Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Lyon a tenu le choc

Posté par Pierre Ménès le 7 août 2020

On ne va pas bouder notre plaisir d’avoir un second club français en quart de finale de Ligue des Champions et d’avoir un club français qui pour la première fois a éliminé la Juve. Voilà, c’est vraiment à mettre au rayon des belles performances et des grands plaisirs. Après avoir plus que bien résisté au PSG en finale de la Coupe de la Ligue, Lyon a encore été à la hauteur de l’événement, notamment sur le plan défensif. Ceci étant dit, on ne va pas se mentir : c’était un match très pauvre à ce niveau de la compétition. 

Alors c’était le deuxième match officiel de l’OL cette saison et le 15e de la Juve. Mais j’avoue que physiquement je n’ai pas vu beaucoup de différence entre les deux équipes, même si en seconde période, Lyon n’a quasiment pas vu la balle. Seulement le jeu de la Juve était trop pauvre et trop dépourvu d’imagination pour pouvoir déstabiliser une défense rhodanienne qui avait pourtant encaissé pas mal de buts lors de ses matchs amicaux mais qui s’est bien reprise lors des matchs officiels. 

Alors évidemment, le penalty offert aux Lyonnais en début de match pour une faute imaginaire sur Aouar et transformé d’une magnifique Panenka par Depay a mis Lyon sur les bons rails. Parce qu’à partir de là, il fallait que les Turinois marquent trois fois. Toujours aussi inspiré, l’arbitre a offert en retour un penalty absolument scandaleux à la Juve peu avant la mi-temps, pour une soi-disant main de Depay alors que son bras n’était même pas collé au corps mais sur le corps ! Les deux pénos ont été contrôlés par la VAR, ce qui laisse au mieux dubitatif et au pire scandalisé. Si la VAR sert juste à dire à l’arbitre : « Oui, oui, tu as sifflé une connerie mais tu as raison », je ne vois pas bien le progrès. 

A la mi-temps, Lyon était en ballottage favorable, mais la seconde mi-temps a été bien plus pénible et le but exceptionnel du pied gauche de Ronaldo a changé la fin de match. Le problème pour les Turinois, c’est qu’à part le Portugais, il n’y avait rien. Cuadrado et Sandro avaient la tête dans le guidon sur les côtés, Rabiot a été globalement inutile et n’a jamais changé de tempo et Dybala qui était incertain a confirmé pourquoi en sortant moins d’un quart d’heure après son entrée en jeu. En face, le milieu a tenu la route, avec notamment un très bon Aouar et un Caqueret qui a montré qu’il avait le niveau. Et la défense articulée autour d'un bon Marcelo a tenu le choc.

C’est une belle performance pour les Lyonnais, qui ne retiendront que le résultat et qui auront raison. Maintenant, c’était un match très loin d’être inoubliable de leur part. Il faudra faire beaucoup mieux en quart face à Manchester City, qui a donc battu deux fois le Real, ce qui montre qu’en cette période de reprise les tendances sont assez fragiles puisque le Real avait fini la Liga en trombe alors que City avait achevé son championnat cahin-caha. Il faudra voir la semaine prochaine mais Lyon qui avait bien enquiquiné l’équipe de Guardiola l’an passé en phase de groupe aura sa carte à jouer.

Pierrot