Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Surviving R. Kelly, une suite au documentaire choc qui a fait tomber le chanteur

Le documentaire Surviving R. Kelly, sorti en janvier 2019, avait provoqué un cataclysme aux États-Unis. Vus par plusieurs millions de spectateurs, les six épisodes présentaient la star du r’n’b, de son vrai nom Robert Sylvester Kelly (déjà accusé de pédopornographie entre autres en 2008), comme un prédateur sexuel.

Ils lui reprochaient également d’être à la tête d’une secte maintenant des femmes en esclavage, dans ses propriétés à Chicago et Atlanta, transformées en « temples sexuels ».

De nombreuses victimes présumées témoignaient face caméra : des fans, mais aussi des choristes, danseuses, gardes du corps… Toutes racontaient leur calvaire, comprenant séquestrations, violences psychologiques, intimidations ou relations avec des mineures, avec force détails faisant froid dans le dos.

Le chanteur a nié ces accusations en bloc, mais cela ne l’a pas empêché de chuter, après des années d’impunité. Son label, RCA Records, l’a lâché après la diffusion du documentaire.

En février 2019, il est inculpé de dix chefs d’accusation d’agression sexuelle (y compris sur mineures) avec circonstances aggravantes, et par la suite incarcéré dans une prison fédérale de Chicago.

Le mois suivant, sur CBS, la star sort de son silence, et donne une interview surréaliste. Face à Gayle King, présentatrice au sang-froid étonnant, il hurle, pleure, se frappe le torse.

Le second volet de la série documentaire Surviving R. Kelly revient notamment sur cette sortie. « Je connais ses crises de colère. J’était terrifiée quand j’ai vu cette séquence, j’avais peur pour Gayle », raconte ainsi Asante McGee dans le documentaire, qui a vécu un temps avec le chanteur (aux côtés de nombreuses autres femmes).

Ces cinq nouveaux épisodes offrent des témoignages inédits, comme ceux de ses frères, Carey (photo) et Bruce, qui reviennent sur son enfance, durant laquelle il dit avoir été abusé.

Ceux-ci sont accompagnés par les éclairages de différents psychiatres, et des témoignages accablants de victimes présumées.

Parmi elles, la jeune Faith Rodgers (photo de couverture), qui dit avoir vécu sous l’emprise du chanteur quand elle avait 19 ans, avant d’être intimidée et menacée. C’est peut-être le témoignage de ses parents, racontant comment ils ont dû déménager, la peur au ventre, qui est le plus glaçant.

« Je ne dors plus la nuit », dit son père. « C’est la Manson family », commente le journaliste Jim DeRogatis, qui suit le lourd dossier R. Kelly depuis des années, et a, lui aussi, été intimidé à plusieurs reprises. Mais aujourd’hui, « les gens n’ont plus peur de parler », souligne une des « survivantes ». Toujours en prison, R. Kelly attend son procès.

Surviving R. Kelly 2e partie : l’heure des comptes. Série documentaire en première exclusivité. 57 minutes 5 épisodes. En ce moment sur PLANÈTE+ CI.