Avec BOITE NOIRE, Pierre Niney prouve qu'il est le meilleur ouvrier de France

Posté par Marc Larcher le 14 mars 2022
En faisant de Pierre Niney, un analyste persuadé qu’un crash aérien camoufle une manipulation, le film de Yann Gozlan lui offre son meilleur rôle. Après avoir été couturier, pompier et agent secret, il plonge désormais dans un polar sonore.
Un hommage au cinéma paranoïaque des années 70

C’est une des tâches les plus difficiles à accomplir au cinéma. Faire un film où le son et non l’image est central, où de simples variations de bruits mécaniques, de cris humains ou d’interférences vont faire évoluer la narration comme dans deux chefs d’œuvre des années 70, CONVERSATION SECRETE (1974) de Francis Ford Coppola et BLOW OUT (1981) de Brian de Palma. Avec BOITE NOIRE, le jeune réalisateur Yann Gozlan s’est donc attaqué à une épreuve de taille et s’en sort haut la main, bien aidé par Pierre Niney qui trouve là un de ses meilleurs rôles. L'acteur fait au passage une nouvelle fois la démonstration de son étonnante capacité d'adaptation.

Un crash et une explication trop simple

On l'a connu dans la peau d'Yves Saint Laurent, de Romain Gary, de Philippe Cousteau, dans celle d'un pompier affrontant le feu, d'un concurrent d'OSS 117... La filmographie de Pierre Niney ressemble de plus en plus à celle d'Arsène Lupin, l'expert en déguisement. Cette fois-ci, il incarne Mathieu Vasseur un agent pointilleux du Bureau d’Enquête et d’Analyses pour la sécurité de l’aviation civile (BEA), agence qui est brutalement chargée d’enquêter sur un crash aérien inexpliqué. Un nouveau long courrier vient de s'écraser dans les Alpes avec 300 passagers et 16 membres d’équipage à bord. Le BEA commence l’examen des boîtes noires de l’appareil dans ses locaux de l’aéroport du Bourget.

D'abord mis sur la touche par son supérieur hiérarchique, Mathieu récupère la mission après la mystérieuse disparition de ce dernier au tout début de l'enquête. Il commence alors un long travail d’écoute et d’analyse de l’enregistrement de vol qui l’amène dans un premier temps à penser qu’un terroriste a fait irruption dans le cockpit et provoqué le crash. Seulement, certains détails sur la bande l’étonnent, il commence à douter et cherche une autre explication, au risque de se mettre à dos sa hiérarchie et sa femme, travaillant elle aussi dans l’aéronautique, à qui il dérobe un dossier. 

Nous sommes bel et bien plongés dans l’univers du thriller où comme le héros, le spectateur doit naviguer entre les fausses pistes et les manipulations. En centrant son récit sur Mathieu, le réalisateur raconte également une autre histoire : celle de son obsession de découvrir la vérité sur le crash. Ainsi, on voit Pierre Niney s’enferrer dans son enquête et peu à peu perdre pied vis-à-vis de ses collègues et de la réalité. Encore une fois, il nous montre à l'écran sa capacité à faire corps avec un métier, quel qu'il soit et à se fondre entièrement dedans. Il ne semble jamais autant à l'aise que lorsqu'il incarne une personnalité qui malgré elle descend aux enfers. Comme Yves Saint Laurent accro aux stupéfiants, comme son personnage d'Adrien enfermé dans ses mensonges dans FRANTZ (2016) de François Ozon, comme le chef tombé amoureux de l'épouse de son patron dans AMANTS (2020)... Dans BOITE NOIRE, sa vie intime subit elle aussi le contrecoup de son amour du travail bien fait. C’est donc un nouveau grand numéro d’acteur auquel on assiste qui n’est pas sans rappeler celui de Gene Hackman dans CONVERSATION SECRETE et de John Travolta dans BLOW OUT, deux hommes capables d’entendre sur une bande ce que d’autres voulaient cacher.

Une odyssée des sons et de leur décodage

Très documenté, BOITE NOIRE est aussi un voyage dans le monde inquiétant des intérêts complexes des sociétés d’aviation et de sécurité aérienne. Surtout, la réalisation met en scène avec brio le rapport du héros aux sons qui l’entourent : conversations, échos, bruits, murmures… Ce surdoué à l’oreille absolue est quasiment dominé par sa capacité d’écoute. Celle-ci n'est d'ailleurs pas sans rappeler la capacité de l'acteur à faire tous les métiers à l'écran. Ainsi, quand Mathieu va mal à l'écran, il entend mal ou il entend trop, ce qui influence son travail qui le dévore déjà. Bref, nous sommes en présence d’un thriller qui s’entend autant qu’il se voit comme LE CHANT DU LOUP (2019), autre réussite récente du cinéma hexagonal. Le plus fort étant peut-être qu’en regardant ce bourreau de travail, on se met comme Pierre Niney à essayer de détecter des bruits suspects et que comme lui on finit par les entendre. Le travail bien fait, c’est vraiment contagieux…

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram