Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Carole Bouquet raconte Coco Chanel : portraits croisés de deux femmes libres

Posté par Alexis Lebrun le 13 décembre 2021
Réalisé par Marjory Dejardin, ce documentaire est le premier épisode d’un nouveau concept lancé par CANAL+, où une femme célèbre en évoque une autre : « Elle parle d’Elle ». Égérie Chanel pendant de longues années, Carole Bouquet a souhaité rendre hommage à une créatrice de mode unique mais controversée, Gabrielle Chanel.
Libération du corps des femmes

Pour Carole Bouquet, qui se revendique fièrement comme féministe, le choix de parler de Coco Chanel s’imposait, car la créatrice de mode partie de rien fut une femme indépendante toute sa vie. Ses débuts dans le monde de la mode ont été marqués par son rejet du corset alors tout-puissant dans le vestiaire féminin, un carcan qui a longtemps entravé les femmes dans leurs mouvements, mais pas seulement. Pour le prouver, l’actrice césarisée enfile d’ailleurs dès le début du documentaire un corset d’époque, un vêtement tellement étouffant qu’elle en perd ses esprits et peine à trouver les mots. En éliminant cette contrainte insupportable et en modernisant la garde-robe féminine avec des pièces beaucoup plus confortables, inspirées de ce que les hommes portent, Coco Chanel a évidemment été à l’avant-garde d’une révolution, celui de la libération du corps des femmes.

Un combat que Carole Bouquet ne peut qu’admirer, et qui fait qu’elle est encore inspirée aujourd’hui par l’audace de la créatrice. L’influence de cette dernière se retrouve dans le fameux uniforme qui ne quitte jamais l’actrice, le combo chemise blanche-jean ou pantalon qu’elle arbore d’ailleurs dans le documentaire, et que l’on peut effectivement voir comme un hommage au style garçonne de Coco Chanel, prolongé par ses célèbres cheveux courts, et qui fut au bien sûr au cœur de ses créations. Le documentaire revient notamment sur le lancement en 1954 du tailleur Chanel après le retour mouvementé de Coco à Paris. Car cette pièce aujourd’hui entrée dans l’histoire de la mode fut moquée à l’époque de sa sortie, au moment où le style New Look de Christian Dior cartonne en remettant au goût du jour le combo corset-taille de guêpe honni par la créatrice et que l’on pensait disparu pour de bon.

Libération des obligations familiales

Là où Coco Chanel se distingue aussi, c’est dans sa vie privée, comme le rappelle l’actrice française. Abandonnée par ses parents et placée dans un orphelinat chez les bonnes sœurs, Gabrielle Chanel a collectionné les amants en toute liberté à une époque où la vie d’une femme était inconcevable sans mariage ni enfant. Coco Chanel ne se pliera à aucune de ces obligations, conservant sa liberté jusqu’à sa mort en 1971, seule dans sa chambre du Ritz à Paris. Cette légende touche aussi beaucoup Carole Bouquet, qui évoque très librement dans le documentaire les différents hommes de sa vie, dont le malheureux Jean-Pierre Rassam, père de son premier enfant et décédé prématurément en 1985.

Mondialement connue – entre autres – pour sa beauté froide intimidante, dont elle parle avec beaucoup de recul dans le documentaire, l’actrice a accédé au rang de sex-symbol en incarnant une James Bond girl dans Rien que pour vos yeux (John Glen, 1981), en compagnie de Roger Moore. Un statut qui sera officialisé en 1986, année où elle devient égérie de Chanel, en étant associée au célébrissime parfum N° 5. Connue aussi pour sa liaison avec Gérard Depardieu, Carole Bouquet se distingue de Coco Chanel sur un point crucial : elle a deux enfants – qui ont été décisifs dans sa vie selon elle. En revanche, elle se reconnaît en partie dans la jeunesse de la créatrice, puisqu’elle a grandi aussi auprès de sœurs dont elle dit que l'éducation féministe a été déterminante. Ces enfances éloignées des racines familiales ont incontestablement façonné le caractère férocement indépendant de ces deux femmes, devenues deux icones absolues de la féminité à deux époques différentes.

Elle parle d'Elle : Carole Bouquet raconte Coco Chanel, un documentaire disponible sur CANAL+ Docs.