Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Lyon rechute, Marseille cale

Posté par Pierre Ménès le 2 Février 2020

Ce dimanche a commencé par la défaire de Lyon à Nice. Un match qui a basculé sur des décisions arbitrales étranges qui ont pas mal pollué le premier acte. Je trouve personnellement le carton rouge de Marçal très sévère, pour une faute assez anodine avec cette main posée sur l’épaule de Boudaoui. En revanche, quand Marcelo se permet de « relever » Claude-Maurice en le chopant par son maillot comme si c’était un paquet de linge sale, je suis désolé mais ça, c’est rouge. Comme celui reçu par Ounas, mérité. Les Niçois ont ouvert le score grâce à Dolberg qui a bien suivi un tir dévié de Lees-Melou mal repoussé par Tatarusanu, qui a en plus perdu un crampon sur l’action. Toko-Ekambi a égalisé de près sur une remarquable action côté gauche d’Aouar. 

Après le repos, les Lyonnais ont disparu de la circulation en se montrant inoffensifs devant, peu présents au milieu de terrain et souvent en difficulté derrière. Et c’est sur un centre tendu de Boudaoui que Dolberg a réussi le doublé. Deux remarques après ce match. Un, c’est évidemment un coup d’arrêt pour l’OL, qui peut pourtant difficilement se permettre de laisser des points en route dans son opération remontée vers le podium. Et deux, j’entends moins les anti-Vieira qui polluent mon compte Twitter depuis des semaines. Je persiste à dire que la grande saucisse fait du bon travail avec un effectif jeune, limité et souvent perturbé par les blessures. Il a encore dû bricoler hier avec Hérelle latéral droit et Thuram au milieu à la place de Cyprien. Le classement est bon même si le spectacle n’est pas étourdissant. Je voudrais qu’on me dise où le spectacle est étourdissant en L1 cette saison… 

Il ne l’a pas été du côté des Stéphanois, auteurs d’un match assez minable à Metz. J’ai du mal à lire la ligne directrice de Puel. Il ne fait jouer que des jeunes quand les anciens sont blessés, et remet tous les anciens quand ils reviennent alors que certains jeunes ont performé en leur absence. Pour le coup, on a vu une équipe de Sainté informe et inattentive sur le plan défensif, comme sur le premier but de Nguette où Trauco est à la rue et sur le second où Ruffier est loin d’être inoubliable. Pajot, ancien de la maison verte, a ensuite donné le ballon du doublé à Nguette pour une victoire messine nette et sans bavure. Alors je veux bien qu’on attende l’année prochaine pour voir le projet de Puel se mettre en place. Mais il faudrait quand même faire attention parce que là, le club est 15e au classement et glisse lentement mais sûrement. 

Et puis on va finir ce post en faisant court sur cette bouillie de football vue au Matmut Atlantique, un 0-0 effarant de faiblesse technique entre Bordeaux et Marseille. À un moment en seconde période, on avait l’impression d’assister à un match de quartier, avec des chandelles et deux équipes qui ne parvenaient pas à faire trois passes de suite. Minable. Mais bon, j’ai du mal voir puisqu’à entendre les acteurs à la fin, tout le monde avait l’air content, tout le monde a trouvé que c’était un bon match. S’ils veulent continuer à nous prendre pour des truffes, c’est leur problème…

Il y a bien eu ce but de Pablo, justement refusé si l’on s’en tient au règlement. Le règlement a changé, ça ne m’empêche pas de le trouver complètement stupide. A part ça ? Deux tentatives de Radonjic repoussées par Costil, la frappe de Basic sur la barre et les deux parades de Mandanda devant Oudin et sur la tête de Pablo. C’est trop peu pour une équipe qui est 2e de Ligue 1 et en course pour la Ligue des Champions. Marseille n’a marqué qu’un but en 2020 et reste sur deux 0-0. Derrière, Rennes revient fort et Lille n’a pas encore abdiqué. Les Marseillais vont devoir faire attention et vite reprendre leur marche en avant.

Pierrot