Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Lyon et Marseille freinés

Posté par Pierre Ménès le 16 décembre 2020

Il faudra qu’on m’explique comment on a pu programmer trois journées en une semaine juste avant Noël alors que la Ligue 1 a repris trois semaines après les autres championnats. Les génies qui concoctent le calendrier ne sont rien d’autre que des incapables… On a donc eu le classique match de semaine où tout le monde fait tourner et où il est très difficile de voir des choses cohérentes. Dans les matchs de 19 heures, Metz hyper solide défensivement autour d’une éblouissante charnière Kouyaté-Boye s’est imposé 2-0 à Montpellier. Comme d’habitude, au moment où ils ont un match charnière pour aller au-dessus, les Héraultais se sont loupés. Cela n’enlève rien à la belle prestation des Lorrains qui, après un petit coup de mou, ont été rassurants et intéressants. 

À Reims, les Nantais se sont suicidés en encaissant trois buts en six minutes. Quand tu joues ta peau en Ligue 1, ce n’est pas possible. Ce succès va faire beaucoup de bien aux Rémois et accable un FCNA où l’ambiance en dehors du terrain est catastrophique. Dans les équipes en grand danger, il faut maintenant ajouter les Canaris. J’ai peur pour Nîmes que ce soit déjà terminé. Même quand les Gardois jouent contre une équipe convalescente comme Nice et en supériorité numérique pendant plus d’une demi-heure après l’expulsion de Schneiderlin, ils n’arrivent pas à marquer et finissent toujours par en encaisser un. On attendra confirmation de la performance niçoise, ce week-end face à Lyon par exemple. 

Et puis Strasbourg qui était moribond il y a quelques semaines, refait surface avec ce succès à Angers. Pour la deuxième fois de suite, le SCO n’a pas trouvé le chemin des filets et s’est montré très inconsistant offensivement. Il faut féliciter le Racing d’avoir fait l’investissement coûteux de Diallo puisque l’ancien Messin en est déjà à 5 buts et 2 passes décisives en 8 matchs. Enfin, Lille l’a emporté facilement et sans histoire à Dijon, avec un joli but de Yazici et une seconde réalisation signée Weah, qui l’a grandement fêtée. Le LOSC voulait garder la tête du championnat et bien préparer la venue du PSG, c’est chose faite. 

À 21 heures, on a assisté à la débâcle monégasque face à Lens. Ce qu’il y a de formidable avec les Sang et Or, c’est qu’ils ont bien compris le principe du huis-clos : à domicile ou à l’extérieur, c’est pareil. Donc ils jouent de la même façon, avec le même enthousiasme, la même implication et la même volonté de jouer les coups offensifs à fond. Les joueurs de Haise ont profité de l’immense faiblesse d’une équipe monégasque qui a encore perdu un arrière central sur expulsion - Disasi. L’autre chose très alarmante du côté du Rocher, c’est la forme désastreuse de Ben Yedder. On pouvait croire que l’ASM aurait les moyens de se mêler à la lutte pour le titre mais les joueurs de Kovac sont en train de décrocher. 

Lyon et Marseille lésés par l’arbitrage

Saint-Etienne a mis fin à sa série de 11 matchs sans victoire en s’imposant à Bordeaux dans un match assez agréable, avec deux buts merveilleux. La frappe de Nordin et la volée de Neyou sont magnifiques. Cela faisait quelque temps qu’on voyait des progrès chez les Verts, les voilà récompensés. De son côté, le PSG s’est imposé poussivement face à Lorient, avec un penalty de Mbappé et un but de Kean. En terme de football, c’est à peu près tout ce qu’il y a à raconter. Paris a eu 85% de possession en première mi-temps mais c’est Lorient qui a eu les plus belles occases. Je ne comprends pas comment Tuchel peut reconduire, au Parc face à Lorient, une organisation mise en place pour le match à Manchester. Comment tu peux jouer avec cinq défenseurs et deux milieux défensifs plus Rafinha ? Comment veux-tu que les joueurs aient des automatismes puisque ce ne sont jamais les mêmes… Le seul titulaire aligné, c’était Mbappé. On pourra dire que les autres se sont reposés pour Lille, mais bon…

Et puis c’est dommage que les matchs qui concernaient Lyon et Marseille aient été faussés par l’arbitrage. Monsieur Brisard, le brillant responsable de l’arbitrage du Classico, a récidivé à Lyon. Toujours épatant, Brest a ouvert le score sur un CSC de Lopes qui a rabattu du dos un tir sur le poteau de Philippoteaux. Mais la pression lyonnaise est devenue énorme au fil du match. Larsonneur a multiplié les exploits mais a fini par céder sur un penalty de Depay que le Néerlandais s’était lui-même procuré puis sur un but de Cornet au deuxième poteau. Et puis est arrivé ce penalty, sifflé pour une charge de Lopes sur Mounié. Tout le monde sait ce que je pense des sorties de Lopes mais là, pour le coup, accorder un péno sur cette action… 

Très franchement, avec la VAR je suis incapable de savoir qui percute qui et j’ai même l’impression que ce sont tout simplement les deux joueurs qui se télescopent. Là encore, le gardien portugais nous a gratifiés d’une petite série de roulades digne de celle du Parc. Ce qui ne l’a pas empêché de stopper le penalty tiré par Chardonnet. Sauf que monsieur Brisard a estimé que Lopes avait bougé de sa ligne. Quand tu vois le ralenti, oui il avance de vingt centimètres mais je trouve cette règle complètement conne. Les attaquants ont le droit de feinter ou de quasiment marquer un temps d’arrêt dans leur course mais les gardiens sont obligés de rester plantés sur leur ligne. Je trouve ça absurde… Toujours est-il que cela fait deux points perdus pour l’OL.

Et cela monte jusqu’à trois pour l’OM, battu à Rennes. Et pourtant, la première période olympienne a été magnifique, avec de belles occases et l’ouverture du score de Gueye d’une frappe sèche sur un centre de Payet. Malheureusement, mon gars Turpin est alors entré en scène en expulsant le même Gueye pour un coup de coude totalement involontaire sur Niang. Le premier carton jaune était mérité mais là, il n’y a même pas de geste du coude… Après ça, cela a été plus dur physiquement pour les Phocéens et je ne suis pas certain que Villas-Boas ait fait le bon choix en misant tout sur la défense car son équipe s’est auto-acculée sur son but. Traoré a alors égalisé d’un coup de tête avant que Hunou ne donne le but de la victoire à des Rennais qui semblent se remettre petit à petit de leur très mauvaise passe. Pour l’OM, c’est un coup d’arrêt assez immérité au vu de leur prestation tant qu’ils étaient à onze. 

Pierrot