Les bons génies de Paris

Posté par Pierre Ménès le 7 Décembre 2019

Vendredi soir, Lille a lancé cette 17e journée quelques minutes avant Lyon en battant Brest 1-0 sur un nouveau but de son phénomène Osimhen. Le reste du match s’est un peu résumé à une opposition entre les attaquants nordistes et Larsonneur, auteur d’un match étourdissant. L’air de rien, le LOSC vient de gagner trois matchs consécutifs, se retrouve bien classé et risque donc fort, cette saison encore, de postuler au podium. D’autant que les joueurs de Galtier seront « débarrassés » de la Ligue des Champions pendant la seconde partie de saison.

L’Olympique Lyonnais n’est pas encore débarrassé de la Ligue des Champions et il connaîtra d’ailleurs son destin mardi à l’issue du match face à Leipzig. En attendant, Lyon a vécu un match étrange à Nîmes. Un match faussé dès la 5e minute avec l’expulsion de Valls pour un pied sur le haut de la cuisse de Caqueret. Alors l’argument qui dit que le jeune Lyonnais n’a pas été blessé sur l’action est nul et non avenu. S’il faut attendre qu’il y ait rupture d’une artère pour mettre carton rouge, cela va compliquer ce jeu. 

Derrière, il y a eu ce penalty concédé par Martinez sur Traoré. Le défenseur gardois « recule son cul » pour bloquer la course de l’attaquant burkinabé, pour moi le péno est donc justifié. Et peu avant la mi-temps, le cauchemar des Crocos s’est prolongé avec une seconde expulsion signifiée à Paquiez pour un deuxième jaune consécutif à une faute qui, pour le coup, a blessé Rafael. Evidemment, c’était beaucoup trop pour une équipe de Nîmes qui venait d’en prendre six à Bordeaux et qui a essayé de tenir le choc au courage mais s’est finalement effondrée au fil des minutes pour finir sur une défaite 4-0. Côté lyonnais, ce succès facile n’apporte aucun élément nouveau sur la qualité de jeu de l’équipe mais fait du bien au classement.

De la grisaille au plein soleil

Samedi après-midi, le PSG a vécu un match très compliqué à Montpellier, dans une ambiance hostile et face à des joueurs très remontés. Et je pense que Monsieur Gautier a envoyé un très mauvais signal dans ce match en ne donnant pas carton jaune au jeune Chotard pour un étranglement sur Neymar dès les premières minutes, même si cette permissivité n’a pas été à l’origine de la blessure de Kimpembé et de Gueye, sortis pour des pépins musculaires. D’énièmes pépins musculaires… Cela a mis le PSG dans une situation inconfortable, jusqu’à ce but marqué contre son camp par Paredes sur le corner de Savanier.

Jusqu’à la 75e minute, on pouvait dire que Paris réalisait un match très faible techniquement, avec un trio d’attaque très décevant. Neymar tentait beaucoup mais ratait presque tout et Mbappé comme Icardi étaient quasi-inexistants. Mais la magie avec les grands joueurs, c’est qu’il ne leur faut pas grand chose pour passer de la grisaille au plein soleil. Neymar a égalisé d’un coup-franc pleine lunette suite à une faute qu’il avait lui-même provoquée - et qui a aussi provoqué l’expulsion de cette redoutable tondeuse à gazon de Pedro Mendes, qui aurait déjà pu recevoir un rouge direct pour son tacle sur Bernat en première période. 

Un petit bijou qui a lancé le Brésilien. Parce que, quand les autres commencent à baisser de pied physiquement, lui n’est pas fatigué. Il a enchaîné avec une passe décisive pour Mbappé, qui a crocheté Souquet et marqué d’une frappe sèche, puis un nouveau coup-franc, sur le poteau celui-là. Et au moment où on se disait que Mbappé s’était contenté du minimum dans ce match, il a sorti une somptueuse passe décisive de l’extérieur du pied droit pour la volée croisée d’Icardi. Voilà comment le génie de trois joueurs a fait basculer la rencontre en sept minutes. Ce qui ne retire rien à tous les problèmes concernant le fond de jeu du PSG et sa constance.

C’est bien gentil de toujours réclamer plus de libertés pour les supporters…

Mais la constance, ça part souvent du milieu de terrain. Et il manquait deux des trois titulaires au départ, puis carrément les trois après la sortie de Gueye. Maintenant, il est clair qu’il faudra évidemment faire mieux lors des échéances prochaines. Mais en attendant, on ne peut que constater que le génie a parlé. Un dernier mot sur ce match, qui ne va sans doute pas plaire aux ultras. Mais bon, c’est bien gentil de toujours réclamer plus de libertés pour les supporters. Et là, on dit quoi après les jets de projectiles dont l’un a légèrement ouvert le front de Navas ? C’est totalement inadmissible. Et en plus de ça, cela a failli faire dégénérer le match sur le terrain. J’espère que la Ligue va sévir et que la tribune de la Butte sera suspendue, ce qui serait logique. 

En soirée, Monaco l’a largement emporté face à une équipe d’Amiens en perdition sur le plan défensif. Pourtant, pendant plus de 50 minutes, rien ne laissait présager une telle déroute tant la première mi-temps monégasque avait été lamentable. Il a suffi d’une faute défensive picarde exploitée par Ben Yedder pour que le déluge s’abatte sur Gurtner. Cela fait 14 buts encaissés en 4 matchs pour Amiens, ce qui commence à être très problématique. A l’Allianz Riviera, Nice s’est réveillé en dominant facilement une très faible équipe de Metz, avec notamment deux buts de Cyprien dont une belle frappe lointaine et un but tout aussi magnifique signé Lees-Melou. Une victoire dont Vieira avait grand besoin, avec une équipe un peu plus complète que d’habitude. Cela va peut-être lancer les Aiglons vers de meilleurs horizons.

Rennes a battu 2-1 une bonne équipe d’Angers, qui a pratiqué un joli jeu mais a été victime du duo Raphina-Niang, avec deux passes décisives de l’ailier Brésilien pour l’avant-centre Sénégalais. Il y a trois matchs, le club breton était en crise, ce soir il est 4e au classement. Mais bon, on le sait dans ce championnat, avec une bonne série on se retrouve tout de suite en haut. Enfin, Strasbourg s’est remis de son énorme baffe reçue à Brest en marquant une nouvelle fois 4 buts à la Meinau. Comme à Amiens et face à Nîmes. Le Racing n’est jamais aussi bon que lorsque Mothiba et Ajorque jouent ensemble devant, avec également un très bon Thomasson. Toulouse a plutôt bien joué au ballon - c’était un match agréable à suivre -, mais le Téfécé est définitivement trop faible défensivement. 

Pierrot