France-Turquie : les notes des Bleus

Posté par Pierre Ménès le 14 Octobre 2019

MANDANDA (5) : Une sortie étrange en première période avant d’être spectateur le reste du temps, jusqu’à l’égalisation turque. Alors évidemment, le ballon passe entre son poteau et lui ce qui est toujours un peu gênant mais c’est vraiment à bout portant et ce serait sévère de le lui reprocher. 

PAVARD (3) : Dans un match où tu as autant le ballon, les latéraux doivent apporter encore plus offensivement. Son apport a été désastreux, entre les ballons perdus, les mains, l’absence de bon centre. Et puis il se fait surprendre au marquage sur le but turc. Une très triste soirée pour le joueur du Bayern. 

VARANE (5) : Comme souvent avec le défenseur du Real, j’attends plus de lui dans ces matchs où les Bleus ont le ballon. J’attends plus de prises de risque dans la relance, surtout de la part d’un joueur qui a autant de qualités avec la balle. Beaucoup trop de prudence à mon goût. 

LENGLET (5) : Même remarque que pour Varane sur l’apport offensif. Et puis il y a cette action défensive qui aboutit à la frappe au-dessus de Yilmaz où il se fait jongler. Quelques bons retours défensifs par ailleurs.  

HERNANDEZ (7) : Voilà un arrière latéral moderne, offensif, costaud, hargneux devant et derrière. Encore un très bon match pour Hernandez qui confirme qu’il est indispensable dans cette équipe.

SISSOKO (5) : Il aurait pu marquer en première période, mais s’est retrouvé deux fois à devoir frapper du pied gauche. A-t-il perdu confiance après cela ? Peut-être bien car il a été beaucoup trop imprécis après le repos, alors qu’il avait l’occasion d’apporter au jeu. 

TOLISSO (5) : Placé en milieu défensif droit dans le triangle avec Pavard et Sissoko - qui ne l’ont pas aidé -, je l’ai trouvé globalement très timide tout au long de la partie et assez imprécis dans son jeu long. Lui aussi, j’aurais aimé qu’il apporte plus sur le plan offensif.  

MATUIDI (5) : Replacé milieu axe-gauche avec la présence de Coman et les déboulés d’Hernandez sur l’aile, le Turinois n’a pas apporté autant qu’à son habitude et j’ai trouvé qu’il avait un peu pioché physiquement.

GRIEZMANN (6) : Au-delà de son match, j’ai aimé son agressivité, son attitude voire sa colère à la fin du match. Une jolie percée en début de match et une grosse activité devant. Mais il perd un ballon chaud en première période et c’est lui qui, par excès d’enthousiasme et d’agacement, provoque le coup-franc qui mène au but turc. Auteur du corner pour la tête victorieuse de Giroud. Un match contrasté, donc.

COMAN (5) : De l’engagement, des dribbles, de la vitesse, OK. Mais avec quoi au bout, à part ce bon centre pour la tête trop molle de Griezmann en première mi-temps ? Il a passé une heure à gauche avant de finir à droite, sans vraiment peser sur le match au final.

BEN YEDDER (4) : Il a longtemps fait une Giroud, c’est-à-dire être seul devant et ne pas voir le ballon. Mais ce qui est pardonnable à un joueur comme Giroud qui est un point de fixation l’est moins pour le Monégasque dont on attend plus de mouvement. Je l’ai trouvé très léger dans un match où il a peiné face à l’athlétique défense turque.

Chez les entrants, Giroud a failli être le héros de la soirée en marquant cinq minutes après avoir remplacé Ben Yedder d’une jolie tête décroisée. Hormis son but, il a réussi une bonne entrée en jeu, en enquiquinant la défense turque avec son physique et ses prises de balle dos au but. Peut-être que le bon calcul c’était Ben Yedder contre l’Islande et Giroud face à la Turquie… Pour le reste, Ikoné s’est signalé par une belle frappe et Lemar n’a pas apporté grand chose par manque de prise de risque.   

Pierrot