Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Marseille et Paris foncent

Posté par Pierre Ménès le 6 décembre 2020

Cette 13e journée à débuté vendredi soir par la tranquille victoire de l’OM à Nîmes. Handicapés par les absences, les Gardois n’avaient aucun moyen de gêner l’équipe olympienne, qui a inéluctablement fini par ouvrir le score sur un joli ballon d’Alvaro dans la profondeur et un bel enchaînement contrôle poitrine-ballon piqué de Benedetto. Les joueurs de Villas-Boas ont ensuite doublé la mise par Germain bien servi par Sanson. C’est la 5e victoire consécutive de l’OM mais l’adversité était tellement faible qu’il est difficile d’en tirer des enseignements pour l’avenir. Sachant tout de même que les points s’empilent et que Marseille est plus que jamais dans la course… 

Samedi après-midi, Lens est allé plonger Rennes dans une crise peut-être plus profonde qu’elle en a l’air, avec une seule victoire glanée lors des 13 derniers matchs. Alors OK, dans le lot il y a des rencontres de Ligue des Champions, mais quand même. C’est évidemment très insuffisant par rapport aux nouveaux objectifs du club. Alors il y a des explications à cela. D’abord, l’équipe s’est appauvrie avec le départ de Mendy remplacé par Gomis et de Raphinha remplacé par un gamin de 18 ans qui a sans doute un gros potentiel mais qui ne lui arrive pas à la cheville et a coûté 26 M€. Et puis, il y a des choix incompréhensibles, comme laisser Niang sur le banc pour faire jouer Hunou… 

Le club navigue à vue et comme je l’ai dit au CFC, on a un entraîneur qui a eu la peau de son président avec l’aval de l’actionnaire et qui a désormais les pleins pouvoirs. Ce qui fait qu’il se retrouve logiquement seul face à son bilan. Ce n’est certainement pas Holveck qui va l’aider, ni Maurice qui doit se dépêtrer avec son recrutement, qui avait l’air alléchant en début de saison mais qui s’avère globalement décevant. Et puis, on a vu une différence athlétique assez saisissante entre les deux équipes. Bien sûr, les Lensois qui ont eu un match remis à cause de la COVID étaient certainement plus frais, mais la différence d’impact était hallucinante.

Le premier but a été marqué par Kalimuendo d’une jolie frappe croisée du gauche, son troisième en Ligue 1 et le second par Ganago, qui a trompé Salin après un bon enchaînement. Les Sang et Or continuent d’épater et poursuivent leur excellent début de saison, avec cette fraîcheur et cette mentalité où chacun joue sa partition pour le collectif, sans en rajouter. L’équipe de Franck Haise est très séduisante et devrait se maintenir sans aucun souci. 

Mbappé, critiques et rendement

Enfin samedi soir, en voyant la composition de l’équipe du PSG alignée par Tuchel pour affronter Montpellier à la Mosson, on pouvait se dire que Paris faisait tout simplement l’impasse sur le match afin de préparer le rendez-vous le plus important de la fin d’année pour le club, à savoir la réception de Basaksehir mardi au Parc. Mais finalement, le champion en titre l’a emporté 3-1 face à une équipe montpelliéraine qui ne s’est pas créé une occasion en seconde période et qui m’a beaucoup déçu. OK, Delort n’était pas là mais si on fait la balance entre les absents Héraultais et les absents franciliens, il n’y a pas photo. Paris s’est quand même présenté avec une défense à trois Pembélé-Diallo-Kurzawa. 

En fait, j’ai l’impression que les hommes de Der Zakarian ont joué le maillot du PSG plus que ceux qui étaient dedans. Même l’égalisation de Mavididi grâce à la goal-line technology est arrivée à un moment où les Parisiens dominaient tellement plus que prévu qu’ils se sont fait contrer. Après le repos, Paris a mis la main sur le ballon avec un excellent Rafinha dont la finesse technique et la hargne ont fait merveille, à l’image de son interception et de son ballon donné à Kean, dont la frappe monstrueuse n’a laissé aucune chance à Omlin. 

Le troisième but signé Mbappé serait totalement anecdotique si ce n’était pas le 100e sous le maillot parisien. Avec 49 passes décisives en plus, le tout en 137 matchs. Un bilan monstrueux pour un joueur d’à peine 22 ans qui ne subit pourtant que des critiques sur son rendement et son comportement. Même les critiques que j’ai entendues sur le fait qu’il n’avait pas marqué à Manchester me paraissent particulièrement déplacées vu qu’il est partie prenante sur le premier et le troisième but. Encore une fois, il faudra qu’il joue à l’étranger pour que tout le monde le trouve formidable… 

Pierrot