Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Rennes suit le rythme, Monaco cale

Posté par Pierre Ménès le 29 Février 2020

Cette 27e journée a démarré vendredi avec la victoire importante et compliquée de l’OM à Nîmes. Les Crocos ont ouvert le score très rapidement par Ferhat, qui a bien suivi une frappe de Roux repoussée par Mandanda. Mais Marseille qui dominait copieusement le match a égalisé très vite par Benedetto bien servi par Sarr. Très en verve, l’attaquant argentin a donné l’avantage à l’OM juste avant la pause sur un bon service de Payet avant de tripler la mise avec un peu de réussite, faisant passer la réduction du score tardive de Deaux pour une péripétie. Pas toujours très convaincants dans le jeu et encore sauvés à plusieurs reprises par Mandanda, les Olympiens ont assuré l’essentiel et repartent de l’avant après la désillusion face à Nantes. 

Samedi après-midi, Paris a balayé Dijon comme on pouvait s’y attendre, même si les Parisiens ont mis plus de temps que prévu à se mettre à l’abri après l’ouverture du score après seulement deux minutes de jeu signée Sarabia. La faute à un Runarsson inspiré mais surtout à un Cavani qui a raté l’immanquable à deux reprises sur deux services parfaits de Mbappé. Du coup, le prodige français a décidé de s’y coller lui-même sur un service de Draxler, qui avait remplacé Di Maria touché derrière la cuisse en début de match mais pour qui Tuchel s’est montré très rassurant en conférence de presse. 

Entré en jeu à la place de Cavani, Icardi s’est signalé quasi-immédiatement en transformant sa première occasion d’une frappe croisée du droit sur un service parfait de Mbappé, avant que ce dernier ne signe un doublé dans les arrêts de jeu en reprenant une frappe contrée de Draxler. Avec deux nouveaux buts qui portent son total à 18 unités, agrémentés d’une passe décisive et de deux ou trois autres qui auraient dû l’être, Kyllian a été le grand bonhomme de ce match, avec Sarabia qui confirme qu’il est bien plus qu’une solution de rechange. En revanche, à dix jours du match retour face à Dortmund, Cavani a perdu des points dans son duel avec Icardi…

Monaco s’éloigne du podium

En soirée, Rennes a fait comme tout le monde en allant se servir à Toulouse, grâce à un joli lob sans contrôle de Bourigeaud en début de rencontre et un centre-tir de Maouassa mal géré par Goicoechea à la fin. Entre les deux, les Toulousains ont pourtant opposé une résistance intéressante et auraient même mérité d’égaliser, mais quand la réussite et la confiance ne sont pas là… À la Mosson, Montpellier et Strasbourg ont livré un match équilibré et plutôt agréable à suivre. Les Héraultais ont fait différence en début de seconde période avec trois buts inscrits en huit minutes, dont un doublé de Savanier. 

Ce succès permet aux hommes de Der Zakarian de passer devant Monaco, qui a concédé un deuxième match nul consécutif et perdu du terrain sur le podium. Mis sur orbite par Ben Yedder, qui a transformé le penalty accordé par Monsieur Ben El Hadj et confirmé par la VAR, pour une faute de Foket sur Baldé, les Monégasques n’ont jamais réussi à inscrire le but du break et sont restés à la merci d’une égalisation. Bien aidés par un Rajkovic en état de grâce et par la transversale que les Monégasques auront touché à trois reprises, les Rémois toujours aussi accrocheurs ont fini par trouver la faille sur une frappe de Kamara qui a trompé Lecomte côté fermé. 

Dans les autres matchs de la soirée, la bonne opération est pour Metz qui semble avoir creusé un écart définitif dans la course au maintien en allant s’imposer chez son concurrent direct amiénois. Un but de Boulaya et les parades d’Oukidja ont permis aux Lorrains de s’imposer. Pour Amiens en revanche, ce 15e match consécutif sans victoire et ces 5 points de retard sur la place de barragiste soulignent l’urgence qui prévaut désormais chez les Picards, qui n’ont plus droit à l’erreur. Enfin, dans un match entre deux équipes qui n’ont plus grand chose à craindre ni à espérer, Angers est allé gagner au stade Francis Le-Blé sur le score minimal grâce à une frappe sèche de Bahoken juste avant la pause.

Pierrot