Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Paris accélère, Marseille piétine

Posté par Pierre Ménès le 20 septembre 2020

Et nous voilà donc au sortir d’un long week-end décousu et on ne manquera pas de remercier une fois encore l’ancienne direction de la Ligue de nous avoir pondu des week-ends aussi stupides, avec le plus de matchs possible le dimanche à 15 heures - en plein pendant les matchs amateurs - et des équipes qui jouaient leur troisième match en huit jours. Il faudra m’expliquer pourquoi la Ligue 1 impose des cadences infernales à ses clubs alors que les autres championnats reprennent tout juste. Une nouvelle fois, c’est à n’y rien comprendre, même si on commence à avoir l’habitude avec nos instances. 

Cette 4e journée s’est donc poursuivie samedi après-midi avec un Lens-Bordeaux qui a confirmé la bonne forme de l’équipe d’Haise. Les Sang et Or montrent beaucoup d’envie, de bonne agressivité et d’allant offensif, un état d’esprit symbolisé par deux joueurs : Kakuta qui est vraiment un cadeau et Ganago qui en est à trois buts en quatre matchs. Mais que dire de la prestation bordelaise, totalement informe, indigeste, indigne ? Ce club part complètement en cacahuètes et je pense que tu peux mettre Gérard Majax sur le banc que cela n’y changera strictement rien. Quand tu n’as pas de joueurs…. La saison risque d’être très longue pour des Girondins qui veulent vendre avant de recruter. Mais vendre qui ?  

Samedi soir, on a assisté à un excellent Rennes-Monaco, que les Bretons ont fini par remporter avec la réussite qui les accompagne en ce moment. Parce qu’on peut dire que pendant plus d’une heure, c’est l’ASM qui a fait bonne impression, sous l’impulsion d’un milieu bien organisé avec Fabregas comme libéro de l’entrejeu et le duo Tchouaméni-Fofana au pressing devant lui. Quand l’Espagnol est sorti, l’équipe s’est déréglée et Rennes a su en profiter. D’abord par Nzonzi de la tête, puis sur un but du jeune Truffert, qui avait remplacé Maoussa blessé à la cheville au poste de latéral gauche et qui, après avoir signé la passe décisive sur le premier but rennais, a inscrit le second d’une frappe du gauche sur laquelle la responsabilité de Lecomte est grandement engagée. Sur l’ensemble du match, la victoire des hommes de Stéphan est assez chanceuse, mais cela prouve que cette équipe est à prendre au sérieux. Même s’il faudra voir les conséquences du départ de Mendy à Chelsea. En tout cas, c’est un formidable début de saison pour le club breton.

Montpellier à domicile, c’est quelque chose !

Et puis en ce long dimanche, le PSG avec une équipe qui commence à ressembler à quelque chose, l’a facilement emporté à Nice. On a clairement pu constater qu’il existe un PSG avec et sans Mbappé. Sa vitesse et ses percussions côté gauche ont fait la misère à Atal pendant tout le match, il a provoqué le penalty qu’il a transformé et il a obligé Benitez à repousser le ballon dans les pieds de Di Maria sur le deuxième but. L’Argentin qui est à la passe sur le troisième avec un coup-franc coupé par Marquinhos, un classique. Il était évident que Paris n’allait pas rester bien longtemps aux dernières places du classement et on se rend compte que toutes les considérations technico-tactiques étaient caduques. Quand il manque sept joueurs dans une équipe, c’est compliqué pour tout le monde. Et quand ces joueurs-là reviennent, le niveau de jeu revient lui aussi. Rien de surprenant. 

Je n’en attendais pas des merveilles et pourtant, le Nantes-Sainté de 15h à été très bon. Comme d’habitude, les Verts ont démarré pied au plancher et marqué très vite par Aouchiche, très bien servi par le prometteur Neyou qui est vraiment une trouvaille. Derrière, Maçon a inscrit un second but assez extraordinaire et Nantes, qui s’était vu refuser un péno évident pour une obstruction de Kolodziejczak sur Blas et un but pour un hors-jeu de justesse, semblait incapable de marquer. Mais Simon a d’abord réduit le score avant qu’Emond n’offre le point du nul aux Canaris en reprenant un coup-franc détourné qui avait terminé sur le poteau. Le partage des points est mérité. 

Dans les autres matchs de 15h, Montpellier a atomisé Angers. Le MHSC à domicile, c’est vraiment quelque chose ! Cette fois c’est Delort qui marqué deux buts. Mollet a mis sa petite frappe dans la lunette… Elle me plaît cette équipe qui a pris confiance en ses capacités offensives. Strasbourg a remporté 1-0 son match face à Dijon grâce à une tête de Mitrovic sur un super centre de Liénard. Très objectivement, avec quatre poteaux et un arbitre qui a refusé deux penalties, le Racing aurait pu l’emporter beaucoup plus largement. Mais aussi court soit-il, ce succès très mérité fait beaucoup de bien au club alsacien.

Dall’Oglio, Bielsa brestois

Derby breton très spectaculaire à Le-Blé entre Brest et Lorient, avec trois jolis buts pour les Finistériens qui, sous l’impulsion de Dall’Oglio, pratiquent un football agréable. Il y a eu aussi des erreurs défensives mais quand une équipe marque beaucoup de buts et fait des erreurs défensives avec Bielsa, on dit que c’est formidable et on a raison. Alors je ne vois pas pourquoi on ne le dirait pas pour Brest. Et puis Metz, qui avait réalisé trois premiers matchs plutôt intéressants mais avait perdu trois fois, a enfin remporté une victoire, face à l’Européen rémois. Reims qui souffre de gros problèmes offensifs. Ce n’est pas nouveau, mais cela ne se voyait pas tant que la défense enchaînait joyeusement les clean sheets. Ce n’est plus le cas. Attention à la saison difficile pour le Stade de Reims. 

Enfin en soirée, Marseille a arraché un nul inespéré au Vélodrome contre Lille. Après une première période décevante des deux côtés, notamment sur le plan technique, le LOSC a franchement pris l’ascendant après le repos, ouvrant le score par Araujo puis en se créant une multitude d’occasions. Mais la maladresse, la malchance - poteau de Yilmaz et transversale d’Araujo sur coup-franc - et surtout un Mandanda en feu qui a réussi quelques arrêts assez prodigieux, notamment sur une frappe d’Araujo, ont empêché les joueurs de Galtier de doubler la mise. Et comme souvent, quand tu te crées autant d’occasions sans marquer, tu te fais punir. 

Et l’OM a égalisé sur coup de pied arrêté - Marseille ne sait faire que ça cette année - avec une tête au premier poteau de Germain sur laquelle Maignan n’est pas inoubliable. Voilà comment Lille perd deux points et Marseille en arrache un. Un moindre mal pour les joueurs de Villas-Boas mais l’impression laissée n’est pas bonne. La défense a concédé beaucoup trop d’occasions, le milieu n’est pas assez technique et l’attaque est globalement inexistante. Le bilan est donc assez terne. C’est bien de remporter le Classico, mais il ne faudrait pas oublier qu’il reste 36 matchs derrière. A contrario, je pense que cette équipe lilloise progresse. Il lui manque encore un peu de réalisme pour concrétiser ses bonnes prestations. 

Pierrot