Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

WONDER WOMAN 1984, le retour de l’héroïne qui a inspiré des millions de femmes

Posté par Alexis Lebrun le 28 août 2021
Reportée un nombre incalculable de fois en raison de la pandémie, la sortie du blockbuster de DC n’a malheureusement jamais eu lieu dans les salles de cinéma françaises. Mais il y a une bonne nouvelle : WONDER WOMAN 1984 (Patty Jenkins, 2020) est déjà diffusé en exclusivité sur CANAL+.
Femme des années 80

Si le titre du film ne suffisait pas, les affiches aux couleurs saturées de WONDER WOMAN 1984 sont là pour le rappeler : la suite des aventures super-héroïques de Diana Prince au cinéma se déroulent pendant la décennie qui n’en finira jamais d’inspirer la pop culture. Exit l’ambiance forcément très sombre de la Première Guerre mondiale qui servait de cadre à WONDER WOMAN (Patty Jenkins, 2017), cette suite fait un bon temporel de 66 ans et nous retrouvons donc l’héroïne la plus célèbre du monde en 1984. Diana (Gal Gadot) a désormais trouvé sa place dans la société américaine, où elle travaille comme anthropologue à la prestigieuse Smithsonian Institution de Washington, sans pour autant oublier de se transformer secrètement en justicière pour aider les braves gens qui ont besoin d’elle.

L’une de ses collègues – la très maladroite et peu sûre d’elle Barbara Ann Minerva (Kristen Wiig) – est particulièrement impressionnée par la perfection apparente que représente Wonder Woman, mais son envie lui joue un sale tour. Ayant mis la main sur une mystérieuse pierre qui permet de réaliser n’importe quel vœu, elle se transforme en Cheetah, célébrissime ennemie de l’héroïne, et elle fait alliance avec Maxwell Lord (Pedro Pascal), un businessman carnassier sur le point de faire faillite et grandement inspiré par le Donald Trump des années 1980. En plus de devoir les affronter, Diana doit gérer le retour de Steve Trevor (Chris Pine), son grand amour qui s’est sacrifié héroïquement dans le film précédent, et qui réapparaît suite au vœu formulé par celle qui n’a rien oublié de leur idylle brutalement interrompue. Les films de super-héros le prouvent régulièrement : la mort d’un de leurs personnages est rarement définitive. Cette règle est-elle encore vraie ici ?

L’éclosion tardive des super-héroïnes au cinéma

Sans elle, les super-héroïnes n’auraient peut-être pas brisé le plafond de verre du box-office et des mentalités à Hollywood, incapable pendant des décennies de proposer des bons films de super-héros avec des femmes dans le rôle principal, sous prétexte que le public n’en voudrait pas. Le WONDER WOMAN de Patty Jenkins sorti en 2017 a prouvé brillamment qu’il n’y avait rien de plus faux : succès retentissant au box-office, c’est un long-métrage révolutionnaire dans la mesure où il a tout changé dans la tête des cadres de Marvel Studios et DC Films. Après les bides un peu mérités des atroces CATWOMAN (Pitof, 2004) et ELEKTRA (Rob Bowman, 2005), ils n'avaient jamais osé remettre un personnage féminin au premier plan d’un film de super-héros. On connaît la suite : comme par miracle, dans la foulée de la sortie de WONDER WOMAN et après dix ans de films consacrés exclusivement à des héros masculins, Marvel consent à inclure une super-héroïne dans le titre d’un de ses films, le mineur ANT-MAN ET LA GUÊPE (Peyton Reed, 2018).

Ce n’est que l’année suivante que sort le premier film entièrement dédié à une héroïne de la maison des idées : CAPTAIN MARVEL (Anna Boden et Ryan Fleck), qui a lui aussi fait un carton, et dont il faut bien dire qu’il est supérieur à WONDER WOMAN, et nettement moins maladroit d'un point de vue féministe. Depuis, les vannes sont officiellement ouvertes : DC a surpris son monde l’an dernier avec le très pop et coloré BIRDS OF PREY (Cathy Yan), sorti juste avant la pandémie, et Marvel a enfin réussi à présenter au public BLACK WIDOW (Cate Shortland) il y a quelques semaines. Quant à Patty Jenkins, elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Après WONDER WOMAN 1984, la réalisatrice de MONSTER (2003) – qui avait valu un Oscar à Charlize Theron – a déjà annoncé qu’elle reviendrait derrière la caméra pour un troisième film sur la suite des aventures de Diana Prince, en espérant que la sortie de celui-ci sera réservée aux salles de cinéma… Une chose est sûre, alors que Wonder Woman fête ses années son quatre-vingtième anniversaire, elle n'a pas fini d'inspirer les femmes du monde entier avec son message universel d'empowerment.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram