Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Ce soir, j'ai honte...

Posté par Pierre Ménès le 30 janvier 2021

Oui, ce soir, j’ai honte. Honte de cette saison qui, à tous points de vue, n’a ni queue ni tête. Mais dire qu’on a honte ne veut pas dire qu’on cherche un responsable unique. Il est évident que le football français est victime de plusieurs maux. Il y a d’abord la crise de la Covid et ces matchs à huis clos qui s’accumulent et privent le football d’ambiance et de joie. Il y a aussi le problème des droits télé. Comme je l’ai pudiquement dit au CFC, les gens qui diffusent la Ligue 1 ne paient pas mais il paraît que c’est Canal le grand Satan. Moi, je veux bien… 

N’ayant toujours aucune info sur ce qui va se passer, j’observe. Vendredi soir, des Lyonnais m’ont demandé pendant OL-Bordeaux si j’avais des problèmes pour regarder Mediapro. Je leur ai répondu que chez moi cela fonctionnait, alors que visiblement cela ne fonctionnait pas sur Lyon. Donc les mecs ne paient pas, cela ne marche pas… C’est un immense scandale. Et puis il y a les supporters. Que dire de ce qui s’est passé samedi après-midi à Marseille ? De ces 400 personnes - je n’ai même pas envie de les appeler « supporters » - qui ont manifesté devant la Commanderie avant que 50 d’entre eux n’entrent dans le centre d’entraînement du club pour tout casser. 

Bilan : un joueur - Alvaro - blessé au dos par un projectile, des employés choqués, des voitures et du matériel dégradés. Parmi ces 50 voyous, 25 ont déjà été interpellés. Donc au-delà d’être des casseurs, ce sont des cons, même pas foutus de se planquer à temps. Pourquoi ont-ils fait ça ? Je ne suis pas sûr que ce soit uniquement pour casser. Je ne serais pas étonné que cette action coup de poing ait eu pour but de pousser la direction dehors et de libérer la place. 

La première conséquence de ces incidents, c’est que le match contre Rennes a été reporté. Et la prochaine rencontre au Vélodrome, c’est dimanche prochain face au PSG. Soyons clairs : dans ces conditions, il est impensable que les Parisiens se déplacent à Marseille. Si on se retrouve avec des milliers de mecs dehors pour les attendre, cela va forcément dégénérer. Ce n’est pas un contexte pour jouer au foot et je doute que tout rentre dans l’ordre. Jacques-Henri Eyraud s’est exprimé au CFC pour dire que la justice allait être saisie. Cela ne va pas en rester là.

Dubois, un but venu d’ailleurs

Ce qui s’est passé à Marseille est très grave mais si on prend un peu de recul, on se rend compte que la situation est également préoccupante ailleurs. Il y a eu des manifestations de supporters un peu partout, à Nîmes, à Saint-Etienne, à Nantes, à Bordeaux… Alors je sais bien que ce n’est pas facile pour les supporters, privés de leur « tribune » au propre comme au figuré. Mais à un moment où le foot français recherche des investisseurs, l’image renvoyée est terrible. Qui va avoir envie d’injecter des millions d’euros pour se retrouver avec des matchs remis parce que des abrutis vont foutre le bordel au centre d’entraînement ? J’ai l’impression que personne ne saisit le côté dramatique de cette soirée. Et les conséquences qu’elle va engendrer.

À part ça, il s’est quand même passé quelques trucs sur le pré. Vendredi soir, l’OL a décroché une victoire plus que chanceuse face à une belle équipe de Bordeaux. Les Lyonnais se sont montrés très en-deçà de leur niveau, individuellement et collectivement. J’ai un peu la même réaction qu’après la défaite contre Metz : le milieu rhodanien sans Aouar ni Paqueta est trop monocorde. Guimaraes, Caqueret et Mendes ne sont pas capables de faire vivre le ballon offensivement. 

En face, les Girondins ont livré un très bon match, avec un excellent Adli et un Ben Arfa toujours aussi surprenant sur le plan technique. Mais il manque à cette équipe bordelaise un finisseur devant, qui leur aurait probablement permis de repartir du Groupama Stadium avec les trois points. Le premier but est l’œuvre de Toko-Ekambi, qui a eu le flair de reprendre un ballon détourné par Koscielny. L’égalisation de Kalou est venue d’une bonne action collective à la suite d’une perte de balle inconséquente de Mendes. Le but de la victoire lui, est venu de nulle part. Un nulle part qui s’appelle Dubois, auteur d’une frappe absolument invraisemblable dans les arrêts de jeu, sans angle et dans la lucarne opposée. Un but exceptionnel qui, sur le plan comptable, permet à Lyon de reprendre la tête du classement en attendant les matchs de Lille et de Paris. Mais il n’empêche que les deux dernières sorties à domicile des lyonnais ne sont guère reluisantes. 

Ce qui n’est pas reluisant non plus, c’est le parcours actuel de Montpellier, qui n’arrête plus de perdre. Alors évidemment, sans Omlin, Savanier, Mollet et Delort, c’était trop. Lens a ouvert le score sur une jolie frappe de loin de Doucouré puis a doublé la mise par Kakuta d’une frappe déviée avant que le jeune et prometteur Wahi ne réduise la marque d’un magnifique retourné. La fin de match a été pénible pour les Nordistes, qui ont tenu grâce notamment à un très bon Leca. Les résultats du Racing sont un peu en dents de scie ces derniers temps, avec une alternance de bonnes prestations à l’extérieur et de matchs quelconques à domicile. Mais le parcours des joueurs de Franck Haise n’en demeure pas moins exceptionnel pour un promu. 

Pierrot