Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Tout bon pour Lille

Posté par Pierre Ménès le 3 décembre 2020

On a bien failli assister à un terrible hold-up et à une cruelle désillusion hier soir au Stade Pierre-Mauroy. Au moment où les Tchèques ont ouvert le score, à vingt minutes de la fin, les Lillois étaient en effet à 15 tirs contre un seul pour leurs adversaires. Le gardien du Sparta sortait un match exceptionnel et repoussait tous les assauts des Nordistes, qui avaient beaucoup tenté, avec pas mal de bonnes combinaisons et quelques excès d’individualisme de la part de Yazici et surtout d’Araujo - qui a pourtant un sacré talent. Au moment où Krejci a marqué ce très joli but de la tête - en plus d’avoir réalisé un très grand match défensivement - et alors qu’ils jouaient pourtant à onze contre dix, les Nordistes se retrouvaient troisièmes de leur groupe et obligés d’aller gagner sur le terrain du Celtic lors de la dernière journée. 

Heureusement, le coaching du technicien lillois a fait la différence. « Galette » a fait rentrer son Zlatan en la personne du Turc Yilmaz, qui en moins d’un quart d’heure a réalisé un doublé salvateur : un but de buteur à la réception d’un centre de Weah et une jolie frappe enroulée ont offert au LOSC une victoire très méritée sur l’ensemble du match. Même si, personnellement, je considère que le but de l’égalisation signé Plavsic d’une sensationnelle volée de trente mètres dans les arrêts de jeu était valable car à mon sens, c’est Maignan qui vient percuter le gardien du Sparta - monté sur le corner - et non l’inverse. Une décision litigieuse qui permet à un club français de se qualifier pour les 16e de finale : on ne s’appesantira donc pas sur ce fait de jeu. 

Et puis en soirée, Nice n’a rien pu faire face au Bayer Leverkusen dans un match riche en buts. Les Azuréens ont couru après le score pendant tout le match, égalisant une première fois par Kamara d’une belle volée du gauche qui faisait suite à l’ouverture du score de l’ancien Parisien Diaby. Les Allemands ont repris l’avantage presque aussitôt sur un corner repris au deuxième poteau par Dragovic. L’espoir est revenu dans le camp niçois dès le retour des vestiaires avec l’égalisation de Ndoye qui a profité d’un ballon relâché par le gardien allemand sur un coup-franc de Reine-Adélaïde mais ils ont encore craqué quelques minutes plus tard sur un nouveau coup de pied arrêté. 

À la décharge des Aiglons, qui n’ont pas fait un mauvais match mais se sont montrés trop fébriles défensivement, cette équipe du Bayer Leverkusen leur était largement supérieure dans tous les compartiments du jeu - à l’image de ce superbe joueur qu’est Demirbay - et ce n’est pas un hasard si le club de Rhénanie-du-Nord-Westphalie est invaincu et troisième en Bundesliga cette saison. Désormais officiellement éliminés, les joueurs de Vieira devront profiter du dernier match de cette campagne européenne à Beer Sheva pour emmagasiner de l’expérience et progresser. Reste que c’est la troisième défaite en une semaine pour l’OGCN, qui va devoir redresser la tête au plus vite. Faute de quoi, la saison risque de sembler bien longue…

Pierrot