Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

COVID et confusion

Posté par Pierre Ménès le 18 septembre 2020

Ceux qui me suivent régulièrement se demanderont peut-être pourquoi je fais un post un vendredi soir, ce que je fais rarement. Eh bien parce que dans ce début de championnat qu’on peut qualifier de grotesque, une vache n’y retrouverait pas son veau. Entre mardi et vendredi, on a donc eu droit à trois matchs de la première journée et un de la quatrième. Dont deux concernaient l’Olympique Lyonnais, qui termine sa semaine avec un point en deux matchs. Et cela a commencé avec une défaite totalement méritée à Montpellier, face à des Héraultais qui ont réalisé un très bon match, à l’image d’un magnifique Savanier.

Cette équipe montpelliéraine semble bien plus à l’aise à la Mosson qu’à l’extérieur. Son match à Rennes était à la limite de l’inquiétant, mais ses deux prestations à la maison face à Nice et Lyon étaient très convaincantes. En ce qui concerne l’OL, on a vu les mêmes défauts à Montpellier que face à Nîmes hier soir. Et en particulier ce problème offensif qui perdure, avec une ligne d’attaque inexistante. Memphis est déjà en train de boucler ses sacs Vuitton, Dembélé est en total manque de confiance et de mobilité… Quand cette équipe n’aligne pas son milieu de terrain Guimaraes-Caqueret-Aouar, il ne se passe pas grand chose. 

En première période, ce sont même les Nîmois qui ont eu les meilleures occasions, avec la transversale de Ripart et le super arrêt de Lopes sur la frappe de Ferhat. Et les hommes de Garcia ont enchaîné avec une seconde période pathétique. Ah, pour centrer, ça centre. Mais le seul centre potable a été celui de Dubois pour la tête de Dembélé, au-dessus. C’est d’autant plus inquiétant qu’on sait que des joueurs majeurs vont partir et que, faute de moyens, ils seront remplacés par des joueurs d’un niveau moindre. Honnêtement, l’avenir me semble assez sombre du côté de Lyon…

Il ne me paraît pas beaucoup plus clair du côté du PSG, auteur d’un match pitoyable face à Metz. Alors évidemment, il manquait encore beaucoup de joueurs, mais cela n’excuse pas la pauvreté de la prestation parisienne et notamment la mièvrerie des milieux de terrain. En fait, on n’a vu qu’un seul joueur, c’est Di Maria. L’Argentin a tout tenté pour faire basculer le match et y est finalement parvenu dans les arrêts de jeu avec ce centre détourné par Oukidja sur la tête victorieuse de Draxler. L’Allemand qui n’a absolument pas fêté son but, comme s’il était déjà un peu absent - en même temps, il l’est depuis des mois donc ça ne change pas grand chose.

Je plains les supporters

Un match que Paris a terminé à neuf contre onze après l’expulsion à mon sens très sévère de Diallo - il n’y a pas faute sur l’action du deuxième jaune - et la grave blessure de Bernat qui va obliger Leonardo à recruter un latéral gauche, ce qui n’était pas prévu dans les plans parisiens. Comme d’habitude, ce club a une poisse qui serait presque risible - et qui l’est sûrement si l’on n’aime pas le PSG. Le PSG qui jouera à Nice dimanche, avec encore des suspendus et l’incertitude sur la présence de Mbappé. Il y a trois cas de COVID chez les Aiglons, le match aura lieu à huis clos. Pfff… Ce début de saison, sans que ce soit la faute de personne, est vraiment insupportable…

Finalement, le plus intéressant des quatre matchs s’est tenu au Vélodrome avec la victoire de Saint-Etienne à Marseille. J’insiste : c’est la victoire de Sainté avant d’être la défaite de Marseille. Car les Verts ont fait un match très, très intéressant. Défensivement, on sait que cette formation a des qualités autour de Fofana - et j’espère sincèrement pour Sainté qu’il va rester - mais c’est toute l’équipe qui s’est mise au diapason. Et devant, ça combine bien entre des joueurs adroits. Le premier but d’Hamouma est splendide, le second signé Bouanga - qui a vraiment pris une nouvelle dimension - est assez exceptionnel, tout comme l’action de Nordin qui l’a amené. Les Verts ont vraiment fait une belle impression au Vélodrome. 

Alors évidemment, côté olympien le bilan est moins reluisant. Cette fois, il ne s’agissait pas de mettre le bus et de miser sur un coup de pied arrêté mais de faire le jeu. Et Villas-Boas a commis une grosse erreur en alignant une nouvelle fois une équipe sans avant-centre. Il aurait peut-être été plus judicieux de faire débuter le petit Aké ans l’axe. Le jeune espoir marseillais a fait une bonne entrée et a touché la barre, Thauvin a fait beaucoup d’efforts également. Mais derrière, cela ne va pas. Et je ne crois pas du tout à la suffisance ou à la démobilisation dont auraient fait preuve les Phocéens. Même après une victoire au Parc, deux matchs ça fait un peu court pour s’enflammer. On sait que cette équipe a des vertus quand il s’agit de bien défendre et de contrer. Mais elle en a beaucoup moins quand il s’agit de faire le jeu. 

Et faire le jeu au Vélodrome, il va falloir le faire toute l’année. Et ce dès dimanche contre Lille, dans un stade où il y aura donc 1000 spectateurs. Il faut qu’on m’explique l’intérêt d’autoriser des jauges aussi ridicules, qui font beaucoup de frustrés et de mécontents pour très peu d’heureux élus tirés au sort. Dans cette période très troublée, je plains les supporters qui subissent des décisions parfois ubuesques - je rappelle que dans un stade, on est en plein air. De toute façon ce début de saison me déplaît fortement même si, pour le coup, personne n’est à blâmer. Oui, il y a beaucoup de cas de COVID dans le foot français, mais parce qu’il y en beaucoup dans l’ensemble de la société. Il n’y a pas de raison que les footballeurs soient épargnés et tous les joueurs qui l’attrapent ne font pas forcément n’importe quoi de leur vie.

Pierrot