Albanie-France : les notes des Bleus

Posté par Pierre Ménès le 17 Novembre 2019

MANDANDA (5) : C’est toujours compliqué de noter un gardien qui n’a eu que des ballons faciles à négocier. Le plus difficile, c’était sur cette sortie aérienne en début de match. Le reste était enfantin pour un gardien de ce niveau.

VARANE (6) : Stoppeur droit dans la défense à trois mijotée par Deschamps, le capitaine des Bleus a dû aller au duel plus souvent que lorsqu’il joue en couverture dans une charnière à deux. Et il est intéressant dans ce secteur. Il a gagné beaucoup de duels, il a bien remonté les ballons, rien de trop difficile non plus mais une partie solide et appliquée.

LENGLET (6) : C’était lui qui occupait l’axe du trident défensif des Bleus. Bien plus en confiance que contre la Moldavie, il n’a commis aucune erreur mais aurait dû marquer de la tête sur un corner de Griezmann. Cela reste une prestation rassurante par rapport à la précédente. 

KIMPEMBÉ (6) : Il est loin le Kimpembé qui faisait peur à tout le monde lors de la deuxième partie de saison dernière. On a retrouvé le défenseur intransigeant, très intransigeant, trop intransigeant parfois, parce qu’il a quand même commis pas mal de fautes. Mais il a gagné quasiment tous ses duels et puis, il n’a pas été tellement aidé par Mendy sur le côté gauche. Un bon retour. 

DUBOIS (6) : Evidemment, c’était l’Albanie. Evidemment, il n’a pas eu de grosse pression à subir de son côté, surtout en première période. Il a donc joui d’une grande liberté offensive qui lui a permis d’être dangereux. Il aurait dû mieux faire sur deux bons décalages de Griezmann en début de match mais c’est lui donne le deuxième but au joueur du Barça depuis une position excentrée à gauche assez étonnante. Une bonne frappe après le repos. Offensivement, c’est mieux que Pavard. Je dis bien, offensivement. 

SISSOKO (6) : On sait qu’on peut compter sur lui en toutes circonstances et à tous les postes. Cette fois, il était « milieu axe droit » dans ce système en 3-4-1-2. Il s’est surtout concentré sur l’aspect défensif de sa tâche et s’en est bien sorti.

TOLISSO (7) : J’étais très étonné de sa position en début de match car il jouait quasiment côté gauche. Et puis il s’est recentré, il a même passé un peu de temps à droite en deuxième période. Il a inscrit son premier but en Bleu d’une jolie tête, plus compliquée que ce qu’on pourrait croire. Solide et sûr techniquement et globalement bien plus performant que face à la Moldavie. 

MENDY (4) : Il a été très longtemps blessé, ne joue pas encore régulièrement à Manchester City et a montré qu’il n’était pas encore physiquement revenu au top. Il a essayé de prendre son couloir à plusieurs reprises mais dans la bonne période des Albanais en début de seconde période il s’est régulièrement retrouvé en difficulté. 

GRIEZMANN (8) :  Le jour et la nuit par rapport à la Moldavie. Si Valverde a regardé le match, il a peut-être vu où était la meilleure position de Griezmann, c’est-à-dire un poste de neuf et demi libre. Le problème, c’est que c’est aussi là que Messi aime briller. Bref, ce soir on a retrouvé un Grizou avec de la joie dans les pieds, un Grizou inspiré - j’ai adoré ses passes vers Dubois en début de match -, dont les corners sont toujours parfaitement tirés. Passeur décisif sur coup-franc pour Tolisso, il a aussi marqué un but qui a mis fin à une disette de huit matchs sans marquer avec les Bleus. Bref, il a retrouvé son niveau et le sourire, il faut maintenant qu’il confirme avec son club. Parce que, si cette situation en Catalogne devait durer, ce serait préjudiciable pour lui. 

BEN YEDDER (4) : La prestation du Monégasque est un peu inquiétante. Il a évolué dans une équipe de France souveraine pendant toute la première période et il n’a pas existé. On n’a pas réussi à le trouver, ni en appui, ni sur un appel, il n’a jamais réussi à se mettre en position de frappe… Je m’étais déjà posé la question de sa capacité à se hisser au niveau international. Je suis désolé, je me la pose encore…

GIROUD (6) : C’était son deuxième match en 72 heures et ça s’est vu. Je l’ai trouvé plus alerte que contre la Moldavie et s’il n’a pas marqué hier soir, ce n’est vraiment pas de sa faute. Berisha a sorti un très bel arrêt sur sa reprise croisée du gauche et sa jolie frappe enroulée n’a trouvé que l’intérieur du poteau. Le 40e but sera donc pour la prochaine fois. Mais la prochaine fois, ce sera en 2020 et d’ici là, il faut vraiment qu’il joue plus. A Chelsea ou (plus certainement) ailleurs. 

Pierrot