Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Un petit sourire quand même

Posté par Pierre Ménès le 1 décembre 2020

Voilà, l’OM a brisé la malédiction et sa série de défaites restera donc bloquée à treize unités. Et en plus l’OM a gagné, dans des circonstances dont on va bien sûr reparler, mais il a gagné. Maintenant, que dire de ce match ? Eh bien déjà, qu’il n’était pas digne de la Ligue des Champions. De la part des deux équipes d’ailleurs, qui l’ont joué à un rythme assez affligeant. Un rythme qui convenait d’ailleurs plutôt bien aux Marseillais, qui ont pourtant viré au repos en étant menés au score sur un joli but de Camara suite à une belle action collective grecque. 

Et puis les penalties ont sauvé Marseille en seconde période. Le premier, accordé par la VAR pour une faute de Cissé sur Thauvin est tout à fait logique et a été transformé par Payet d’une frappe dans la lucarne. En revanche, permettez-moi de dire que le second est assez scandaleux. Parce que la frappe de Rongier est quasiment à bout portant, parce que Rafinha ne fait que se protéger et parce que ses bras sont collés au corps. C’est ce qu’on appelle depuis l’apparition de la VAR, « un penalty à la con ». 

Dans le marasme des clubs français en Ligue des Champions, nos équipes ne pourront même pas se plaindre - à l’exception de Rennes à Chelsea - des penalties. Ce second tir à 11 mètres a été tiré par Payet rigoureusement au même endroit, sauf que cette fois le gardien grec est parti du bon côté et a touché la balle. Menant 2-1, on pensait que les Olympiens allaient pousser pour marquer un troisième but qui leur aurait permis de reprendre l’avantage du goal-average particulier par rapport à l’équipe grecque. Est-ce qu’ils ne le savaient pas ? Est-ce qu’ils ne pouvaient pas ? Toujours est-il que c’est l’Olympiakos qui a mieux fini la rencontre. 

Du coup, cette victoire oblige les joueurs de Villas-Boas à faire mieux que les Grecs la semaine prochaine lors de la dernière journée. Il faudra donc ramener quelque chose de Manchester City. Alors on peut se dire que l’équipe de Guardiola déjà assurée de la première place prendra peut-être ce dernier match par dessus la jambe. Mais Porto qualifié également fera peut-être de même à Athènes. L’un des deux fautera-t-il ? Cette saison européenne est tellement pénible à tous les niveaux qu’on va se contenter de cette victoire. Mais mon Dieu que ce match a semblé long…

Pierrot