Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Marseille déjà deuxième

Posté par Pierre Ménès le 16 Février 2020

Depuis 14 ans maintenant que je tiens ce blog, je vous ai habitués à titrer au moins une fois par an « Machin déjà champion ». Comme on sait qui terminera champion depuis la première journée, j’ai décidé d’opter pour une variante après cette immense performance de l’Olympique de Marseille à Lille. Parce que désormais, on peut dire sans se tromper que l’OM finira deuxième de ce championnat. Ce match a connu un déroulement assez étrange, avec un scénario qu’on ne peut voir que dans le football. 

La première mi-temps a été dominée par le LOSC face à des Olympiens bien en place défensivement mais totalement inexistants sur le plan offensif. Les Lillois ont concrétisé assez tôt en seconde période sur un très joli but d’Osimhen bien servi par Bamba et ont cru avoir fait le break quand Rémy a marqué un second but, justement refusé pour un hors-jeu d’Osimhen au départ. Villas-Boas a alors effectué un changement tactique et ce qui est remarquable, c’est que le technicien portugais a déclaré dans le CFC que ce changement était prévu en cas de but lillois, c’est-à-dire que ce mec voit tout et sait tout avant tout le monde. C’est très impressionnant. 

À partir de là, Marseille a pris le dessus, avec d’abord un penalty de Rongier pour une faute inutile de Djalo sur Sarr bien détourné par Maignan, un but contre son camp de Reinildo sur une tête coupée au premier poteau par Germain, le même Germain offrant un centre parfait à Benedetto pour le second. Voilà, l’OM vient de frapper un grand coup. Son entraîneur fait un véritable sans-faute depuis le début de la saison et il ne faut pas oublier que l’OM a gagné ce match sur le terrain d’un concurrent direct sans Payet, chose qu’il n’avait réussie qu’une seule fois en cinq matchs disputés sans son maître à jouer. C’est une performance assez exceptionnelle qui va donner à l’OM la possibilité de gérer sa fin de saison, avec trois jokers et demi dans la poche. D’autant que les prochains matchs ne sont pas insurmontables. Vraiment, un grand coup de chapeau à l’OM ce soir.

Garcia, Puel : constat d’échec

On n’en dira pas autant des équipes à la lutte pour les places européennes, à commencer par Lille qui a donc perdu à domicile, mais aussi Rennes, battu au terme d’un non-match à Reims, entre une équipe qui ne sait pas attaquer et une équipe qui ne veut pas attaquer. Les Champenois l’ont emporté sur un penalty pour une faute assez incroyable de Da Silva sur Touré mais bon, il faut savoir que le défenseur central fait partie des joueurs marqués par les récents événements qui ont eu lieu à Rennes. Alors je n’irai pas jusqu’à dire que le karma est en train de rattraper le Stade Rennais, mais depuis le renvoi de Létang, les Bretons ont pris un point en deux matchs et ne doivent qu’à la défaite lilloise d’être encore troisièmes. La dynamique semble un peu enrayée. On voit que, lorsque Camavinga n’est pas là, le milieu de terrain manque de liant et de qualité technique mais le problème, c’est que le gamin a déjà tellement joué cette saison qu’il a aussi besoin de souffler. Je ne vous cache pas que je suis un peu inquiet pour le Stade Rennais. 

Je le suis aussi pour Lyon, qui affiche des stats dégueulasses depuis l’arrivée de Garcia, avec le plus faible nombre de points à ce stade de la compétition depuis l’époque Santini - c’est vous dire si ça date. Les Rhodaniens ont encore produit un match informe, sans envie, sans motivation, sans liant technique, avec un milieu qui défend mal et relance tout aussi mal et un Aouar qui, comme trop souvent malheureusement, choisit ses matchs. L’OL avait pourtant ouvert le score grâce premier but de Traoré depuis un an, mais les Strasbourgeois ont répondu avec un but assez invraisemblable de Zohi, sur lequel Waris fait 40 mètres balle au pied sans être attaqué ni pressé par qui que ce soit, la VAR accordant justement ce but d’abord refusé pour hors-jeu. Après le repos, les Lyonnais ont été insignifiants et peuvent s’estimer chanceux que Lala puis Liénard n’aient trouvé que le poteau. Vu le classement et l’actuelle 11e place des Lyonnais, je pense qu’on peut dire que l’arrivée de Rudi Garcia est un échec. Evidemment, il reste 13 matchs, mais si Lyon finit en Europa League, ce sera déjà une forme d’exploit. 

Et puis le calvaire se poursuit pour les Verts, menés 3-0 à Brest à la mi-temps sur des buts de Lasne, Charbonnier et Cardona, inscrits face à une défense apathique et un Ruffier qui a l’air d’être au bout de sa vie. Puel se raccrochera peut-être aux branches en disant que son équipe a bien réagi en seconde période, même si le penalty qui lui a été accordé est un scandale. Je rappelle à toutes fins utiles que Sainté a un budget de 100 M€ cette année et se retrouve à deux points de la place de barragiste. Encore une fois, je veux bien que l’ancien coach de Lille, Lyon et Nice prépare la saison prochaine, mais il serait temps de s’inquiéter du fait que ce grand changement ait bien lieu en Ligue 1. Ce n’est pas trahir un secret que de dire qu’il y a une rupture entre les anciens du club et Puel. Ce dernier donne leur chance aux jeunes, pourquoi pas. Le (gros) souci, c’est que sur ses onze derniers matchs, Saint-Etienne en a perdu neuf. Dans ces conditions, la situation me paraît gentiment intenable. 

Pierrot