Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

France-Finlande : l'analyse

Posté par Pierre Ménès le 12 novembre 2020

Vu la façon dont j’ai pesté sur ce match avant qu’il ait lieu en disant qu’il était scandaleux dans un calendrier aussi surchargé de coller un match amical sans aucun intérêt à l’équipe de France, je serais particulièrement de mauvaise foi de dire aujourd’hui que cette défaite pourrait avoir des conséquences. C’était un match amical en bois joué par une équipe de France en bois. Un match amical coincé entre deux sessions de trois matchs de coupe d’Europe en trois semaines et deux matchs de Ligue des Nations. Un match amical dont tout le monde se foutait, à commencer par les joueurs. Il faudra se pencher un jour sur ces rencontres totalement inutiles qui ne servent qu’à renflouer les caisses de la Fédé. Enfin, si ça sert un peu au foot amateur, c’est déjà ça…

Maintenant, ce match a eu lieu, les Bleus l’ont joué alors il faut bien en parler. Et là… La première chose à dire, c’est que trop de changement tue le changement. Ce n’est même pas un service à rendre à des joueurs qui jouent peu voire - encore pire - à de nouveaux arrivants de jouer dans une formation qui n’a ni automatismes, ni forme physique ni envie. Cette équipe de France - si l’on peut appeler ça une équipe de France - était d’une lenteur effroyable. Ce qui est un peu normal quand tes deux milieux axiaux sont Nzonzi, qui est naturellement lent et Pogba, qui est à la rue physiquement. 

Et puis, la manière dont les Bleus se sont fait déchirer sur le premier but finlandais après la perte de balle de Sissoko au milieu ajoutée au fait que personne ne vient empêcher Valakari de frapper sur le second, ce n’est pas possible. Ce n’est pas possible de voir ça de la part d’une équipe championne du monde (même si des champions du monde, il n’y en avait pas beaucoup sur la pelouse au départ). Clairement, il y a des questions à se poser sur des supposés titulaires dont le rendement est très, très inférieur à ce qu’il devrait être. 

Je pense en particulier à Pogba et Giroud, qui ne jouent pas avec leur club, sont donc totalement hors du coup physiquement et ne font preuve ni d’une véritable envie, ni d’une qualité technique qui leur permettrait de compenser. Et cette faillite de certains « cadres » est assez inquiétante car les Bleus vont avoir deux matchs qui comptent - enfin, si l’on veut bien donner une quelconque importance à cette Ligue des Nations - samedi au Portugal puis mardi face à la Suède. C’est après ces deux rencontres que certains statuts pourraient être remis en cause.

Je note aussi qu’une fois de plus, même pour jouer la Finlande B au Stade de France, Deschamps a aligné sept joueurs à vocation défensive. Quitte à jouer en 4-4-2, on aurait peut-être pu essayer Martial à la place de Sissoko à droite pour apporter de la technique et étirer un peu plus cette formation finlandaise qui attendait systématiquement à cinq derrière les attaques stéréotypées des Bleus. Alors évidemment, des cadres vont revenir dans l’équipe face au Portugal. Mais dans quel état seront-ils ? Kimpembé et Mbappé seront-ils en état de débuter ? Griezmann sera-t-il dans le rythme ? À huit mois de l’Euro, les incertitudes sont nombreuses.

Pierrot