Marseille patine, Monaco rechute

Posté par Pierre Ménès le 25 Janvier 2020

Cette 21e journée de Ligue 1 a commencé vendredi soir par un très bon match, certainement le meilleur que j’ai eu l’occasion de commenter cette saison. Nice et Rennes ont joué le jeu, elles ont attaqué et ont chacune eu leurs phases dans un match sanctionné par deux poteaux et deux buts assez chanceux puisque sur celui de Dolberg, Nyamsi se claque en pleine course et sur celui de Tait, le contre de Danilo offre le ballon plein axe à l’attaquant rennais. 

Match très décevant samedi après-midi entre Marseille et Angers. Alors côté olympien, on se doutait bien que l’absence de Payet serait préjudiciable au niveau de la créativité, de la qualité technique et de la dernière passe. Mais ça n’explique pas tout. Cela n’explique pas pourquoi le milieu phocéen d’habitude si efficace a failli à ce point. Rongier, Sanson et surtout Lopez ont totalement raté leur match. Un seul tir cadré, pas d’occasions… Vraiment un triste match. Et des deux côtés. 

Parce que franchement, vu le niveau de jeu de l’OM hier, je suis convaincu qu’avec un peu d’ambition le SCO aurait pu l’emporter. Mais l’ambition, ce n’est pas à proprement parler le point fort du jeu prôné par Moulin. En fait, dès qu’Angers joue une équipe supposée plus forte, ça bétonne à tout-va. Cette fois, c’était un 4-1-4-1. Alors qu’avec Alioui, Fulgini, Thioub ou Mangani, il y a quand même moyen de proposer autre chose sur le plan offensif. Le SCO est « confort » au classement et pourrait se permettre de jouer avec plus d’ambition et de prise de risque. 

Et puis on a eu droit à un drôle de samedi soir, avec des défaites rageantes pour la plupart des mal classés. Seul Metz l’a emporté, à Delaune face à une équipe de Reims qui ne prend pas beaucoup de buts mais qui n’en marque quasiment jamais non plus. Quand tu ne proposes jamais de jeu, tu dois accepter que, de temps en temps, tu te fasses trouer une fois dans un match et que tu ne parviennes pas à revenir. Parce que tu n’as pas l’habitude ni les joueurs pour le faire. Les Champenois avaient des blessés en attaque mais cela n’excuse pas tout non plus. C’est bien de défendre, c’est bien aussi d’essayer de produire un peu de jeu, surtout à la maison. Et ce sera plus facile quand la pelouse méritera d’être appelée comme telle.

Sainté ne rassure pas, Monaco rechute

Amiens n’a pas eu de chance à Brest, avec une grosse première mi-temps pendant laquelle les Picards se sont heurtés à un Larsonneur en fusion. Mendy a ouvert le score pour les Bretons contre le cours du jeu, avant que Guirassy n’égalise sur penalty. Et sur une énorme erreur de Diabaté, Cardona a donné la victoire aux hommes de Dall’Oglio. Une victoire un peu heureuse pour les Bretons, et la poursuite d’une série catastrophique pour Amiens qui n’a plus gagné en Ligue 1 depuis début novembre. Dijon n’a pas été mauvais à Montpellier. Mais le MHSC a pu s’appuyer sur un grand Mollet, auteur d’un coup-franc victorieux et d’un corner déposé sur la tête de Delort juste après l’expulsion de Chouiar qui a laissé les Bourguignons à dix pendant la dernière demi-heure. Le résultat est au final assez logique pour des Héraultais qui réalisent une saison très cohérente jusqu’ici.

Saint-Etienne semblait parti pour une promenade de santé face à Nîmes après le doublé de Khazri, mais les Gardois ont d’abord réduit l’écart juste avant la pause par Ferhat et auraient pu égaliser si le but de Landre n’avait pas été refusé d’extrême justesse par le VAR. Pas certain que ce match rassure Puel, qui donne l’impression de gérer la saison en cours comme il peut avant de poser son empreinte sur le mercato estival. Pour les Crocos, cela devient évidemment très problématique…

Enfin, la grosse surprise a eu lieu à Monaco où Strasbourg, la nouvelle bête noire de l’ASM - trois victoires et un nul lors des quatre dernières oppositions -, s’est imposé 3-1, avec trois jolis buts signés Ajorque, Thomasson et Mitrovic. L’effet Moreno  semble déjà terminé. Maintenant, c’est quand même le troisième entraîneur qui a des soucis avec cet effectif. Il va peut-être falloir se pencher un jour sur les joueurs. Ceux qui ne sont pas sérieux dans leur vie quotidienne, ceux qui ne font preuve d’aucune motivation… Le problème de la défense est toujours le même (10 buts encaissés lors des 3 derniers matchs) et vient désormais s’ajouter celui de l’attaque. Slimani est blessé et veut partir, Augustin va s’en aller, Baldé est blessé. Cela fait beaucoup. Côté strasbourgeois, après la grosse désillusion dans le derby à Metz et en Coupe de la Ligue à Reims, ces trois points font du bien et propulsent le Racing à la 7e place… avec deux points d’avance sur le 14e ! Toujours est-il que le classement sera agréable à lire demain avant le décrassage. 

Pierrot