Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Lyon et Marseille dos à dos

Posté par Pierre Ménès le 4 octobre 2020

Ce dimanche a commencé avec la victoire de Nîmes à la Mosson dans le derby du Languedoc. Un match assez fermé pendant lequel les Montpelliérains, si brillants offensivement à domicile depuis le début de saison, ont péché dans la finition et ont eu très peu d’occases. Ripart a marqué le but de la victoire en fin de match pour un succès qui récompense le courage et l’abnégation des Crocos. Pour le MHSC en revanche, c’est un vrai coup d’arrêt

Dans les matchs de 15 heures, Lille l’a très nettement emporté à Strabourg. Non pas que le Racing ait fait un mauvais match, je serais même tenté de dire que c’est leur meilleur depuis le début de la saison. Mais le LOSC était trop fort. Les Nordistes ont ouvert le score sur une frappe de 25 mètres en pleine lunette signée Çelik. Après le repos, Renato Sanches et Yilmaz ont donné une ampleur peut-être un peu exagérée au succès des hommes de Galtier. La saison s’annonce longue et pénible pour les Alsaciens alors que les Lillois peuvent vraiment fonder de vrais espoirs. 

Qu’il entraîne Dijon ou Brest, Dall’Oglio propose toujours du foot et une vraie recherche de jeu. C’est extrêmement agréable à voir cela permis à Brest de battre Monaco dans ce match où le Stade a ouvert la marque par Faivre d’une reprise du plat du pied droit - alors qu’il est gaucher. En seconde période, l’ASM a nettement dominé mais j’ai trouvé les Monégasques très décevants sur le plan individuel. Pas beaucoup d’intensité, pas beaucoup d’envie… Et puis tactiquement Dall’Oglio a parfaitement neutralisé Fabregas. C’est une belle victoire qui récompense un début de saison très prometteur des Bretons.

Niane, la révélation

Et puis comme tout le monde, Bordeaux a profité d’affronter Dijon pour se relancer dans ce championnat. Bordeaux qui n’avait pas inscrit le moindre but en trois matchs à domicile en a inscrit trois en un seul match face à une équipe d’une faiblesse insigne et qui semble courir tout droit vers la Ligue 2. En même temps, on avait déjà dit ça l’année dernière, donc cette fois on va se méfier. Mais enfin, les prestations bourguignonnes sont quand même d’une insuffisance inouïe. Et quel meilleur symbole que le premier but sur coup-franc signé Oudin, qui marque côté ouvert ? Rien ne va pour Dijon et tout va mieux pour Bordeaux qui compte désormais neuf points.

Metz a battu une équipe de Lorient très inquiétante sur le plan défensif, à l’image du jeune Fontaine qui a été dépassé par les événements du début à la fin. En face, la grande révélation de ce début de saison est évidemment Ibrahima Niane, auteur d’un triplé et qui émarge donc à 6 buts en 6 matchs. C’est un joueur qui a de l’enthousiasme, qui est perforant et performant et qui signe un début de saison particulièrement intéressant. 

Et puis à 17 heures, Rennes a abandonné ses deux premiers points à domicile face à Reims. Sans d’ailleurs que les Bretons aient fait un moins bon match que contre Monaco. Mais cette fois la réussite n’était pas avec eux. Reims a marqué deux jolis buts, le premier par Abdelhamid qui a profité d’une erreur de marquage pour scorer de la tête, le second par Dia sur lequel la défense rennaise est coupable. Les Bretons avaient égalisé par Raphinha - qu’on annonce sur le départ à ma grande incompréhension - et pris l’avantage par Da Silva de la tête au deuxième poteau, comme d’habitude. Le match était agréable, clair, d’un niveau technique très satisfaisant. Cela peut arriver de se faire accrocher par une équipe et cela ne remet pas du tout en cause l’excellent début de saison des Bretons.

« Pas dans la cuisse d’Alvaro »

Enfin en soirée, pour ne rien vous cacher je n’attendais pas grand chose de cet Olympico vu le niveau de jeu affiché par les deux équipes depuis plusieurs matchs. Mais si cela n’a jamais atteint des sommets techniques, sur le plan du rythme et de l’engagement c’était plutôt pas mal. Ce match a confirmé ce qu’on savait déjà, à savoir que l’OL est d’une inefficacité confondante et que l’OM est doué pour défendre mais pas pour faire le jeu. Et comme de jeu il n’y a quasiment pas eu, on va parler d’arbitrage parce qu’il y a de quoi faire. Un « arbitrage VAR », un peu comme lors de Nice-Nantes samedi.

Deux minutes après avoir le score, Payet s’est rendu coupable d’une semelle sur le tibia de Dubois. Le règlement, c’est rouge. Il n’y a pas grand chose à dire, on ne va pas reprocher aux arbitres d’appliquer le règlement. Il y a ensuite eu ce penalty pour une faute d’Alvaro sur Bard. Sur le premier ralenti, on peut se dire que c’est une simulation, mais sur le second on voit bien que le défenseur espagnol marche sur le pied du latéral lyonnais. Rien à dire non plus. Et toujours rien à dire sur le but refusé à Kadewere pour un hors-jeu de Toko-Ekambi. La seule chose que je trouverais à redire sur l’arbitrage de Stéphanie Frappart, c’est que j’aurais personnellement donné péno pour la sortie de Lopes sur Alvaro. 

Parce que le gardien lyonnais est bien gentil, mais à chaque fois qu’il sort au devant d’un adversaire, il le camionne. En l’espèce, à ceux qui me disent « mais tu veux qu’il les mette où, ses jambes ? », je réponds « pas dans la cuisse d’Alvaro ». Pour moi, il a le ballon et ensuite il laisse traîner ses jambes pour faire mal volontairement. C’était penalty. Il faudra un jour se pencher sur les sorties kamikaze de ce gardien au demeurant très talentueux. 

Après le repos, en infériorité numérique les Marseillais ont pas mal souffert même s’ils ont failli marquer un but gag que Guimaraes a sauvé sur sa ligne. Lyon a dominé, a eu plus d’occases, Mendes a touché le poteau… Mais c’était trop brouillon et le nul est au final, assez logique. Ce résultat n’arrange aucune des deux équipes et surtout pas l’OL qui n’a plus gagné depuis la première journée. De leur côté, les Phocéens pourront se dire qu’après avoir gagné au Parc, faire nul au Groupama Stadium est une bonne opération. Mais cela confirme que l’OM ne peut faire des résultats qu’en défendant. J’attends que cette équipe me montre qu’elle est capable de prendre le jeu à son compte. Pour le coup, j’ai vraiment des doutes… 

Pierrot