Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Portugal-France : les notes des Bleus

Posté par Pierre Ménès le 14 novembre 2020

LLORIS (8) : Jusqu’à cet arrêt prodigieux sur la frappe de Moutinho qu’il extrait de sa lucarne, il avait très bien fait son boulot, repoussant en début de match une lourde frappe de Ronaldo et se montant très à l’aise dans les airs. Quand il est là, on voit la différence.

PAVARD (7) : Sobre et solide, il a facilement contrôlé Joao Felix dans sa zone. Évidemment, il n’a pas beaucoup participé au jeu mais ce n’était pas non plus le thème du match. De toute façon, le Munichois est de loin ce qu’on a de mieux à ce poste. 

VARANE (7) : Lui qui est dans une situation compliquée au Real a retrouvé de la vigueur, du calme, de la lucidité et sa capacité à enchaîner les interventions défensives et produire une première relance propre. Le Varane qu’on aime.

KIMPEMBÉ (7) : On lui reprochera une étourderie devant Bernardo Silva. Mais pour le reste, il a plutôt dominé Ronaldo dans le jeu aérien. Ce n’est pas qu’il ne fait rien de brillant techniquement, c’est qu’il ne tente rien de brillant techniquement. C’est un défenseur qui défend et il en faut dans une équipe. 

HERNANDEZ (7) : Contrairement à Pavard, il a eu un apport offensif remarquable, avec des passes qui auraient pu voire dû être décisives. Un peu plus de mal à terminer défensivement. Mais lui au moins peut se dire que Digne l’aiguillonne, ce qui n’est pas le cas de Pavard à droite.

KANTÉ (8) : Souvent, il m’agace à jouer trop de ballons vers l’arrière. Cette fois, il a montré qu’il était capable de jouer vers l’avant. Alors il ne faut pas oublier que son poste, c’est milieu défensif et il l’occupe très bien. Il a gratté beaucoup de ballons, il a fait des fautes et il a surtout marqué le but de la victoire en suivant jusqu’au bout une frappe de Rabiot. L’indispensable Kanté a encore frappé.

POGBA (7) : Ce n’est pas le même mec qui a joué contre la Finlande il y a quatre jours. Là, on est au-delà de la résurrection. On a vu hier un joueur dense physiquement, même s’il a pioché sur la fin, ce qui est un peu normal vu l’intensité du match. Très précis techniquement, très à l’aise sous pression… On a retrouvé le Pogba de 2018.

RABIOT (7) : Il a été assez prudent en première période, sans doute le temps de jauger les Portugais. Mais ses vingt premières minutes de la seconde période ont été exceptionnelles. Dans ses prises de balle, ses prises de risque, son jeu vers l’avant. Et il est à l’origine du but de Kanté. Un pestiféré de retour qui montre que Deschamps a eu raison dans son choix de le rappeler.

GRIEZMANN (6) : Ce n’est pas encore le grand Griezou, mais c’est un bien meilleur Griezmann que dernièrement, avec quelques très bons ballons distillés - notamment cette passe qui envoie Martial au duel avec Patricio. Il n’a pas toujours été très heureux dans le dernier geste et a eu du mal à finir le match. Mais compte tenu de son temps de jeu avec le Barça, c’est quand même beaucoup mieux. 

COMAN (4) : La déception de la soirée. Mis à part sa frappe sans angle en début de rencontre, il n’a rien apporté et n’a quasiment pas passé un dribble. Voilà l’exemple type du joueur qui, même en jouant très bien dans un très grand club, n’arrive pas toujours à élever son niveau en sélection. L’équipe nationale, c’est encore un cran au-dessus.

MARTIAL (5) : Les plus sévères - dont pour une fois je ne ferai pas partie - diront qu’il a mangé la feuille et a tout raté. Moi je préfère voir les deux arrêts assez sensationnels de Rui Patricio. Celui au pied lors du face-à-face - où très objectivement Martial n’a pas le temps de faire grand chose d’autre, pas même piquer le ballon - et le second du bras et à bout portant. Le Mancunien manque aussi de réussite sur sa tête sur la barre. En fait ce qui le dessert, c’est ce visage sans expression. On a l’impression qu’il s’en fout. Alors que ce n’est sans doute pas le cas. On se fie à de fausses apparences avec lui.

Chez les entrants, Thuram a bossé pour la collectivité et Giroud a à peine touché le ballon. 

Pierrot