonde et torturée; que le héros tente lui-même de décoder dans une thérapie.

Thérapie qui pourrait, par ailleurs, l’aider à ne pas reproduire des erreurs avec ses propres enfants. Père de deux enfants, Bridget et Conor, Ray ne sait pas totalement y faire avec eux non plus. Le personnage a presque toutes les caractéristiques du mauvais père de famille : un peu brutal, aussi bien par les mots que par certains gestes, et surtout, un très mauvais communicant. C’est là tout le creux du problème du personnage principal : il ne sait pas communiquer et son aura est assez, disons, toxique. Difficile de se faire aimer dans ces conditions d’homme peu exemplaire et pourtant, c’est lui qui porte (entre autres) la série à bout de bras.

S’il a traversé quelques petites crises existentielles au cours des précédentes saisons et sans faire de la psychologie de comptoir, Ray Donovan est marqué par un tissu familial ultra-complexe et par une image ternie de son propre père, Mickey Donovan (Jon Voight), ex-taulard qui n’a pas été des plus simples avec ses propres enfants. L’histoire de Ray Donovan est tâchée de violence, d’addictions, de tentatives de suicide et d’abus sexuels. Difficile dans ces conditions de se construire sur des bases saines.
C'est, entre autre, à son père et à son passé que Donovan va essayer de pardonner dans cette saison 7. Comme le dit si bien son psy "c'est une bonne chose que d'exprimer ses émotions", un adage à mettre en oeuvre pour que le anti-héros torturé Ray Donovan, puisse enfin trouver la paix intérieure.

Retrouvez la saison 7 à l'heure US sur CANAL+