Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Le minimum syndical

Posté par Pierre Ménès le 29 octobre 2020

On a vécu hier un jeudi un peu moins morose que d’habitude. Du moins au niveau des résultats parce qu’au niveau du jeu, il y aurait beaucoup à dire. En fin de journée, Lille a accueilli le Celtic avec une rotation limitée mais sans des joueurs majeurs tels que Fonte, Sanches ou encore Yilmaz. Et cela s’est senti parce qu’en première période, les Nordistes n’ont pas mis la même intensité que d’ordinaire. Une moindre vitesse d’exécution, moins de projections vers l’avant et Celik qui commet deux erreurs individuelles qui amènent deux buts des Écossais. 

Avec en plus un penalty vendangé par David, les Lillois étaient donc menés 2-0 à la pause. En parlant de l’attaquant canadien, il va falloir se pencher sur son cas parce qu’il a quand même coûté très cher et, pour l’instant, il n’apporte rien. Galtier lui a maintenu sa confiance jusqu’ici, pour qu’il prenne justement confiance mais bon, cela commence à faire long. Après le repos, le LOSC a mieux joué avec les entrées de Yilmaz et Renato Sanches et est parvenu à réduire le score par Celik qui s’est bien rattrapé en reprenant assez miraculeusement au second poteau un corner de Yazici dévié par Soumaoro. 

Lille a même réussi à égaliser quelques minutes plus tard. Sur un centre de Celik, Yazici a raté sa volée mais la reprise contrée d’Ikoné a fini au fond. Dans mon tweet qui m’a valu l’ire des supporters lillois, c’était à cette réussite-là, sur les deux buts, que je faisais allusion. Car effectivement, en seconde période les Nordistes ont fait ce qu’il fallait pour revenir au score. Il n’en demeure pas moins que faire nul à la maison face au Celtic n’est pas le résultat du siècle. Surtout qu’il va maintenant falloir se frotter au Milan AC, ce qui s’annonce beaucoup plus compliqué. 

Et puis en soirée, Nice nous a fait une Nice. C’est-à-dire que le résultat est bon, avec une victoire. Mais la prestation elle, est plus que décevante. Elle est énervante. Parce qu’on sent bien que cette équipe a les moyens de faire mieux. Mais elle ne le fait, faute de projections vers l’avant, en grande partie. Avec des joueurs comme Atal et Kamara sur les côtés, il faut écarter le jeu, jouer plus vite vers l’avant. Or, cette équipe joue sur un tempo très lent. Heureusement, sur un centre d’Atal, Gouiri a eu la bonne idée de marquer le but de la victoire d’une volée du droit. 

Mais cette équipe de l’Hapoël Beer Sheva bien sympathique et qui s’est battue jusqu’au bout à quand même eu trop d’occasions face à une équipe de la dimension de Nice, avec notamment cette parade décisive de Benitez sur la dernière action du match. Alors je le répète, le résultat est bon mais la prestation ne l’est pas du tout. Finalement, le seul bon match des Aiglons cette saison, c’était dimanche dernier face à Lille. C’est trop peu vu les ambitions du club…

Pierrot