Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Paris y est !

Posté par Pierre Ménès le 18 août 2020

Sans vouloir porter le mauvais oeil à quiconque, je n’étais pas très inquiet pour le PSG avant ce match face à Leipzig. D’abord parce qu’après sa belle victoire face à l’Atletico, on avait noté que l’équipe allemande n’avait jamais été mise en danger par des Espagnols totalement attentistes sur le plan offensif. Et je me disais qu’avec Neymar, Di Maria et Mbappé, la force de frappe offensive parisienne ferait la différence. Et c’est ce qui s’est produit. Le PSG a en plus eu le mérite de marquer très vite avec ce magnifique coup-franc de Di Maria déposé sur la tête de Marquinhos. 

Je pense que Paris avait certainement bien étudié le jeu du RBL, que ce soit face à l’Atletico ou en Bundesliga. Face aux hommes de Simeone, les Allemands s’étaient montrés très à l’aise dans la transmission, avec des passes rapides et tranchantes entre des joueurs qui se déplaçaient très bien. Cette fois, ils ont été étouffés par le pressing des Parisiens, qui brillent pourtant assez rarement dans cet exercice. Le milieu Herrera-Paredes-Marquinhos a été remarquable, notamment les deux premiers nommés qu’on n’attendait peut-être pas à ce niveau-là. Personnellement, cela fait un moment que je réclame la présence de l’Argentin, car il apporte beaucoup au niveau de la récupération et de la gestion du ballon. 

Paris a eu la bonne idée de doubler la mise suite à une mauvaise relance de Gulacsi récupérée par Paredes, dont le centre dévié d’une talonnade géniale par Neymar était poussé au fond par Di Maria. Avec deux buts d’avance au repos, le PSG pouvait voir venir mais les dix premières minutes du second acte ont été pénibles car les Allemands jetaient ce qu’il leur restait d’énergie dans la bataille. Le troisième but parisien, inscrit par cet incroyable Bernat qui marque systématiquement en LDC, a achevé les derniers espoirs des joueurs de Nagelsmann.

Paris a enfin sur le terrain le joueur qu’il a payé 220 millions...

Franchement, si on analyse la prestation des Parisiens dans son ensemble, il n’y a rien à jeter. La charnière centrale a été exceptionnelle avec mention spéciale à un énorme Kimpembé. Et devant, Di Maria est décisif sur les trois buts. Et puis, il y a Neymar. Que dire de Neymar ? Certes, il n’a pas marqué même si cela se rapproche puisqu’il a tapé deux fois le poteau. Mais avec ses dribbles insensés, il a mis au supplice des Allemands qui ont commis sept fautes sur lui, et pas des petites fautes. Pour moi, quand « Ney » est à ce niveau-là, le PSG ne peut pas perdre. Le sera-t-il dimanche ? On verra. Ce qui est sûr c’est que Paris a enfin sur le terrain le joueur qu’il a payé 220 millions et qui doit faire la différence. 

Mbappé a été un peu moins en vue, même s’il a fait un travail de harcèlement assez obscur. Mais sa simple présence fait immédiatement reculer l’équipe adverse, ce qui est inestimable. Et il ne faut pas oublier qu’il y a encore quelques jours, on pensait qu’il ne pourrait pas jouer. Au final, c’est un grand résultat pour le PSG. Bien sûr, par rapport à son niveau, son budget et les joueurs alignés, sortir l’Atalanta et Leipzig était la moindre des choses. Mais il fallait le faire. Et hier soir, Paris a livré son meilleur match depuis la reprise. De très loin et à tous les niveaux : technique, physique et mental. 

Maintenant, il est évident que dès demain on va entendre et lire que Leipzig, qui était si fort et devait marcher sur le ventre du PSG, n’était en fait qu’une bouse. Mais bon, c’est le lot habituel des commentaires d’après-match sur le PSG. Quand Paris perd, c’est un scandale et quand il gagne, c’est que l’adversaire était nul. Je grossis le trait, c’est réducteur mais il y a un peu de ça quand même. Maintenant, il faut voir contre qui Paris va jouer en finale. Le Bayern part largement favori face à Lyon. Mais l’OL n’était déjà pas favori à Turin et contre City. Un troisième exploit est possible même si cette fois, la marche semble encore plus haute pour les joueurs de Garcia. 

Pierrot