Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

SPIDER-MAN: FAR FROM HOME, Tom Holland est-il le meilleur homme-araignée ?

Posté par Alexis Lebrun le 8 avril 2021
Alors que les rumeurs vont bon train sur le casting potentiellement incroyable du prochain film SPIDER-MAN: NO WAY HOME (Jon Watts, 2021), le débat fait aussi rage parmi les fans pour désigner le meilleur acteur entré dans la peau de Peter Parker au cinéma. Pour nous, cela ne fait aucun doute : depuis sa prestation dans SPIDER-MAN: FAR FROM HOME (2019), le jeune acteur britannique est la nouvelle référence de l’homme-araignée.
Un seul être vous manque…

Au sein du Marvel Cinematic Universe (MCU), SPIDER-MAN: FAR FROM HOME (Jon Watts, 2019) a eu l’honneur de conclure la « Saga de l’Infini » et ses 23 films, ce qui signifie qu’il est difficile d’aborder son intrigue sans évoquer les deux mastodontes essentiels qui le précèdent : AVENGERS: INFINITY WAR (2018) et ENDGAME (2019), tous les deux réalisés par les frères Anthony et Joe Russo. Attention spoiler donc : le deuxième film Spider-Man du MCU prend place directement après les événements d’ENDGAME, et aborde donc les conséquences de la mort de Tony Stark, le mentor et père de substitution de Peter Parker dans le MCU. Bouleversé par cette disparition, Peter n’est encore qu’un lycéen, et il doit aussi gérer son retour après avoir été lui-même absent pendant cinq ans en raison du « snap » de Thanos (qui a oublié sa désintégration bouleversante dans les bras de Tony Stark à la fin d’INFINITY WAR ?).

Comme tous les fans de Spider-Man le savent, « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités », et Peter n’est pas sûr du tout d’être prêt à prendre la succession d’Iron Man chez les super-héros, tant le costume semble grand pour quiconque. Lui aimerait simplement pouvoir partir en voyage avec sa classe et avouer ses sentiments à la fille de ses rêves (MJ), mais le sort en décide autrement : quatre élémentaires viennent semer la paniquer, et il est appelé à la rescousse par un certain Quentin Beck (Jake Gyllenhaal), accompagné de Nick Fury (Samuel L. Jackson) et Maria Hill (Cobie Smulders) qui reprennent du service pour le SHIELD. Peter n’a pas le choix, il doit enfiler le costume de Spider-Man pendant son voyage scolaire, en essayant tant bien que mal de concilier ses différentes obligations et aspirations.

En ce sens, Tom Holland poursuit dans SPIDER-MAN: FAR FROM HOME le travail de rajeunissement du super-héros entrepris par le MCU, et qui est très fidèle aux origines du personnage dans les comics de Marvel. Peter Parker est un lycéen presque comme les autres, et il a donc les préoccupations des jeunes de son âge, ce qui implique aussi qu’il doute constamment et fait souvent des erreurs : ce n’est pas un super-héros « parfaitement abouti » comme Captain America. Cela fonctionne d’autant mieux que Tom Holland est crédible dans ce rôle : jeune, gaffeur et maladroit avec les filles comme ses amis ou même les adultes, il est d’autant plus facile pour le public de s’identifier à lui – même s’il reste un super-héros aux aptitudes physiques hors du commun.

Un summer movie idéal

Comme son prédécesseur SPIDER-MAN: HOMECOMING (2017), déjà réalisé par Jon Watts, SPIDER-MAN: FAR FROM HOME est sorti en été et a fait un gros carton dans les salles, au point de devenir le plus gros succès de la franchise Spider-Man au box-office (plus d’un milliard de dollars de recettes dans le monde). Souvenez-vous de cette époque dorée pas si lointaine : nous sommes en juillet 2019, l’épidémie de Covid-19 n’existe pas, et les films Marvel Studios s’enchaînent au cinéma comme tous les ans depuis une décennie. Vous connaissez peut-être la suite : FAR FROM HOME est le dernier film du MCU à être sorti dans les salles à ce jour, puisque la sortie de BLACK WIDOW (Cate Shortland, 2021) est constamment repoussée en raison de la fermeture prolongée des salles.

Heureusement, le film de Jon Watts constitue le blockbuster idéal pour oublier ces malheurs. Comme HOMECOMING aussi, il s’agit en effet de l’un des films les plus légers du MCU. L’humour est omniprésent grâce à Jacob Batalan – toujours excellent dans le rôle du bon pote geek Ned Leeds – et au duo Marisa Tomei-Jon Favreau, qui font aussi leur retour dans la peau de Happy Hogan et de la tante du héros, sans compter les profs dépassés de la classe de Spider-Man (Martin Starr et J. B. Smoove). Logiquement aussi, les enjeux dramatiques n’ont rien à voir avec l’apocalypse d’AVENGERS: INFINITY WAR et ENDGAME, et la romance entre Spider-Man et MJ (Zendaya) occupe une place centrale, et on s'en réjouit : la star américaine confirme avec ce film qu’elle est un excellent choix pour ce rôle. Autrement dit, FAR FROM HOME est un vrai summer movie au sens propre, d’autant plus que son scénario tourne autour des vacances du héros et de sa classe en Europe, ce qui nous permet de voyager notamment à Venise, Prague ou Londres. On fait pires destinations touristiques, non ?

Spider-Man, une carrière mouvementée au cinéma

L’homme-araignée étant l’un des super-héros les plus populaires au monde, il a déjà eu droit à bon nombre d’incarnations et de reboots sur le grand écran. On considère d’ailleurs généralement que c’est avec le SPIDER-MAN réalisé par Sam Raimi et sorti en 2002 qu’ont été posées les bases des films de super-héros actuels. L’homme-araignée y est joué par Tobey Maguire, qui reste pour beaucoup de fans l’incarnation idéale de Spider-Man au cinéma, accompagné par une Kirsten Dunst mémorable dans le rôle du grand amour du super-héros, Mary Jane Watson. Il faut dire que ce blockbuster au succès historique (près de 6 millions et demi d’entrées en France, un record pour un film de super-héros chez nous avant AVENGERS: ENDGAME) a été suivi par l’excellent SPIDER-MAN 2 (2004) et le beaucoup plus controversé SPIDER-MAN 3 (2007), réalisés tous les deux par Sam Raimi, et qui ont aussi cartonné au box-office, à une époque où le MCU et ses chiffres hallucinants n’existaient pas encore.

Sony ayant acheté à Marvel les droits d’adaptation de Spider-Man au cinéma à la fin des années 1990, il décide ensuite de rebooter une première fois son super-héros – en dehors du MCU – avec THE AMAZING SPIDER-MAN (Marc Webb, 2012), suivi de THE AMAZING SPIDER-MAN : LE DESTIN D'UN HEROS (Marc Webb, 2014), où l’homme-araignée est joué par le plus âgé Andrew Garfield, tandis qu’Emma Stone incarne elle Gwen Stacy. Et c’est un peu le drame : si le premier s’en sort honorablement, le deuxième déçoit au point que Sony décide d’annuler le troisième volet prévu. Face à ce constat d’échec, le studio est obligé d’avaler une couleuvre en revenant sur sa position et en acceptant en 2015 que le personnage apparaisse dans les films du MCU. Tom Holland fait ainsi ses débuts avec ses potes costumés grâce au très spectaculaire CAPTAIN AMERICA: CIVIL WAR (Anthony et Joe Russo, 2016), avant d’avoir droit à ses propres films et surtout de rejoindre les Avengers pour les deux films où ils affrontent Thanos.

À la suite d’un imbroglio financier entre Sony et Disney sur le renouvellement de leur accord à l’été 2019, l’avenir du personnage au sein du MCU semblait un temps compromis, mais tout s’est bien fini, et le SPIDER-MAN: NO WAY HOME qui doit sortir cette année et qui marque le retour de l’équipe principale des deux films précédents – et même la réapparition de Jamie Foxx et Alfred Molina respectivement dans la peau des méchants Electro et Otto Octavius – vient de finir d’être tourné. En attendant de savoir si la présence de Benedict Cumberbatch dans la peau de Doctor Strange permettra bien l’introduction du multivers que les fans attendent de pied ferme avec pourquoi pas le retour de Tobey Maguire et Andrew Garfield, Sony travaille de son côté à une suite à sa merveille de film d’animation sortie en 2018, SPIDER-MAN: NEW GENERATION, qui doit sortir l’année prochaine, avant un spin-off sur les super-héroïnes féminines de la franchise : Gwen Stacy (Spider-Gwen), Cindy Moon (Silk) et Jessica Drew (Spider-Woman). Le tout sans compter les films en prises de vues réelles prévus par Sony dans son propre « Sony Pictures Universe of Marvel Characters », avec notamment VENOM: LET THERE BE CARNAGE (Andy Serkis, 2021) et MORBIUS (Daniel Espinosa, 2022). En d’autres termes, les fans de tous les personnages des comics Spider-Man vont avoir de quoi faire au cinéma dans les années à venir.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram