Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Monaco carbure, Lille et Lyon calent

Posté par Pierre Ménès le 28 février 2021

Monaco ouvrait ce long dimanche et l’a emporté face à Brest, tardivement mais de façon tout à fait méritée. Les Bretons ont fait un match un peu similaire à celui u’ils avaient fait à Lille, à savoir qu’ils ont été acculés sur leur but pendant la majeure partie de la rencontre. La différence, c’est que contrairement aux Lillois, les Monégasques se sont créé des occases. En première période, Larsonneur qui a retrouvé grâce aux yeux du club a arrêté un penalty de Ben Yedder et longtemps, le dynamique portier brestois a repoussé tous les assauts azuréens, dans un style parfois folklorique mais efficace. 

Il s’est finalement incliné sur une frappe précise de Jovetic à l’entrée de la surface sur un service de Golovin avant de céder à nouveau face à une reprise de Volland sur un coup-franc de Golovin, auteur de deux passes décisives en une demi-heure de jeu. Il est évident que des quatre équipes qui jouent le titre, l’ASM est celle qui a le banc le plus fourni. Quand tu peux te permettre de faire entrer Jovetic, Golovin et Fabregas, c’est un atout inestimable, surtout avec cinq changements. 

Les matchs de 15 heures n’ont pas été bien passionnants, surtout Reims-Montpellier qui a confirmé l’équipe champenoise dans son statut d’équipe la plus rasoir de Ligue 1. Angers qui menait pourtant 2-0 après dix minutes de jeu s’est fait rejoindre dans le temps additionnel sur une tête plongeante de Kalimuendo, ce qui démontre toute l’irrégularité du SCO, qui alterne les bons et les mauvais matchs. Cette fois, ils ont condensé cette schizophrénie sur un seul match. Les Sang et Or eux, ont conservé leur philosophie de jeu et prennent un bon point. 

Dans le match de la peur entre Nîmes et Nantes, Blas a ouvert le score après une belle action de Kolo Muani, avant que les Gardois n’égalisent grâce à un coup de billard pour un nul qui n’arrange personne. Et puis Lorient a renversé Saint-Etienne, qui avait ouvert le score sur une reprise de Moukoudi mais qui a ensuite refusé de jouer. L’entrant Laurienté a d’abord égalisé d’un splendide coup-franc « à la CR7 » avant d’offrir la victoire aux Merlus d’une reprise du gauche au second poteau. Après son coup d’arrêt face à Lille, Lorient a repris le cours de sa remontada.

Règlement inepte 

Lille, parlons-en. Depuis le début de l’année, le LOSC a donc perdu 7 points à Pierre-Mauroy. Une défaite contre Angers, un nul face à Brest et donc, un autre nul concédé cette fois face à Strasbourg. Et quand on voit la physionomie du match, ce point pris par les Dogues est plutôt un point gagné. Sans Maignan, les Alsaciens qui ont livré leur meilleure prestation de la saison l’auraient sans doute emporté. Bien organisés, très calmes, avec de bonnes sorties de balle, les joueurs de Laurey ont ouvert la marque sur un centre de l’intéressant Guilbert repris de volée au second poteau par Ajorque. 

Strasbourg a ensuite eu plusieurs occasions d’inscrire ce second but qui aurait tout changé mais n’y est jamais parvenu, y compris après l’égalisation tardive de Fonte d’une tête rageuse, quand Diallo - qui se croyait sans doute hors-jeu - a perdu son duel avec Maignan dans les arrêts de jeu. Avec ce match nul, les Nordistes ont sauvé l’essentiel mais ils concèdent néanmoins deux points à Paris et à Monaco. Dans la course au titre, la mauvaise opération du week-end est donc pour les hommes de Galtier…

Et puis en soirée, on a eu droit à un Olympico extrêmement décevant. L’OM s’est montré très faible techniquement, alternant les séquences où il n’enchaînait pas trois passes et les ballons balancés loin devant vers Milik. L’OL avait tout fait pour se rendre le match facile en ouvrant le score par Toko-Ekambi, mais s’est endormi au lieu d’enfoncer le clou, jusqu’à ce penalty concédé juste avant la pause et qui a fait débat sur le plateau du CFC. En fait, on se rend compte que les arbitres sont prisonniers d’un règlement inepte et qui change en permanence, ce qui rend leurs décisions complètement illisibles. 

Et le plus énervant c’est que Paqueta, qui prend le ballon dans le ventre avant qu’il ne touche son bras, récolte un jaune là-dessus. Encore le règlement… Après le repos, le Brésilien a pris un second jaune - qui aurait pu faire rouge direct - pour une semelle sur la malléole de Payet au coeur d’une seconde période où l’OL semblait à cours d’idée et où l’OM a timidement tenté de mettre la pression. On note un léger progrès dans le jeu côté marseillais, mais pas sûr que ce soit suffisant mercredi soir à Lille…

Pierrot