Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Hippocrate : pourquoi on a hâte de retrouver Alyson

La jeune interne incarnée par Alice Belaïdi, fraîche et spontanée, est un des personnages les plus attachants de la Création Originale de Thomas Lilti.

Dès le premier jour de sont internat, elle rate son RER, arrive en retard, et les choses ne vont pas vraiment s’arranger par la suite.

Alyson Lévêque, la jeune interne dont c’est le premier stage, est un peu comme nous : pas toujours au top.

D’ailleurs, dépassée par les événements (les médecins titulaires absents, les services débordés…), l’étudiante va vite paniquer. Jusqu’à carrément demander à changer de stage… avant de se raviser.
 

Elle est comme ça, Alyson : elle angoisse (mais comment va-t-on valider notre stage en l’absence de référents ?, s’interroge-t-elle), mais elle parvient toujours à reprendre le dessus.

Peu sûre d’elle au début, craignant de ne pas être à la hauteur, cette bonne élève n’était pas préparée à la dure réalité du terrain. 
 

Elle prend pourtant sur elle pour accomplir des tâches de plus en plus compliquées.

On compatit quand elle cherche le dentier d’une dame partout dans l’hôpital, jusque dans les poubelles. On tremble quand elle s’aperçoit que son premier patient ne respire plus. On retient son souffle quand elle doit annoncer à la famille dudit patient la triste nouvelle.

Et on est aussi embêté qu’elle quand, mortifiée, elle doit annoncer à ses collègues son désir de quitter le navire…
 

Malgré cela, honnête et spontanée, la sympathique interne a un bon contact avec les malades, qui lui permet d’être efficace en dépit de ses lacunes.

« C’est votre premier semestre, hein ? Ça se voit, mais ça se voit que vous aimez ce que vous faites », glisse un patient dermato, à elle et son co-interne Hugo.
 

On voit bien en effet que malgré les conditions difficiles dans lesquelles elle exerce, elle prend plaisir à travailler, au contact des patients, de ses collègues ou mentors, comme le fantasque docteur Bayle.

Elle a l’enthousiasme, l’énergie et la fraîcheur de la jeunesse. Un élan qui la fait naviguer entre sérieux (elle est en couple depuis six ans, studieuse, travailleuse) et relâchement (elle fait des écarts de conduite, elle se trompe parfois…).
 

Entière, parfois révoltée, toujours sincère, responsable et solidaire, Alyson est l'un des personnages les plus attachants d’Hippocrate. C’est aussi quelqu’un qu’on aimerait avoir pour collègue si on devait être interne. On a hâte de savoir comment ce personnage que l'on aimerait avoir pour collègue va évoluer. 
 

Hippocrate, saison 2, prochainement sur CANAL+.