Succession (OCS) : pourquoi c’est la série à ne pas louper

Posté par La rédaction de CANAL+ le 30 Octobre 2019
S’il y a une série qui a fait parler d’elle en cette fin d’année 2019, c’est bien Succession. La série diffusée sur OCS sur l’une des familles les plus puissantes des Etats-Unis est à voir absolument. Et en voici 4 raisons.

Une famille dysfonctionnelle passionnante à suivre

Bienvenue dans la famille Roy, l’une des plus riches et des plus influentes au monde. Avec Logan en chef de famille, elle est à la tête d’un immense empire médiatique. Et comme son titre l’indique, il est question de succéder au trône pour les quatre enfants : Kendall, Roman, Shiv et Connor. Si les deux premiers sont très intéressés de reprendre les rênes de l’entreprise familiale, les deux autres en sont plutôt éloignés… Pour le moment. 

Les coups bas sont donc légion entre frères et soeurs, et si vous imaginez que Logan facilite la tâche de son successeur, vous vous trompez. Il est prêt à tout pour mettre la bonne personne, quitte à humilier ses propres enfants. Rien ne va dans cette famille, les repas sont animés, les voyages ne se passent jamais tranquillement, ils se détruisent tous, et on aime ça.

Jeremy Strong / Kendall Roy

Si tous les personnages sont passionnants, il y en a un qui sort du lot : Kendall. C’est lui qui est censé prendre la tête de l’empire familial après le retrait de son père… En tout cas, c’est ce qu’il pense. Et c’est ce qui fait tout le charme de ce personnage sûr de ses forces, de ses capacités et de ses coups d’éclats pour arriver à ses fins. Jeremy Strong propose un Kendall Roy aux multiples facettes, mais au visage fermé et à la limite de la dépression (limite qu’il n’hésite pas à franchir à plusieurs reprises). Pour autant, il nous fait passer par toutes les émotions. Et son rap dans la saison 2 est l’un des moments les plus bizarres et jouissifs de l’année.

 

Un humour efficace

Malgré la dimension politique, sociale et très actuelle de la série, Succession est aussi et surtout drôle. Par le personnage de Roman d’abord, qui envoie de nombreuses punchlines à chaque épisode, par Greg, ce grand dadais maladroit qui monte les échelons sans qu’on ne comprenne bien comment, ou même Tom, souvent dépassé par les événements. Mais il faut savoir aussi que les acteurs n’hésitent pas à improviser dans certaines scènes, et on les imagine se donner à coeur joie quand il faut enfoncer les autres membres de la famille. Tous les codes du divertissement sont présents dans Succession, et si on ne comprend pas tous les termes d’une si haute société, l’humour est toujours là pour nous accrocher. Autant que les conflits aussi tendus que passionnants.

 

Le générique

Enfin, et c’est ce qui lance chaque épisode : le générique de Succession est l’un des plus entraînants de l’année. A chaque écoute, il nous donne envie de se lever et d’aller conquérir New York. C'est le compositeur anglais Nicholas Britell qui a fait la musique, et si elle reste la même pour les deux saisons, les images changent. On remarque un changement de dynamique qui suit la trame principale de la série, avec le père et ses jeunes enfants.

Retrouvez les saisons 1 et 2 sur OCS, disponible avec CANAL+