Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Marseille piétine, Lyon culmine

Posté par Pierre Ménès le 19 décembre 2020

Trois rencontres en cette fin d’année en boulet de canon. Dans le match d’ouverture à 17 heures, Metz a battu une équipe de Lens émoussée. Même si les Sang et Or ont plutôt dominé et tenu le ballon, ils manquaient trop de fraîcheur et de précision. Le premier but lorrain a été inscrit par Nguette sur un ballon contré - Leca était dessus sinon - et le second par l’excellent Boulaya d’une jolie frappe croisée en fin de match. On parle beaucoup de Lens, parce que c’est un promu et parce que c’est Lens. Mais on s’aperçoit qu’au classement, il n’y a qu’un point d’écart entre les deux équipes et Metz réalise aussi un parcours intéressant, surtout connaissant les gros pépins qui ont touché le club dans le secteur offensif entre la blessure de Niane et la vente de Diallo à Strasbourg dans les derniers jours du mercato. 

A 19 heures, un OM épuisé mentalement a été tenu en échec au Vélodrome par Reims. Les Champenois ont ouvert le score sans avoir tiré sur un but contre son camp de Nagatomo. Les Marseillais ont égalisé dans les arrêts de jeu de la première période par Thauvin, à la réception d’une remise de la tête de Benedetto concluant un joli mouvement. Après le repos, les joueurs de Villas-Boas ont essayé mais ils n’avaient pas l’énergie nécessaire pour forcer le verrou rémois. Le problème à Marseille, c’est que le danger ne peut venir que de joueurs très ciblés. Quand ils sont plus ou moins maîtrisés, cela devient beaucoup plus dur pour l’OM, qui n’a donc pris qu’un point en deux matchs cette semaine. 

Et puis en soirée, Lyon a très facilement dominé une formation niçoise qui, qu’elle soit coachée par Vieira ou Ursea, est toujours amputée de cinq titulaires et commet toujours autant de bourdes monumentales en défense. Le premier but lyonnais vient d’un penalty concédé de façon inutile par Nsoki. Le second sur une passe de Boudaoui directement sur Kadewere à l’entrée de la surface. Sur le troisième, toute la défense se jette sur la passe laser de Depay pour Kadewere qui offre le but à Toko-Ekambi. Et pour couronner le tout, Benitez se troue sur le centre de Dubois et offre le quatrième à Aouar. Tu ne peux pas gagner un match face à une équipe du niveau de Lyon en étant aussi faible défensivement. 

Encore une fois, que ce soit Vieira ou Ursea, cette équipe est orpheline du sens du placement et de l’aura de Dante. Et quand en plus il manque Schneiderlin, Lees-Melou et Dolberg, c’est trop pour une équipe où les autres recrues sont terriblement décevantes, à part Gouiri qui a marqué contre son ancien club. Côté lyonnais, le milieu et l’attaque ont donné pleine satisfaction et j’espère que les Rhodaniens ne perdront pas Memphis dans quelques jours. Son départ serait une catastrophe pour le club l’année où l’OL est en position de jouer le titre. 

Pierrot