Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Lille et Lyon se replacent

Posté par Pierre Ménès le 22 novembre 2020

Samedi après-midi, le fantôme de Saint-Etienne s’est fait exploser à Brest. Une équipe finistérienne dont on ne cesse de louer les vertus offensives et qui joue très juste dans les derniers gestes. Les passes sont très bonnes et la finition est au diapason. Les Bretons sont en revanche assez justes physiquement et ils ont souffert à partir de l’heure de jeu. Mais ils avaient largement fait la différence lors d’une première période plus que maîtrisée face à une équipe stéphanoise cataclysmique dans toutes les zones de jeu. On va bien sûr insister sur la défense après ces quatre buts encaissés mais la vérité, c’est que les Verts sont lamentables à peu près partout. 

La méthode Puel touche ses limites avec cette 7e défaite consécutive. C’est bien joli d’avoir tenté le « pari jeunes », mais ce sera encore mieux si le club arrive à se maintenir en Ligue 1. Quand on se souvient de la première décision forte de Puel - envoyer Ruffier à la cave - et qu’on voit aujourd’hui le niveau de Moulin, qui n’a jamais été titulaire, a 35 ans et qui en plus se retrouve propulsé capitaine, on se dit que quelque chose ne va pas. Comme je l’ai dit au CFC samedi, Ruffier à un Moulin dans chaque orteil. Mais bon, j’imagine que cela ne suffira pas pour qu’on le revoit. Et la très pénible série de Sainté risque de durer…

A 13 heures, on a eu droit à un match tristounet entre Nantes et Metz, qui n’a valu que pour le 8e match sans défaite du club lorrain. Un peu plus tard, Reims qui marquait des buts récemment a complètement coincé face à une équipe de Nîmes courageuse, bien organisée et qui s’est imposée sur la fin grâce à un penalty de Ripart. Et puis, sur un but invraisemblable de Kalimuendo, qui est allé contrer le dégagement de Racioppi, Lens a remporté la victoire sur le terrain d’une équipe dijonnaise qui n’a toujours pas gagné un match et va tout droit vers la Ligue 2. Là, on est au-delà du problématique, on est carrément dans l’angoissant. 

Il y en a d’autres pour qui l’angoisse frappe à la porte, ce sont les Strasbourgeois qui ont encore encaissé quatre buts en jouant à cinq derrière, ce qui est une vraie performance en soi. Alors certes, cette équipe de Montpellier possède des arguments offensifs que peu d’équipes de Ligue 1 ont. Le duo Delort-Laborde est magnifique. Et puis, Mollet et Savanier complètent à merveille ce quatuor offensif aussi complémentaire qu’efficace. En face, le Racing n’a que peu existé dans ce match malgré le score. 

Lopes, trop dangereux

Les Alsaciens qui avaient tant pesté - à juste titre - sur le penalty refusé face à Marseille ont cette fois bénéficié de deux pénos cadeaux, le premier sur une main plus que sévère et le second sur une action où je ne vois même pas de contact. Seuls ces deux penalties tombés du ciel donnent à la défaite strasbourgeoise une allure moins catastrophique. Mais c’est le 9e revers en 11 matchs pour les joueurs de Laurey. Les autres résultats font que l’équipe n’est pas encore décrochée mais, à un moment donné, il va quand même falloir se pencher sur ce problème et peut-être, provoquer un électrochoc. Et quand on dit ça, on sait par quoi cela passe…

Et puis Lyon a réalisé un joli petit hold-up à Angers face à une équipe du SCO offensive comme je l’aime et qui a eu beaucoup d’occasions mais s’est heurtée à un bon Lopes. Les hommes de Moulin auraient largement mérité de gagner ce match. Seulement, cet OL au jeu globalement informe s’est imposé sur un petit centre lobé de Dubois bien converti par l’excellent et surprenant Kadewere. La seule chose qui m’agace dans ce match, c’est le coup de genou de Lopes sur Thomas. Quand j’ai tweeté sur l’action, tout le monde m’a dit : « Ouais, tu connais rien au foot, les gardiens sortent toujours avec le genou en avant ». 

Euh… Ouais, OK. Quand tu as un adversaire face à toi. Là, Thomas est dos au but, ne fait pas action de jeu et ne saute même pas. Et il se prend le genou de Lopes dans la colonne vertébrale. Je suis désolé mais cela valait évidemment penalty - au minimum - ce qui aurait changé la physionomie du match. Mais comme je le dis, ce n’est pas la première fois que Lopes réalise ce genre de geste. Mais comme les arbitres ne lui disent jamais rien, il continue. Il faudra un jour un grave accident pour qu’on remette en cause les sorties de ce gardien au demeurant excellent mais trop dangereux. 

Enfin en soirée, une équipe de Lille pourtant diminuée a atomisé sans même forcer son talent une formation de Lorient d’une faiblesse insigne et au comportement très inquiétant. Je ne vois pas comment les Merlus pourraient se maintenir avec un jeu aussi pauvre, notamment dans la transmission. À l’inverse de Lillois qui ont été impressionnants dans ce secteur de jeu, avec un jeu au sol d’une grand qualité et un bel esprit collectif en attaque, où tout le monde essaie de faire briller l’autre. Bamba pour Yazici sur le premier but, David pour Yazici sur le second, Yazici pour Araujo sur le troisième et Lihadji pour David sur le quatrième. Le Canadien qui a enfin marqué son premier but sous les couleurs nordistes mais qui, de toute façon, était intéressant dans le jeu depuis un petit moment. Lille revient à deux points du PSG et a très bien préparé le match de jeudi face au Milan AC. Cette équipe est vraiment séduisante à voir jouer, même s’il ne faut pas non plus s’enflammer après cette victoire vu l’immense faiblesse de l’adversaire. 

Pierrot