Les 10 meilleures punchlines de Baron noir

Philippe Rickwaert, avec son sens de la formule, en déclame de belles ? Oui, mais la présidente Amélie Dorendeu aussi… En attendant leur retour à l'écran, voici quelques-unes de nos répliques préférées tirées de la dernière saison.

« Tu me rappelles ou faut que j’écoute Radio Moscou ? » 
 

Philippe Rickwaert sort cette punchline alors qu'il veut faire une proposition à Michel Vidal (François Morel), de la gauche radicale, avant de le charrier sur un mode Back in the USSR.
 

« T’as besoin de renouer avec ton expert en coups de pute : moi ! »
 

Attablés devant un bourbon avec Amélie Dorendeu, le Baron noir se demande pourquoi la présidente l’a rappelé...
 

« La politique c’est comme le jazz, quand tu fais une fausse note, tu insistes dessus, et là ça devient une intro culte, que tout le monde essaie de placer. »
 

On ne sait pas à quel point Philippe Rickwaert en train de donner une leçon de « Dorendisme » à Amélie Dorendeu, en guerre contre les cumulards de son propre parti s’y connaît en musique.

Mais en politique, il connait sa partition.
 

« Ne t’inquiète pas, ma stratégie est 100 % vegan. »
 

Amélie Dorendeu monte un ingénieux plan pour faire passer la nomination du centriste Stéphane Thorigny à Matignon. « Je n’ai pas l’intention de m’embourber », lui dit-elle.

Il lui rappelle que c’est ce que Napoléon disait en Russie, et que ses soldats ont fini par « bouffer leurs chevaux ». « Ma stratégie est 100 %  vegan», répond-t-elle, avant de la lui détailler, pas peu fière. 
 

« Avez-vous un problème avec les Noirs et les Arabes ? » 
 

Ce n’est pas une punchline, juste une question lancée par Rickwaert à Lionel Chalon, le président du FN, lors d’un débat télévisé. Mais c’est sa reprise autotunée dans un clip parodique qui en fait un classique instantané.
 

« Je vais faire exactement ce que ferait un homme à ma place : rien. »
 

Le Premier ministre commence à échapper à tout contrôle, et un conseiller suggère à la présidente de le séduire pour le remettre dans le droit chemin. Mais c’est mal connaître Amélie Dorendeu, qui donne là une belle leçon de féminisme.
 

« Moi, je ne sais plus faire de la politique autrement qu’en choisissant un canasson. »
 

À ce moment de la série Philippe Rickwaert veut raccrocher les gants et laisser la place aux jeunes. « Le Baron noir, c’est fini », explique-t-il à Cyril Balsan. « La seule chose que j’ai réussie, c’est toi. »
 

« Enfiler une paire de pataugas un samedi, c’est à la portée de n’importe qui. Créer un nouveau mouvement politique avec Boudard et Mirmont, bon courage Monsieur le Premier ministre. » 
 

Stéphane Thorigny parade à la télévision à Souleuvre, aux côtés de François Boudard, ancien ministre d’un gouvernement de droite, et de Laurent Mirmont, président de l’Assemblée nationale, au grand dam d’Amélie Dorendeu. 
 

« Le diprotodon, c’est lui. »
 

Tentant de raisonner Daniel Kalhenberg, secrétaire du PS, Philippe Rickwaert fait un parallèle surprenant entre Michel Vidal, leader de la gauche radicale et ce dinosaure. 

« Bon écoute Philippe, sois réaliste : cesse de m’aimer. »
 

Rickwaert débarque à l’Élysée avec plein d’idées pour Amélie Dorendeu (et pour lui), mais elle douche tout de suite ses velléités de rabibochage.

Baron noir, saison 3, Création Originale, disponible en intégralité sur myCANAL.